Editions Tiphaine
Accueil du siteCIEL INTÉRIEUR" de JEAN-PAUL FARGIER autour de GENEVIÈVE MORGAN paru REVUE "FUSÉE" CHRISTIAN DEBOUT EXPOSITION à MARSEILLE « LES ENVELOPPES"// GALERIE PASCAL LAINE EXPOSITION MICHEL LOEB // LE GRAND PALAIS RETROSPECTIVE JOAN MIRO //RODOLPHE STADLER rubrique TOC TOC TOC // OEUVRES INEDITES MARCEL GILI au GENEGALS audio P.PUJAS
Dernière mise à jour :
samedi 8 février 2020
   
Brèves
Nouvelle brève
lundi 3 février

LA VIE RETROUVÉE DE JEAN-DANIEL POLLET, de JP Fargier, paraîtra début mars pour accompagner la rétrospective de ses films "Pollet retrouvé"

(JPG)

les_editions_de_loeil

« Ce livre est le récit de la vie de Jean-Daniel Pollet, exposé par lui-même. Cette biographie est donc une autobiographie que j’ai fabriquée. À partir de quoi ? Pendant sept à huit ans, j’ai écouté diverses personnes qui avaient connu ce cinéaste, avaient traversé des moments de sa vie, contribué à ses films, me livrer, sous formes de fragments, des instants partagés avec lui, des souvenirs arrachés à leurs mémoires, des paroles entendues, des gestes inoubliables. Certains ne m’ont parlé qu’une heure, d’autres pendant des journées entières. On m’a donné des photos, on m’a montré des lieux. J’ai visité des maisons, marché sur des chemins où l’empreinte de ses pas n’était pas encore effacée. J’avais aussi, et dès le départ, mon stock de souvenirs personnels, engrangés depuis notre première rencontre au printemps 1969, qu’il raconte d’ailleurs dans le dernier chapitre de son récit, jusqu’à notre ultime discussion, à peine un mois avant sa mort. Je ne savais comment pétrir tous ces documents pour les transformer en un récit. Avec quel levain soulever cette pâte ? Quel projecteur enluminer ces images ? Un jour ou plutôt une nuit, j’ai entendu Jean-Daniel parler depuis son tombeau. Je me suis mis à l’écouter. Les choses s’énonçaient, dans sa tête, dans la mienne, avec une facilité merveilleuse. Il prenait le contrôle de la narration, en grand narrateur qu’il avait toujours été. Il dispersait à sa guise les détails, mélangeait les épisodes, passait du comique au tragique et vice versa, inventait des ellipses,

MICHELE GIGNOUX POP ROMANTIQUE peintre,designer, créateur de mode,
mercredi 11 décembre

Michèle Gignoux,

Cette plasticienne, joueuse créatrice par détournement, onirique manipulatrice des boites de

conserves, du cube , de l’œuf au cube

Du cube plexiglass au cadre photo...Nous met la tête dans le monde

du « Marché de consommation » Loin très loin de l’ennuie soporifique des alignement de

supermarché d’Andy Warhol,Michelle Gignoux faisant un royal pied de nez à Andy,

renverse sa formule

En 1967 elle créé « Le cube -photo », objet banal qui parviens par le tour de force de l’artiste à

nous balancer les données de ses souvenir...Sa mémoire d’enfant . Ses productions, dislocations, transformation sont l‘évidence de son jeu onirique et sarcastique

envers notre société de consommation . Lorsque on est devant la présence de ses robots, des cubes, dès ses chaises multicolores fluo

, ses chaussures, tampons, verres...Ce défilé orgiastique, contrôlé par un agencement

rigoureux, nous fait signe....

Et à fur et à mesure qu’on rentre dans l’univers de Michèle Gignoux Une organisation savante de farandole se fait jour, nous révélant son imaginaire de plasticienne contemporaine. Avec ses œuvres, l’artiste nous force avec son festif manège d’enchantement à nous faire réfléchir autrement.

Par le biais de l’Art, à un autre univers possible.

