Editions Tiphaine
Accueil du siteCIEL INTÉRIEUR" de JEAN-PAUL FARGIER autour de GENEVIÈVE MORGAN paru dans la REVUE "FUSÉE"// LE GRAND PALAIS Rétrospective JOAN MIRO// RODOLPHE STADLER revue TOC TOC TOC //LES MYSTIQUES de STEPFFER-TIPHAINE//OEUVRES inédites à GENEGALS//"LES ARRIVANTS" de CLAUDINE BORIS & PATRICE CHAGNARD // ERIC REINHARDT Chronique d’un confiné//CECIL MUHLSTEIN rétrospective à la Galerie PASCAL LAINE//CHRISTIAN DEBOUT "LES ENVELOPPES" à la "MUST GALLERY"
Dernière mise à jour :
samedi 17 octobre 2020
   
Brèves
ERIC REINHARDT "COMEDIES FRANCAISES" Collection Blanche GALLIMARD
samedi 12 septembre

Le livre de la rentrée, "Comédies Françaises" d’ Eric Reinhardt. Notre héros,

Dimitri idéaliste révolté ou le Verbe littéraire sous toutes ses facettes,

romanesque et brutal, monde de privilèges, zones d’haute tension,

d’harcèlement politique, multiples icônes féminins, énigme autour du genre,

a la Donna Haraway et son contraire, amours pluriels...

L’ Univers du Pouvoir, et sa pression dans le « territoire »

de l’innovation, de l’Art, d’Internet.... Ses débuts, avec L. Pouzin versus A. Roux...

Le Sexe, et ses corolaires, le Théâtre (sa passion). Il va parcourir un moment extreme de la

peinture française, les Surréalistes, vérité historique, et haute fiction d‘humour, et de délire

littéraire....

L’Architecture urbaine....L’auteur nous « pousse » vers les déambulations du personnage autour

de quelques villes, rêvant de ruelles biscornues, aux anciens pavés, des trottoirs d’autrefois, se

refusant à assumer la réalité de notre cadre contemporain, le forcing urbanistique de rues

piétonnes, dont l’ennui se mêle a la certitude d’être, que « l‘Homus consommateur » formatage

unique dans ce décor aseptisé, ou disparait toute poésie... Dimitri se perd à Madrid, cherchant

désespérément la rencontre, à Paris criant le désir de l’assouvissement de cette rencontre

essentielle, à Bordeaux la dérive vers Anais ,« la velue »... Et à Perros Guirrec, le rendez-vous

fatal... Livre insolite et sonore, où toute l’organisation narrative, devient "textures organiques »,

planant dans un virtuel charnel...d’une obsessionnelle esthétique composite...

stepffer-tiphaine

sur le web : eric reinhardt
"VESPER" de VINCENT CROUZET
dimanche 8 mars
(JPG)

Parution d’u livre,"VESPER", de VINCENT CROUZET à la FNAC d’AVIGNON le 21 février à 16H et 18H.... L’auteur nous lira de passages de son livre...amoureusement rocambolesque, biographie d’un espion... "Un beau livre, riche et foisonnant, qui sort des sentiers battus du romain d’espionnage classique grâce à ce cachet d’authenticité que Vincent Crouzet imprime sur chaque page" Domterrier "Vesper" chez Robert Laffont Aventure d’un espion, d’un amoureux , aujourd’hui jour de la Femme 8 mars, cet amoureux fou, fera tout pour cette femme « Vesper », mante religieuse, docilement se pliera à toutes ses demandes Confession désespérée, et pourtant l’homme est là, prêt à tout, docile mais franc- tireur d’élite, esthète , amoral, joue avec la mort gaiment....

