Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc Toc Toc Toc 8
Dernière mise à jour :
mardi 11 décembre 2018
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Toc Toc Toc 8
L’Art dernier rempart pour l’homme.
L’Art dernier rempart pour l’homme.
Articles publiés dans cette rubrique
samedi 3 octobre 2009
par Administrateur- tiphaine
TOC TOC TOC numéro 8
Jean Louis Schefer « Chardin »Marguerite Yourcenar « Mishima ou La vision du vide »Claude Pujade-Renaud « Platon était malade »Marie-Claire D’Andreis« Manuela Saenz jusqu’au bout »

Jean Louis Schefer « Chardin »

Une écriture à la découverte du mystérieux alchimiste Chardin. Avec une minutie d’ethnologue, Jean-Louis Schefer nous introduit dans les atmosphères visuelles et vibrantes textures dont le temps continue encore à graver ses traces, livre somptueux A lire pour comprendre l’âme secrète de Chardin. Editions POL

Marguerite Yourcenar « Mishima ou La vision du vide »

Mishima et l’aventure de sa vie d’écrivain, Marguerite Yourcenar se lance plume en main dans le courant chaotique d’un esprit tourmenté par son siècle, cherchant par les mots à se débarrasser du poids de ses idéaux. Marguerite Yourcenar dans cette quête rigoureuse et acharnée, nous livre l’univers déchirant d’un Mishima, qui inéluctable va vers son holocauste. Editions Folio

Claude Pujade-Renaud « Platon était malade »

Par monts et vallées, nous partons à la découverte d’un Platon philosophe bien vivant questionnant son entourage autour de derniers moment de Socrate, pas a pas l’écrivain va nous rendre les détailles de la construction philosophique, d’où il surgira la réalité du centaure, Socrate-Platon le récit cherche, de villages en villages, les traces de Socrate et ses derniers mots, parcours galopant et surprenant, que ce périple halluciné ou tous les personnages puent la chair, repus de vie, cherchant eux aussi son Socrate, récréant son histoire avec les amis et disciples avant la épreuve final, la ciguë. Editions Actes Sud

Marie-Claire D’Andreis« Manuela Saenz jusqu’au bout » Illustration Juan Antonio Roda

Etonnante image de femme, le livre nous fait rentrer de plein fouet dans une saga Sud-américaine, de longue haleine, la Colonel forcera les grâces du grand Simon Bolivar, partageant ses idéaux et sa vie . Irrésistiblement belle, cette « passionnaria » incarnera la lutte pour l’indépendance, parcours qui va l’emmener loin de sa terre pour suivre l’armée qui donnera sa liberté à plusieurs pays d’Amérique du Sud . Notre héroïne, elle périra, seule, dans la misère. Beau romain qui pourrait être traduit et transcrit au cinéma. Edition Planeta



lire la suite de l'article
mercredi 3 mai 2006
Sommaire Toc Toc Toc 8 : Version papier
Editorial
Tiphaine Stepffer
Philosophes des Lumières
Diderot : De la poésie dramatique : Chardin
Culture
Fernando Arrabal : [J’ai tourné la tête en pleurant
>art63] Denys Condé : [Excès d’ART ou Excès de dissipation
>art64] Philippe Pujas : [L’Art subminimal et après
>art65] Livre(s)
Claude Pujade-Renaud : Platon était malade
Jean-Louis Schefer : Chardin
Marie-Claire d’Andreis : Manuela Saenz jusqu’au bout
Marguerite Yourcenar : Mishima ou la vision du vide
Photographie
Joë Peter Witkin par Antonio (...)