(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
(JPG)
ADIOS COLOMBE
dimanche 29 septembre
(JPG)

Giselle, alias colombe nom imposé par moi lorsque je l’aperçu pour la

première fois, colombe nous a quittés....

Dés qu’elle vous approchait, une vague de douceur vous envahissez...

Avec son allure, son sourire par fois plus éloquent que ses mots, sa

parole était née de son savoir aiguisé, rayon lumineux par les couches

de profondeur, tes cheveux au vent, ton corps cherchant une chaise

propre dans mon atelier...ta façon de t ‘asseoir et ton regard qui allait et

venais sur mes toiles, se prononçant sur un petit violet perdu dans la

masse, que de leçons, que de « directives » sans forcer, et mes

nombreux textes t’arrivant par mails, qui me revenaient avec les idées

structurées, décantées...une fois mon bancale et foisonnant texte

compris, on ries, ton humour et ta fine ironie venez éclairer les

singularités de la langue française....

Colombe ou que tu sois, je sais que tu es beaucoup plus triste que nous,

par l’absence par les manques.... L’allégresse d’accueillir ton petit fils,

suivre ses découvertes, tes élans de compréhension et d’amour pour ta

fille Marie et son époux, les milles gestes fervents de beauté et d’amour

quotidiens pleins d’intelligence pour ton Joaquin... , L’amour de la nature, ton mur remplis de roses, les oiseaux qui venaient

boire à la fontaine...La fenêtre de ta tour d’ivoire, ton bureau, comme tu

l’appelais, ou tu te concentrais sur tes réflexions et tes écrits....

Colombe, belle amie je sais que tu restes et resteras aérienne en haut

du Luberon, pas loin de nous....

tiphaine

Marcel GILI rend Hommage à Salvador Puig Antich au Mas GENEGALS exposition ouverte pendant tout l’été.
dimanche 11 août

Marcel Gili peint ses grandes toiles inédites presque minimalistes avec la ferveur d’un militant passionné, message humain, manifeste d’un deuil...

MAS GENEGALS 66600 VINGRAU

Sur le Web
Fernando Arrabal
overview on Fernando Arrabal’s life and work
Martin McNulty
Site web principal de l’artiste peintre Martin McNulty
Dominique Cros - Photographe Créateur - www.dominique-cros.com
Dominique Cros, photographe d’art, d’histoire et de vie sociale, met en ligne son film d’images en plusieurs tableaux, à travers l’outil de la photo et du dessin.
CIEL INTERIEUR de Jean-Paul Fargier // Autour de Geneviève MORGAN
Deux beaux textes de la Revue "FUSEES" Déploiement intellectuel et flamboyante exploration du Cosmos
mercredi 14 septembre 2016
par Administrateur- tiphaine

CIEL INTERIEUR

Jean-Paul Fargier

Couchés dans le ciel, avec la lune pour témoin... Nous le sommes tous. Ensemble mais séparément, chacun pour soi. Les uns à côté des autres, à des distances infimes et pourtant énormes, au sens strict : astronomiques. Impossible qu’il en soit autrement : nous ne sommes nés, dans ce point de l’univers nommé Terre, ni à la même seconde ni dans le même lieu. Au moment de notre naissance, la voûte céleste nous assigne une place unique dans le mouvement des astres et des planètes et, où que nos pas nous portent, nous perdent, nous serons jusqu’à notre mort inclus dans ce grand mouvement horloger. Poussière parmi les galaxies. Poussière consciente mais obéissant aux mêmes ordres, aux mêmes rythmes. Nos battements de coeur cadencés par la course du temps universel, coule dans nos veines le ciel infini.

C’est ce ciel que peint Geneviève Morgan. Ses tableaux représentent une parcelle de l’univers à un moment précis - parcelle captée, lue, déchiffrée d’un endroit particulier de la Terre. Hémisphère Nord, hémisphère Sud : deux scènes ; il faut choisir où l’on veut aller au théâtre. Et quel jour, quelle nuit, quel mois de quelle année : le programme change souvent, on ne joue pas la même pièce à perpétuité. Geneviève feuillette son Cosmoscope et choisit. Elle assiste au spectacle et nous restitue sa vision. Ainsi chacune de ses toiles, qui se présentent à première vue comme un fourmillement d’étoiles indistinct se révèle un instantané quand on s’en approche.

