Editions Tiphaine
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 20 avril 2020
   
Brèves
"VESPER" de VINCENT CROUZET
dimanche 8 mars
(JPG)

Parution d’u livre,"VESPER", de VINCENT CROUZET à la FNAC d’AVIGNON le 21 février à 16H et 18H.... L’auteur nous lira de passages de son livre...amoureusement rocambolesque, biographie d’un espion... "Un beau livre, riche et foisonnant, qui sort des sentiers battus du romain d’espionnage classique grâce à ce cachet d’authenticité que Vincent Crouzet imprime sur chaque page" Domterrier "Vesper" chez Robert Laffont Aventure d’un espion, d’un amoureux , aujourd’hui jour de la Femme 8 mars, cet amoureux fou, fera tout pour cette femme « Vesper », mante religieuse, docilement se pliera à toutes ses demandes Confession désespérée, et pourtant l’homme est là, prêt à tout, docile mais franc- tireur d’élite, esthète , amoral, joue avec la mort gaiment....

Nouvelle brève
lundi 3 février

LA VIE RETROUVÉE DE JEAN-DANIEL POLLET, de JP Fargier, paraîtra début mars pour accompagner la rétrospective de ses films "Pollet retrouvé"

(JPG)

les_editions_de_loeil

« Ce livre est le récit de la vie de Jean-Daniel Pollet, exposé par lui-même. Cette biographie est donc une autobiographie que j’ai fabriquée. À partir de quoi ? Pendant sept à huit ans, j’ai écouté diverses personnes qui avaient connu ce cinéaste, avaient traversé des moments de sa vie, contribué à ses films, me livrer, sous formes de fragments, des instants partagés avec lui, des souvenirs arrachés à leurs mémoires, des paroles entendues, des gestes inoubliables. Certains ne m’ont parlé qu’une heure, d’autres pendant des journées entières. On m’a donné des photos, on m’a montré des lieux. J’ai visité des maisons, marché sur des chemins où l’empreinte de ses pas n’était pas encore effacée. J’avais aussi, et dès le départ, mon stock de souvenirs personnels, engrangés depuis notre première rencontre au printemps 1969, qu’il raconte d’ailleurs dans le dernier chapitre de son récit, jusqu’à notre ultime discussion, à peine un mois avant sa mort. Je ne savais comment pétrir tous ces documents pour les transformer en un récit. Avec quel levain soulever cette pâte ? Quel projecteur enluminer ces images ? Un jour ou plutôt une nuit, j’ai entendu Jean-Daniel parler depuis son tombeau. Je me suis mis à l’écouter. Les choses s’énonçaient, dans sa tête, dans la mienne, avec une facilité merveilleuse. Il prenait le contrôle de la narration, en grand narrateur qu’il avait toujours été. Il dispersait à sa guise les détails, mélangeait les épisodes, passait du comique au tragique et vice versa, inventait des ellipses,

MICHELE GIGNOUX POP ROMANTIQUE peintre,designer, créateur de mode,
mercredi 11 décembre

Michèle Gignoux,

Cette plasticienne, joueuse créatrice par détournement, onirique manipulatrice des boites de

conserves, du cube , de l’œuf au cube

Du cube plexiglass au cadre photo...Nous met la tête dans le monde

du « Marché de consommation » Loin très loin de l’ennuie soporifique des alignement de

supermarché d’Andy Warhol,Michelle Gignoux faisant un royal pied de nez à Andy,

renverse sa formule

En 1967 elle créé « Le cube -photo », objet banal qui parviens par le tour de force de l’artiste à

nous balancer les données de ses souvenir...Sa mémoire d’enfant . Ses productions, dislocations, transformation sont l‘évidence de son jeu onirique et sarcastique

envers notre société de consommation . Lorsque on est devant la présence de ses robots, des cubes, dès ses chaises multicolores fluo

, ses chaussures, tampons, verres...Ce défilé orgiastique, contrôlé par un agencement

rigoureux, nous fait signe....

Et à fur et à mesure qu’on rentre dans l’univers de Michèle Gignoux Une organisation savante de farandole se fait jour, nous révélant son imaginaire de plasticienne contemporaine. Avec ses œuvres, l’artiste nous force avec son festif manège d’enchantement à nous faire réfléchir autrement.

Par le biais de l’Art, à un autre univers possible.

(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
ADIOS COLOMBE
dimanche 29 septembre
(JPG)

Giselle, alias colombe nom imposé par moi lorsque je l’aperçu pour la

première fois, colombe nous a quittés....