lire la suite de l'article
mercredi 3 mai 2006
Editorial Toc Toc Toc 8
Que d’œuvres... des œuvres sublimes, des œuvres provocantes, des œuvres visionnaires, révolutionnaires. Que d’écrits sur ces œuvres.... L’Art se meurt ? Et puis ... après 30.000 mille ans pourrait-il disparaître ? La peinture est morte, et puis...le marché de l’Art se porte bien.... Il suffit de voir les derniers grands collectionneurs « les mégalo-collectionneurs » qui font et défont la cote des artistes qu’ils privilégient..... Des masses en mouvement, des couleurs, des textures, lumières, lignes, figures (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Martial Jalabert : Eloge du pinceau entre les dents
PHotographie Thierry Geffray
Eloge du pinceau entre les dents
Commençons gentiment, pour nous échauffer les méninges, par une petite charade sur la pointe des pieds. Mon premier est une pensée transitionnelle magique qui apparaît à l’aube de l’humanité ; mon second est un mythe qui prétend parfois interférer auprès de Dieu et de son staff céleste ; mon troisième, quoique objet d’exaltation, est hélas souvent un produit aseptisé de marketing ; et mon tout, comme l’écrivait le provocateur Arthur Cravan, c’est marcher, (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
THEATRE de la COMMUNE "Bartleby" mise en scéne de DAVID GERY
Théatre de la commune
D’après la nouvelle d’Herman Melville
Traduction Laura Koffler
Adaptation et mise en scène David Géry
Scénographie de Jean Haas
Réalisation du décor :Mille Plateaux
Avec Raphaël Almosni, Yann Collette, André Chaumeau, Claude Lévèque, Grégory Quidel
D‘abord le texte de Melville, nous découvrons un être, imperceptible, insaisissable, et subversif. Son attitude tient du doute ou du refus ? Faire le scribe, accomplir, sont des tâches au delà des ses capacités à supporter. Très actuel dans cette position (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Philippe Pujas : L’ART SUBMINIMAL, ET APRÈS
L’ART SUBMINIMAL, ET APRÈS
Éloge de l’art contemporain
Bonsoir maître,
Nous avons le plaisir de vous accueillir sur ce plateau à l’occasion de la publication de votre quatrième ouvrage. Je crois ne pas m’avancer en disant qu’il fera du bruit. Il a d’ailleurs commencé à en faire. J’en rappelle le titre : “Chut”. Titre explicite, mais quand même, pour ceux de nos auditeurs - c’est-à-dire vos futurs lecteurs - qui auraient encore un petiit doute, je vous pose la question, cher Émile Gobijard : (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Denys Condé : Excès d’art ou Excès de dissipation
EXCÈS D’ART ou Excès de dissipation
Oui, excès d’art. Comment ne pas être étonné ou rêveur devant l’importance et la croissance de l’offre d’art ?
L’art est devenu un produit, et ce produit doit être mis à la disposition et à la portée de tous. On multiplie les musées, les expositions, les galeries et même les artistes. Les œuvres voyagent, les musées créent des succursales et le tout s’engouffre sur Internet. On est en droit de se poser la question du sens de cette expansion sinon de cette agitation. Éliminons les (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Fernando Arrabal : J’ai tourné la tête en pleurant
J’ai tourné la tête en pleurant
Fernando Arrabal
Peinture Tiphaine Stepffer - 2005
Avec quelle douleur, j’ai eu envie de pleurer, à maintes reprises, dans le wagon du train qui m’a conduit à Paris. Cela fait un demi-siècle. Or ce onze décembre 1955 j’imaginais, comme aujourd’hui je m’imagine, provisoirement déraciné. La surprise m’envahissait de ces tulles d’irrationalités comme une excitation tressée de crainte et d’espoir.
Ils étaient tellement nombreux ces espagnols, qui se marchaient sur les pieds, ils (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Rock’n’Roll Délires trash et déconnes kitsch par Michel "Screaming" Espag
Peinture Matthieu Moreau
"J’veux pas manger, j’veux pas dormir./ Y’a un truc qui m’fait tellement envie/ Q’j’en ai les genoux qui flageolent, faut que j’me trouve du poon-tang !/ Poon-tang, poon-tang, poon-tang..."
"Poon-tang" par The Treniers
"Je pense que le sérieux est une chose du passé et que quiconque est sérieux à propos de la musique est un sujet de plaisanterie"
Don Van Vliet alias Captain Beefheart
La débloque à donf pour les frap-dingues du rock’n roll. D’hier et (...)

lire la suite de l'article
mardi 2 mai 2006
Art contemporain
Alexandra Roussopoulos
Il y a dans les toiles d’Alexandra Roussopoulos comme un souvenir d’icône. Ces grandes plages de couleurs qui se tiennent frontalement devant nous ont gardé la vive lumière de la Grèce. Et cela même dans leur abstraction ou, pour parler en termes byzantins, dans leur fonctionnement iconoclaste d’images recouvertes de peinture. Alexandra Roussopoulos commence par encoller sur sa toile des pages de "magazines" dit-elle, employant un terme qui décrit la frivolité de leur contenu (de belles images et des (...)

lire la suite de l'article
lundi 2 janvier 2006
Art contemporain
Martin Mc Nulty
Martin Mc Nulty recrée et suspend les détritus des siècles
Martin Mc Nulty Irlandais d’Angleterre, on le verrait debout dans une crique solitaire, le crachin dans ses boucles noires. Sculpteur de formation, il a peint dix ans à Paris. Après cette période d’huiles sur toile et de paysages rêvés, il s’est mis à confectionner de petits objets. Il parle peu et travaille beaucoup. Ses objets sont donc devenus innombrables. Aux cimaises il les avait alignés par centaines. Ils pendaient comme des amorces à des (...)

lire la suite de l'article