L’instantané intime de quelqu’un qui a creusé sa place, son chemin, dans cette géographie stellaire. Rien à voir avec une projection scientifique, d’utilité publique, éditée en série par tel ou tel Institut d’Astronomie, où nulle place n’est prévue, ni même concevable, ni pour ceux qui la signent ni pour ceux qui la consultent. Au contraire, les tableaux d’étoiles de Geneviève Morgan n’appellent d’usage que personnel. D’un côté comme de l’autre, ils ressortissent du domaine privé. Pour celle qui les a conçus comme pour ceux qui les envisagent dans un face à face d’oeuvre(s) à spectateur(s), ces tableaux ne se justifient qu’à titre subjectif. Tout exacts qu’ils soient.

Quand on entre dans les détails de ces compositions, en interrogeant leur maître d’oeuvre, c’est d’abord la rigueur de la représentation qui sidère. Chaque tableau comporte des centaines de points dont chacun est identifiable (Aldébaran, Orion, Véga, Castor et Pollux, Déneb, Spica, etc.) ; même si aucun nom, inscrit en toutes lettres, ne les épingle comme sur les cartes officielles, un connaisseur saura les reconnaître ; chaque distance entre deux points traduit en millimètres ou centimètres les années-lumière qui les séparent ; tous ces points, virgules, cercles, ne sont pas de la même dimension, il y en a des gros, des moyens, des petits, des minuscules, suivant leur taille réelle dans l’éther ; enfin, ils ont chacun leur luminosité, plus ou moins brillante, et leur température de couleur (bleu, jaune, orange, rouge) telle que la science l’a observée, classée. C’est prodigieux de finesse réaliste, d’adresse dans la transposition, et pourtant l’essentiel n’est pas là. L’impact entre un de ces amas stellaires et celui qui le contemple est dans le sentiment que ce tableau l’interpelle personnellement. Quelque chose vous entraîne au-delà de la représentation, vous incite à chercher votre place au milieu de tous ces points, à voyager parmi eux. Question d’esthétique !

Questions de couleurs, de vibrations, de fonds. Et aussi d’éclairage. Car on ne voit pas, dans ces tableaux, les mêmes configurations par temps clair ou à la lumière électrique. Les pigments employés ont la propriété de briller autrement sous un éclairage spécial, emprunté au théâtre à effets. Baignées de « lumière noire » les étoiles scintillent de mille feux divers. Alors que l’éclairage qui filtre d’une fenêtre ou tombe d’une ampoule ordinaire ne révèle qu’un dessin mat, sans relief, la lueur nocturne, filtrant d’un tube violet, creuse dans le magma des distances, façonne des groupes, sculpte des temps plus ou moins proches, lointains. C’est pourquoi il faut toujours voir deux fois les tableaux de Geneviève Morgan. Dans leur double exposition possible. Chaque exposition initie un voyage.

Premier voyage : du jour à la nuit. Petite mise en scène. Chez elle. Après un premier coup d’oeil, on tire les rideaux, on allume les réverbères accrochés aux poutres. La lumière noire chauffe lentement. Patience : l’enchantement est à ce prix. Du plus profond des ombres du tableau sourd un bouquet de fleurs de feu. Vous voici embarqués. Dans une galerie, un musée, prévoir un éclairage cyclique, à rhéostat variable. Même effet. Vous voici dans la nuit face à l’immensité. Si vous êtes connaisseur, vous repérez vite quelques points familiers et à partir de ceux-ci vous naviguez sans erreur d’une étoile à une autre, émerveillé. Si vous ignorez tout de la Voie Lactée, mis à part la Grande Ourse, que vous avez d’ailleurs du mal à trouver ici, demandez à l’artiste le nom de n’importe quel point, sa réponse vous éclairera ; laissez le parler ; suivez le guide, il connaît le ciel comme s’il l’avait fait ! J’en parle d’expérience, ayant le bonheur de vivre depuis trois ans au milieu de ces tableaux.