Dés qu’elle vous approchait, une vague de douceur vous envahissez...

Avec son allure, son sourire par fois plus éloquent que ses mots, sa

parole était née de son savoir aiguisé, rayon lumineux par les couches

de profondeur, tes cheveux au vent, ton corps cherchant une chaise

propre dans mon atelier...ta façon de t ‘asseoir et ton regard qui allait et

venais sur mes toiles, se prononçant sur un petit violet perdu dans la

masse, que de leçons, que de « directives » sans forcer, et mes

nombreux textes t’arrivant par mails, qui me revenaient avec les idées

structurées, décantées...une fois mon bancale et foisonnant texte

compris, on ries, ton humour et ta fine ironie venez éclairer les

singularités de la langue française....

Colombe ou que tu sois, je sais que tu es beaucoup plus triste que nous,

par l’absence par les manques.... L’allégresse d’accueillir ton petit fils,

suivre ses découvertes, tes élans de compréhension et d’amour pour ta

fille Marie et son époux, les milles gestes fervents de beauté et d’amour

quotidiens pleins d’intelligence pour ton Joaquin... , L’amour de la nature, ton mur remplis de roses, les oiseaux qui venaient

boire à la fontaine...La fenêtre de ta tour d’ivoire, ton bureau, comme tu

l’appelais, ou tu te concentrais sur tes réflexions et tes écrits....

Colombe, belle amie je sais que tu restes et resteras aérienne en haut

du Luberon, pas loin de nous....

tiphaine

Sur le Web
Mineo Kuroda
Le site de Mineo Kuroda.
Maison d’édition les Presses du Midi
Le site des éditions des presses du midi.
Brigitte Sillard
Site de Brigitte Sillard
Cabanon Productions
Cabanon Pruduction : présentation des livres de Guy Tournaye.
"PLAN B"/ FILM ARGENTIN/ REALISATEUR MARCO BERGER
jeudi 2 septembre

Scénariste : Marco Berger Musique : Pedro Irusta Acteurs : Manuel Vignau Lucas Ferraro Mercedes Quinteros

(JPG)

Buenos Aires, pas identifiable, une ville donc peuplée de gens des individus anonymes, le film débute avec des images panoramiques fixes, profils des édifices abandonnés, charpentes de ce qui furent des usines, images urbaines, ou industriels marquent déjà une construction mental, puisque elles reviennent pour ponctuer, les moment ou les personnages s’abandonnent ... Ambitieux plan que ce Plan B, les lieux des passages son des états de lieux, bois flottant, bois pourris, carcasses de vieux bateaux, rouille, fers tordus, murs qu’un jour ont appartenu a une architecture, dont les surfaces portent les traces des êtres qui se sont arrêtés là... toutes ces matières décrépites, riches, glauques, habitées, vont véhiculer le déroulement de la histoire, ainsi, l’intention du réalisateur rend visible et sensible, cette perception minutieuse du monde et des êtres.... La musique presque minimaliste de Pedro Irusta, émerge, enveloppant atmosphères, personnages, jouant sur la cadence des intensités à venir... Les cadres serrés, écrase les corps, les coupes brutales « pratiquées » sur les personnages sont accentuées par les dimensions exigües des habitations, chambres ou les personnages sont a l’étroit. Les prisses de vues sont des raccourcis violents, comme la scène ou les deux corps masculins sont endormis, font penser au Christ de Mantegna. Mais ces chambres donnent sur des balcons, terrasses, inondés de végétations, plantes, fleurs rampantes, murs portant les traces de peinture vieillie, poétique du faubourg de Buenos Aires, ou d’ailleurs... Une lumière opalescente toujours présente, nous fait ressentir une une étrange sensation d’heure fixe... 18H... Ce facteur d’esthétique, construit les déambulations de deux hommes, leurs dialogue brusque, ébréché, maladroit, parfois mièvre, devient clair, limpide a l’évocation de leurs enfances... Une nana quitte son fiancé, pour un autre, par jalousie Bruno va imaginer un plan, connaître Pablo le « rival », ses deux hommes, jeunes, qui n’ont jamais eu des expériences masculines, vont tombés amoureux... coup de foudre, qui va les plonger d’abord dans l’étonnement, provocant le refus, hésitation, état d’humiliation, sur les aprioris, tabous, complexes ... Après ces longues épreuves, c’est la Rencontre, avec un avenir/devenir ...nouveau,fort, d’une saisissante plastique ...


Toutes les brèves du site :