Editions Tiphaine
Accueil du site
Dernière mise à jour :
mercredi 21 juillet 2021
   
Brèves
CHRISTIAN DEBOUT peintre sculpteur// INTERVIEW du MUSEE de la POSTE de PARIS
mercredi 17 février

Actuellement le peintre sculpteur Christian Debout expose à Marseille dans un somptueux lieu « FINE ART INVEST » de 600 mt, au 36 rue de la République qui accueille dans son espace des plasticiens contemporains comme Seen, Bernard Brandi, Christian Debout, Combas, Jean Diego Thielen... et bien d’autres. Aperçu multiple, cet éventail sur L’art contemporain.

(JPG)

https://www.youtube.com/user/ladresse2009

ERIC REINHARDT "COMEDIES FRANCAISES" Collection Blanche GALLIMARD
samedi 12 septembre

Le livre de la rentrée, "Comédies Françaises" d’ Eric Reinhardt. Notre héros,

Dimitri idéaliste révolté ou le Verbe littéraire sous toutes ses facettes,

romanesque et brutal, monde de privilèges, zones d’haute tension,

d’harcèlement politique, multiples icônes féminins, énigme autour du genre,

a la Donna Haraway et son contraire, amours pluriels...

L’ Univers du Pouvoir, et sa pression dans le « territoire »

de l’innovation, de l’Art, d’Internet.... Ses débuts, avec L. Pouzin versus A. Roux...

Le Sexe, et ses corolaires, le Théâtre (sa passion). Il va parcourir un moment extreme de la

peinture française, les Surréalistes, vérité historique, et haute fiction d‘humour, et de délire

littéraire....

L’Architecture urbaine....L’auteur nous « pousse » vers les déambulations du personnage autour

de quelques villes, rêvant de ruelles biscornues, aux anciens pavés, des trottoirs d’autrefois, se

refusant à assumer la réalité de notre cadre contemporain, le forcing urbanistique de rues

piétonnes, dont l’ennui se mêle a la certitude d’être, que « l‘Homus consommateur » formatage

unique dans ce décor aseptisé, ou disparait toute poésie... Dimitri se perd à Madrid, cherchant

désespérément la rencontre, à Paris criant le désir de l’assouvissement de cette rencontre

essentielle, à Bordeaux la dérive vers Anais ,« la velue »... Et à Perros Guirrec, le rendez-vous

fatal... Livre insolite et sonore, où toute l’organisation narrative, devient "textures organiques »,

planant dans un virtuel charnel...d’une obsessionnelle esthétique composite...

stepffer-tiphaine

sur le web : eric reinhardt
Sur le Web
Mineo Kuroda
Le site de Mineo Kuroda.
Maison d’édition les Presses du Midi
Le site des éditions des presses du midi.
Brigitte Sillard
Site de Brigitte Sillard
Cabanon Productions
Cabanon Pruduction : présentation des livres de Guy Tournaye.
"À TRAVERS CLARA"// Théâtre du Tambour Royal// Soprano ORIANNE MORETTI/ piano PHILIPPE GUILHON-HERBERT
vendredi 24 décembre

Une correspondance musicale et littéraire. D’après les Correspondances et le Journal intime de Robert et Clara Schumann.

AU THÉÂTRE du TAMBOUR ROYAL 4,11,18,25 janvier 2011 1,6,8,13,15,20,22 et 27 février 2011

(JPG)

Spectacle étonnant, « A travers Clara » hier soir à Gordes, dans la salle du Château....Deux destin, deux créateurs, Clara Schumann et Robert Schumann, le Journal intime, le rythme de la vie de ses deux amoureux musiciens, les joies, leurs succès, leurs tourments, et l’épilogue fatal, douloureux. Orianne Moretti incarne une lumineuse Clara, son beau visage souriant s’empare du début de l’enfance joyeuse de Clara, enfant prodige, la superbe voix de la soprano nous immerge dans la musique, la joie de la création, rigueur et fantaisie, dans son jeu scénique, lyrisme et maîtrise dans ses chants, vont ponctuer, le destin tragique de Robert Schumann Au piano Philippe Guilhon-Herbert, les œuvres de Clara Schumann de Robert Schumann et de Bach, exécuté par cet artiste, tantôt mélancolique, tantôt vif, avec une énergie donnant ainsi a la phrase musicale sa précision rythmique, créant l’ atmosphère de rêve, suivant les textes, interprétation passionnante, tant les affinités entre cet artiste et la surprenante soprano Orianne Moretti , sont naturellement grandes.

Lettres et Journal

« Je suis assis là depuis une heure. Je voulais passer ma soirée à t’écrire Clara mais je ne trouve pas de mots. Alors assieds‐toi auprès de moi, mets tes bras autour de mon cou, laisse moi plonger dans tes yeux et demeurons heureux dans le silence. Dans le vaste monde deux êtres s’aiment. (...) Je voudrais jouer avec toi comme les anges jouent entre eux, à travers l’éternité » Robert Schumann. Correspondances. 2 janvier 1838

Tiphaine-Stepffer


Toutes les brèves du site :