Autre voyage (il fut le mien au début, et j’aime parfois le refaire) : de l’abstrait au concret. On peut très bien devant ce spectacle s’enchanter des seuls évènements lumineux, du jeu des masses sombres et des stries, halos, sillages, traînées, écharpes flottantes, comme autant de formes se répondant, juxtaposées sans signifier rien de définissable, pur tricotage de rythmes, ainsi que le pratiquent les artistes de l’abstrait. Beaucoup de visiteurs sous le charme de ces bleus profonds ou limpides, troués de clignotements orangés, rouges, ne veulent pas en savoir davantage : entrer dans le déchiffrage des points risquerait de rabaisser leur plaisir pictural.

Nommer cette surface ciel et ces points étoiles, à quoi bon ? On y gagnera quoi plastiquement ? Pointer là des constellations, merci. Passez votre chemin, trouble fêtes trop savants. Laissez-nous divaguer en paix, perdus dans l’azur. Pourquoi pas ? A chacun ses plaisirs esthétiques. Et il est vrai que de ces tableaux émanent un rayonnement puissant de formes en fusion, fusées de couleurs, trajectoires filées, nuages provisoires de traits ne promettant nulle pluie d’objets, nulle apparition nommable. Pourtant la connaissance de la réalité déployée par Geneviève Morgan ne nuit pas à l’émerveillement, elle l’augmente. Et ceux qui recherchent ses tableaux sont en quête de cette profondeur réelle du temps et de l’espace que leurs éclats immobilisent avec tant de grâce et de science mêlées. Chaos ordonné où on ne se perd jamais, où certaines questions n’ont leurs réponses que là.

Pour faciliter ce voyage, l’enclencher autrement, peut-être nous amener ailleurs, l’artiste peint parfois à la surface de ses cieux profonds des objets vivants, mortels, transitoires : des oiseaux aux ailes déployées, une barque et ses passagers mettant le cap sur la Voie Lactée. J’aime ces oeuvres tout particulièrement : elles créent un raccourci existentiel bouleversant. Entre les entités les plus gigantesques, les plus lointaines, les plus massives, les plus anciennes qui peuplent le ciel pour ainsi dire depuis toujours et les êtres de chair et de sang qui le traversent brièvement toutes distances s’abolissent : ils s’enveloppent mutuellement comme dans un dessin d’Escher. Preuve d’une intériorité mise à nu, extériorisée sous forme d’énigme posée au Réalisme : comment cet ensemble (oiseaux/étoiles ou embarqués/voie lactée) se peut-il ? De quelle perspective relève-t-il ? Quel rapport réel traduit-il ? A quoi correspond-il ? Et de quoi répond-il ? Devant qui ?

Faites avancer le témoin : la Lune. Morceau cisaillé de la Terre, attaché à la rotation de celle-ci, tournant vers nous toujours la même face, les mêmes yeux, le même front, la même bouche que les artistes depuis des siècles se plaisent à faire rire ou pleurer, la Lune est une métaphore de l’Homme. Un miroir que nous tend l’Univers pour nous signifier notre sort. Sa face cachée constitue un modèle non pas réduit mais amplifié de l’action des astres sur nous. Tandis que sa face visible nous regarde, sa face invisible se charge en rayons cosmiques, procurant à sa masse une force qui la rend capable de soulever les mers et le manteau terrestre. Ainsi chacun de nous, comme la lune, reçoit sa part de rayonnement. Sa dose d’énergie. Doublement. Directement des étoiles - chacun les siennes suivant l’endroit où nous sommes couchés dans le ciel par notre naissance. Mais aussi, indirectement. Quelques effluves ayant transité par la lune nous parviennent et nous modifient. Avec plus ou moins d’efficience, nous le savons, suivant qu’elle est pleine ou montante, descendante, etc. Qui n’a pas mal dormi un soir de pleine lune ou accompli quelque acte inattendu, insensé ?

