Editions Tiphaine
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 29 janvier 2018
   
Brèves
CHRISTIAN DEBOUT peintre sculpteur// INTERVIEW du MUSEE de la POSTE de PARIS
mercredi 17 février

Actuellement le peintre sculpteur Christian Debout expose à Marseille dans un somptueux lieu « FINE ART INVEST » de 600 mt, au 36 rue de la République qui accueille dans son espace des plasticiens contemporains comme Seen, Bernard Brandi, Christian Debout, Combas, Jean Diego Thielen... et bien d’autres. Aperçu multiple, cet éventail sur L’art contemporain.

(JPG)

https://www.youtube.com/user/ladresse2009

ERIC REINHARDT "COMEDIES FRANCAISES" Collection Blanche GALLIMARD
samedi 12 septembre

Le livre de la rentrée, "Comédies Françaises" d’ Eric Reinhardt. Notre héros,

Dimitri idéaliste révolté ou le Verbe littéraire sous toutes ses facettes,

romanesque et brutal, monde de privilèges, zones d’haute tension,

d’harcèlement politique, multiples icônes féminins, énigme autour du genre,

a la Donna Haraway et son contraire, amours pluriels...

L’ Univers du Pouvoir, et sa pression dans le « territoire »

de l’innovation, de l’Art, d’Internet.... Ses débuts, avec L. Pouzin versus A. Roux...

Le Sexe, et ses corolaires, le Théâtre (sa passion). Il va parcourir un moment extreme de la

peinture française, les Surréalistes, vérité historique, et haute fiction d‘humour, et de délire

littéraire....

L’Architecture urbaine....L’auteur nous « pousse » vers les déambulations du personnage autour

de quelques villes, rêvant de ruelles biscornues, aux anciens pavés, des trottoirs d’autrefois, se

refusant à assumer la réalité de notre cadre contemporain, le forcing urbanistique de rues

piétonnes, dont l’ennui se mêle a la certitude d’être, que « l‘Homus consommateur » formatage

unique dans ce décor aseptisé, ou disparait toute poésie... Dimitri se perd à Madrid, cherchant

désespérément la rencontre, à Paris criant le désir de l’assouvissement de cette rencontre

essentielle, à Bordeaux la dérive vers Anais ,« la velue »... Et à Perros Guirrec, le rendez-vous

fatal... Livre insolite et sonore, où toute l’organisation narrative, devient "textures organiques »,

planant dans un virtuel charnel...d’une obsessionnelle esthétique composite...

stepffer-tiphaine

sur le web : eric reinhardt
Sur le Web
Mineo Kuroda
Le site de Mineo Kuroda.
Maison d’édition les Presses du Midi
Le site des éditions des presses du midi.
Brigitte Sillard
Site de Brigitte Sillard
Cabanon Productions
Cabanon Pruduction : présentation des livres de Guy Tournaye.
RODOLPHE STADLER
dimanche 31 mai
A l’AMI RODOLPHE STADLER. Je viens d’apprendre la disparition de Rodolphe Stadler. Il est mort cet être fait de discrétion, d’élégance, de mesure « à la suisse »... Je n’avais jamais vu quelqu’un de si décidé, obstiné, et subtil. Peut-être parce que tout se passait dans des zones secrètes de son subconscient. Rien ne l’arrêtait..... D’où lui venait cette force ? Il n’affichait jamais ses décisions. Car, en art, il prenait toujours les positions les plus radicales. Secret, se défendant d’être un intellectuel, son mélange d’intuition et de révélation spontanée allait au devant des œuvres qu’il découvrait , ému, ravi. Il était possédé par la passion de l’ART. L’artiste qui était devant lui, et dont il avait apprécié les œuvres, se sentait aimé, compris. Exemple unique de ce que pût être un galeriste engagé, Rodolphe a su imposer sa vision radicale de l’ART. Une vie offerte et reçue par l’ART, une passion, une mémoire... Les archives de Rodolphe sont une mine de connaissances, de rencontres, d’échanges, d’histoire, de découvertes. On y découvre plus d’un demi-siècle d’histoire de l’ART. Rodolphe a toujours considèré l’ART comme une mission. Mission accomplie et on ne peut que dire merci à ce grand Homme ayant fait de sa vie personnelle un défi. Tu vas nous manquer, cher Rodolphe, avec ton sourire de dandy blond aussi, sourire un peu narquois. Elles vont nous manquer les toiles superbes que tu nous laissait voir accrocher sur les murs, chez toi, et ta gentillesse aussi. À qui vais-je demander de l’aide quand je serais perdue dans le pandémonium de Toctoctoc ? J’aimerais parler avec Stephano pour lui demander si, dans le numéro 21 de Tocotoctoc nous pourrions faire un bref résumé du parcours de Rodolphe..... Paris n’a jamais été à la hauteur de ce grand homme. Tu vas me manquer horriblement. Tiphaine

Toutes les brèves du site :