Nouvelle brève
lundi 3 février

LA VIE RETROUVÉE DE JEAN-DANIEL POLLET, de JP Fargier, paraîtra début mars pour accompagner la rétrospective de ses films "Pollet retrouvé"

(JPG)

les_editions_de_loeil

« Ce livre est le récit de la vie de Jean-Daniel Pollet, exposé par lui-même. Cette biographie est donc une autobiographie que j’ai fabriquée. À partir de quoi ? Pendant sept à huit ans, j’ai écouté diverses personnes qui avaient connu ce cinéaste, avaient traversé des moments de sa vie, contribué à ses films, me livrer, sous formes de fragments, des instants partagés avec lui, des souvenirs arrachés à leurs mémoires, des paroles entendues, des gestes inoubliables. Certains ne m’ont parlé qu’une heure, d’autres pendant des journées entières. On m’a donné des photos, on m’a montré des lieux. J’ai visité des maisons, marché sur des chemins où l’empreinte de ses pas n’était pas encore effacée. J’avais aussi, et dès le départ, mon stock de souvenirs personnels, engrangés depuis notre première rencontre au printemps 1969, qu’il raconte d’ailleurs dans le dernier chapitre de son récit, jusqu’à notre ultime discussion, à peine un mois avant sa mort. Je ne savais comment pétrir tous ces documents pour les transformer en un récit. Avec quel levain soulever cette pâte ? Quel projecteur enluminer ces images ? Un jour ou plutôt une nuit, j’ai entendu Jean-Daniel parler depuis son tombeau. Je me suis mis à l’écouter. Les choses s’énonçaient, dans sa tête, dans la mienne, avec une facilité merveilleuse. Il prenait le contrôle de la narration, en grand narrateur qu’il avait toujours été. Il dispersait à sa guise les détails, mélangeait les épisodes, passait du comique au tragique et vice versa, inventait des ellipses,

Sur le Web
Fernando Arrabal
overview on Fernando Arrabal’s life and work
Martin McNulty
Site web principal de l’artiste peintre Martin McNulty
Dominique Cros - Photographe Créateur - www.dominique-cros.com
Dominique Cros, photographe d’art, d’histoire et de vie sociale, met en ligne son film d’images en plusieurs tableaux, à travers l’outil de la photo et du dessin.
JEAN-FRAN9OIS DUFFAU est parti
Nous te saluons Maitre
vendredi 10 février 2017
par Administrateur- tiphaine

(JPG)

Jean-Paul Guibbert à Jean-François Duffau

Ta Catherine est plus proche, plus faible plus humaine et au-delà de ce travail du plâtre, esquissé et malaisé dans sa pauvreté, apparaît un corps vieilli et languide qui n’est d’ailleurs pas sans beauté, et transparaît une âme qui pesait lourd et à laquelle il fallait plus que l’appui viril de la main droite pour se reprendre (une sainte faillible) juste retour pour la sainte robuste, ennemie politique de la corruption Avignonnaise, mère de la belle brigade, et .pour celle qui savait goûter les émotions fortes

Aurais-tu le sens de ce jardin classique dont les seuls secrets que tu dévoiles sont les signes inversés ? La vérité, le plan de tes formes, leur nudité, leur balance arrêtée en un point précis qui n’est pas discutable, qui est le tien, c’est celui du moment où tu forces le tragique à pencher de ton côté, vers le sourire.

Tu manies cette chance dans ta vie, pour autant que je te connaisse (et je te connais peu) mais nous nous sommes mieux approchés, il me semble, à l’un de ces hiatus imprévisibles où l’une de nos chances est encore le froid et lucide geste de sourire. Je salue en toi le geste, la main, l’érotique. Du matériau et ton destin qui est de n’être d’aucun couloir, de ne suivre aucun vent, de n’avoir d’autre destin que celui d’être seul. Salut.

(JPG)

ma partie d’ombre

De Tiphaine à Jean François Duffau

Nous nous sommes croisé il y a bien longtemps, au Beaux-Arts de Paris, j’étais déjà intriguée, dès son premier regard. Son allure, sa barbe, l’air qui flottait autour de lui, ses gestes, habillé en hiver par tout temps, en velours côtelé, et des yeux étonnamment bleus...qui sourient, tout faisait de lui un être à part.

Assistant de César, son atelier débordait de sculptures, de moulages, d’anatomies. Ce foisonnant lieu de travail, c’était déjà son règne. Mêlé à l’œuvre de son « patron » au-delà de tout entendement, l’œuvre de César est acheminé, guidée par son œil, son esprit, sa culture. Baroque ? non, œuvre démesurée, ou chaque texture, sillon, est le résultat d’un signe, d’une raison historique, qui soit hittites ou égyptienne, ce tandem spirituel, à la façon de Guattari et Deleuze est un premier signe d’avant-garde d’une faculté dont d’autres artistes et plasticiens se servirons beaucoup de temps après eux. Ce fut une aventure de façonnage mutuel.