Les photos que Geneviève Morgan prend de notre satellite répondent au même souci que ses peintures, émettent les mêmes messages mais, à coup sûr, d’une façon plus sereine, plus joyeuse, plus simple et plus directe. En la cadrant seule dans le ciel ou positionnée au-dessus d’un repère terrestre (clocher, monument, montagne, fleuve, lampadaire), ce qui intéresse la photographe c’est que la lune se montre différente chaque nuit, soir après soir, tout au long de l’année, et d’une année sur l’autre.

Et cela d’autant plus que les planètes qui l’accompagnent, la frôlent, la circonviennent,ne sont pas toujours les mêmes : tantôt Vénus, tantôt Mars, tantôt Jupiter...se rapprochant, s’éloignant, suivant chacune ponctuellement le calendrier de son orbite. Et encore ceci, qui rend la capture énervante, excitante : jamais la lune ne se lève à la même heure ni au même endroit. Patiente, familière, chasseuse à l’affût, Geneviève Morgan attend la cachottière, l’arme chargée. Feu ! Salve d’honneur ! Fusée ! Fêlure ! Retour de flamme ! Clin d’oeil ! Clic ! Clac ! Les photos de lune deviennent ainsi des simplifications des tableaux de l’artiste, un peu comme un dessin résume une peinture, ou plus exactement comme un radar signifie, pointe, localise un bâtiment évoluant dans le ciel ou sur l’océan.

(JPG)

GENEVIEVE MORGAN Le monde est en train de disparaître, il faut se précipiter si on veut voir quelque chose Paul Cézanne

Sans doute n’est-il rien de mieux partagé ni de plus universel que le spectacle du Ciel qui nous entoure. La lumière du jour, le Soleil, la Lune et les étoiles, sont notre environnement naturel, rendu presque banal par trop de connaissances et par tro d’habitudes inculquées, orientant les recherches de notre époque. L’attitude de conquête du ciel proche et lointain qui est la tendance d’aujourd’hui est à l’opposé de celle, révérencielle, des peuples anciens pour lesquels il n’a jamais fait aucun doute que toute vie manifeste ou invisible, antérieure, présente ou future, provenait du cosmos. La magnificence et la régularité diurne et nocturne de son déploiement étaient l’évidente preuve sensible de sa présence absolue, de son essence sacrée envers laquelle il eut été vain de vouloir s’exclure. Bien au contraire, le désir et la nécessité d’entrer en relation avec le cosmos au-delà de la relation d’immanence qu’il nous offrait, et d’établir un lien dans l’ordre de la transcendance avec le Grand Tout qui nous contient permettaient d’en comprendre et d’en apprécier l’intime harmonie si précieuse et de conjurer la crainte de ses déchaînements.

C’était là, sans doute, le moindre des gestes de reconnaissance que l’on pouvait lui rendre mais aussi à l’évidence le moyen le plus sûr d’accès à la sagesse. Et ainsi fut-il fait partout où il y eut des anciens peuples, chacun selon ce qu’il en comprenait à l’aide de ses références locales, établissant des correspondances d’après l’exemplarité du cosmos sacralisé en modèle ultime, dans toutes les activités et les agencements humains, pour créer son modèle social, politique et spirituel. L’essence même de sa culture.

Cette attitude révérencielle des peuples anciens envers le ciel tout puissant, créateur et dévastateur, et envers ceux qui s’en occupent, s’est transmise en partie jusqu’à nous. Les astrophysiciens de l’âge moderne ne sont-ils pas un peu les analogues des grands Mages au savoir transcendant des époques révolues ? Ainsi au Moyen-Âge, le statut d’Abd al-Rahman produisant la version arabe du calendrier de Cordoue, celui d’Al-Soufi ajoutant aux 48 constellations ptolémaïques celle du ciel des Bédouins,ou celui d’Al-Biruni rédigeant son traité des étoiles fixes, relèvent autant de l’ordre sacerdotal et monacal que de celui de la science.