Ses conseils, sa parole, sa façon de proposer les techniques et méthodes les plus difficiles avec la seule vérité, qui transforme tout enseignement : la perception par la sensibilité. L’art est sa vie, l’art qu’il connaît comme un secret, qu’il nous fait partager par son érudition et son énergie. C’est son monde, sa capture, sa cible.

Son devenir d’enseignant fut, professeur de sculpture au Beaux-Arts de Paris. Il reste un des seuls à pratiquer l’apprentissage classique, son savoir de pédagogue, ses réseaux mentaux, sa façon de nous imprégner de ses connaissances, toujours avec hâte et justesse. Ses passations sont toujours d’une rigueur unique. Sa parole, ses anecdotes, ses colères, sont des efforts de précision envers l’histoire, la grande et l’autre celle de sa mémoire, c’est pour les artistes qu’il aime, et pour ses amis.

Tu connaissais Paris et ses ruelles, ses passages... les squares et les chemins de traverse, Paris et ses cathédrales, et leur contenu, peintures, fresques, sculptures, reliques, il peut tout nommer, ses églises, ses parcs, ses cimetières, étant élève le parcours du Père Lachaise qu’il nous faisait faire à vive allure, pendant trois ou quatre heures, était accompagné par la vivacité de ses commentaires sur chaque tombe, je me souviens de sa critique acerbe sur les sculptures qu’il n’aime pas...et d’autres histoires plus intimes, les dessous des tombes et ses secrets, que seulement lui connaissais. Tu avais la façon la plus rapide d’arriver dans un lieu et une manière unique de te sentir chez toi où que ce soit, sa place était là pour le temps qu’il voudra. Vrai disciple de Guy Débord, la déambulation, la dérive il la connaissait... Il m’est arrivé sortir du dernier café à trois heures du matin, avec ton petit chien sur les bras, ton sac qui pesait « un âne mort » comme disait ton ami Debout... rentrer chez toi à pied, corvée rafraichissante, moi produit argentin, éduquée au coca cola, tes beuveries ne me faisaient pas peur (je me suis bien rattrapée par la suite) ... Arrivés à ton atelier, dans le noir, entendre les ronflements de Ulla ton pilori, héritage de César...

Pour ses corridors de l’oubli qu’il se bâti chaque jour pour mieux recommencer, plus frais, pour léger. Tous ses efforts, dans la nature de Jean François, sont fluides et naturels. Depuis le conseil qu’il donnera, jusqu’à l’objet qu’il choisira, pour continuer son bilan sur les hommes, c’est pour lui la preuve d’une action, d’un geste, d’un état d’humour, d’un état de grâce, humaine ou plastique, qu’il gardera, accumulera, le forçant à participer comme élément d’une œuvre à venir ...

Sa vie ? ses pensées ? Les projets qu’il a dû mettre de côté ... Et ceux qui ont été réalisés, les grands et ceux produits de ta folle dérision... Il nous restera tes passages, tes paysages, tes lieux, ta dérive... Et surtout, ta joie de vivre, ton exaltation et ta généreuse ouverture.

ESPACE TIPHAINE-BASTILLE Présente JEAN FRANCOIS DUFFAU « LES NAGEURS de FOND » Sculpture / installation EXPOSITION février 2006

(JPG)

Articles de cette rubrique
  1. Karl Bergot
    5 mai 2006

  2. Martin Mc Nulty
    31 janvier 2007

  3. Pierre Jean Mantigneux
    27 février 2007

  4. JOSETTE SAMSON FRANÇOIS PORTRAIT FLUIDE
    9 septembre 2011

  5. KRISTIAN DESALLY a la Galerie PASCAL LAINE à MENERBES
    24 mai 2014

  6. KRISTIAN DESALLY a la GALERIE PASCAL LAINE
    24 mai 2014

  7. LETTRE de Sa SAINTETE JEAN PAUL II
    8 juillet 2014

  8. HISTOIRE de Mystiques
    9 juillet 2014

  9. LE SQUARE De MARGUERITTE DURAS par DIDIER BEZACE
    26 août 2014

  10. "L’AMOUR et les FORETS" d’ ERIC REINHARDT chez Gallimard
    11 septembre 2014

  11. Paintingts of Christian Debout and Tiphaine Stepffer tribute has the Chinesse ART of the Landscape and the discovery of the warriors of it terrecuite
    8 juin 2015

  12. « Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard Mise en scène de Krystian Lupa
    22 août 2015

  13. Christian Debout /Parcours d’un plasticien contemporain
    20 décembre 2015

  14. EXTASES FEMININS par/ JEAN NOEL VUARNET
    30 décembre 2015

  15. CARLOS REGAZZONI plasticien multiple à Buenos Aires
    17 janvier 2016

  16. CHRISTIAN DEBOUT complexité de l’oeuvre d’un plasticien contemporain
    31 mai 2016

  17. La compagnie Théâtre en douce a le plaisir de présenter « Oh les beaux jours ! » de Samuel Beckett. Mise en scène de Pierre Helly. Avec : Bénédicte Coste-Chareyre et Robert Abraham.
    7 juin 2016

  18. Forte et émouvante exposition de Michel Steiner « LUMIERE ^ PRESENCE »au Musée de Marcel Gili
    29 juin 2016

  19. A Avignon une création insensée, de GABRIEL GARRAN, lorsqu’il choisit, de Margueritte Duras « L’Homme assis dans le couloir »
    10 juillet 2016

  20. EXPOSITION HOMMAGE à NAM JUNE PAIK au PRIEURE SAINT-PIERRE a la COMMUNE du PONT SAINT-ESPRIT.
    25 août 2016

  21. CIEL INTERIEUR de Jean-Paul Fargier // Autour de Geneviève MORGAN
    14 septembre 2016

  22. JEAN-FRAN9OIS DUFFAU est parti
    10 février 2017

  23. "UNE AFFARE ATOMIQUE" de Vincent Crouzet// Edition Laffont
    28 mars 2017

  24. EXPOSITION de BERNARD BRANDI
    2 juin 2017

  25. "LA VUELTA à la CHAPELLE de MEJEAN à ARLES
    10 août 2017

  26. JOE DOWNING a la GALERIE PASCAL LAINE
    1er septembre 2017

  27. INVISIBLE GALERIE Presente CHRISTIAN DEBOUT "LES ENVELOPPES" Vernissage le Jeudi 31 MAI 2018
    1er mai 2018

  28. LA GALERIE PASCAL LAINE PRESENTE// VIART//HANS HARTUNG//PRASSINOS//DEGOTTEX//ALECHINSKY//VASARELY
    18 août 2018

  29. CHRISTIAN DEBOUT "LES ENVELOPPES" Galerie UN LIEU UNE OEUVRE à Menerbes
    21 septembre 2018

  30. EXPOSITION MICHEL STEINER « BRUISSEMENT DU SILENCE 
    11 décembre 2018

  31. ART CONTEMPORAIN a la MAISON DORA MAAR à Menerbes présenté pour les 10 ans de La Galerie UN LIEU UNE OEUVRE du 6 au 27 Juin 2019 Vernissage le 6 Juin à 18H
    7 juin 2019

  32. EXPOSITION de MICHEL LOEB a la GALERIE PASCAL LAINE
    24 juillet 2019

  33. MARCEL GILI AU GENEGALS des Oeuvres Inédites exposées dans son Musée
    8 août 2019

  34. DES OEUVRES INEDITES de MARCEL GILI à GENEGALS
    11 août 2019

  35. "LE MONDE de TIM" par Pierre Grand-Dufay
    31 décembre 2019

  36. "LES AILLEURS" Oeuvres qui s’ouvrent sur la NATURE de TIPHAINE
    8 février 2020

  37. "LES ARRIVANTS" film de CLAUDINE BORIES et PATRICE CHAGNARD
    8 avril 2020

  38. Chronique d’un confiné, par Éric Reinhardt : Le septentrion en surplomb du Pré-Saint-Gervais
    20 avril 2020

  39. RETROSPECTIVE de CECIL MUHLSTEIN à la GALERIE PASCAL LAINE du 27 juin -27 juillet 2020
    1er juillet 2020

  40. EXPOSITION de CHRISTIAN DEBOUT à la « MUST GALLERY » à GORDES
    4 juillet 2020

  41. EXPOSITION du MAITRE-SCULPTEUR BERNARD BRANDI
    17 octobre 2020