Tout serait sans doute resté dans l’ordre si les premières lentilles optiques n’avaient fait découvrir à la Renaissance la présence de taches sur le soleil, l’irréfutable preuve qui devait précipiter sa destitution du monde incorruptible, éternel et divin où il vivait en maître et seigneur depuis des siècles, dans sa sphère devenue cristalline. Copernic redécouvrant Aristarque avait peu avant détaché la terre du centre du monde ou elle était bloquée, Galilée voyait à la lunette un duplicata du système solaire en regardant des satellites évoluer autour de Jupiter ; et il n’en fallut pas plus pour qu’une révolution copernicienne se déclenche, et que le monde occidental soit plongé dans une profonde crise de conscience. Ne fallait-il pas, dès lors, revoir toutes les croyances et les lois physiques, morales et sociales qui y étaient rattachées, et à quel hypothétique modèle restant à découvrir allait-on pouvoir se fier ? Le monde clos avait fait son temps, la terre évoluait miraculeusement sans soutien dans le ciel, les sphères cristallines qui enfermaient les étoiles fixes dans leurs corsets volèrent en éclats, le soleil fut déchu de son éternité.

Un grand nombre de ces étoiles fixes dévoilèrent, démasquées, leur profil de galaxies recelant d’innombrables pépinières d’étoiles. Au péril de leur vie les esprits forts durent reléguer Enfer et Paradis dans le monde abyssal d’un espace infini ou le Créateur, déjà invisible, devenait introuvable. De nos jours les révolutions apocalyptiques et physiques n’ont de cesse de se succéder, et la conscience humaine dont le temps est si bref s’est habituée à l’idée d’un espace-temps cyclique où les révolutions sont la règle et les big bang et big crunch alternés, sont les témoins des pulsations du grand coeur vivant du cosmos. Mais cette version de l’histoire ne plaît pas à tous. La maladie dévastatrice de la radicalité conservatrice de valeurs révolues qui a fait rage au XXe siècle a certes sa cure et son vaccin dans la culture du regard, et c’est peut-être une des raisons qui poussent encore certains à contempler les cieux où pullulent aujourd’hui les soleils et où inexorablement les galaxies s’enfuient toujours plus loin, dans un espace aux dimensions incertaines, nous regardant inlassablement, nuit et jour.

Il ne sera donc plus possible, dans ces conditions, de pouvoir représenter le cosmos sous l’aspect d’une sphère de cristal étoilée, que tient la divine main de son créateur et propriétaire, même si nous nous attardons volontiers à en admirer la beauté picturale dans les oeuvres des maîtres anciens. Le spectateur d’aujourd’hui ne reconnaît plus le ciel qu’il voit dans cette représentation, mais l’occurrence d’un art codé, ready made conceptuel remis au goût du siècle dernier par Marcel Duchamp. De même, la voûte au semis d’innombrables étoiles d’or bien rangées par Giotto dans la basilique Saint-François à Assise nous ravit toujours autant, et si elle correspond encore à la possibilité affective de notre sensibilité, elle n’est cependant plus en phase avec nos connaissances actuelles, et décalée par rapport à la réalité du présent de nos visions nocturnes.

Dès lors, faire le portrait du ciel de nuit, celui de l’instant du paysage céleste qui s’offre à nous dans le spectacle déroulant de sa procession, témoignera tant du continuum de générations de consciences éphémères qui y sont inscrites, que de notre regard sidéré par son déploiement. La vision du ciel de nuit s’offrait déjà aux premier des hommes qui en ont quelquefois gravé le dessin dans la pierre, et consiste encore, malgré et grâce aux idées reçues du passé et du présent, à en restituer la ressemblance. Se positionner sur le motif, face contre ciel en pleine immersion contemplative, dans la grande aporie qui s’y joue, et laisser le regard s’imprimer des dessins qui s’y trament pour en témoigner le jour venu y aide. Si toutefois l’on ne voit pas de mal au fait de passer, ravie, ses nuits dehors. La nuit est encore porteuse de clarté pour certains, dont je suis.

Articles de cette rubrique
  1. Karl Bergot
    5 mai 2006

  2. Martin Mc Nulty
    31 janvier 2007

  3. Pierre Jean Mantigneux
    27 février 2007

  4. JOSETTE SAMSON FRANÇOIS PORTRAIT FLUIDE
    9 septembre 2011

  5. KRISTIAN DESALLY a la Galerie PASCAL LAINE à MENERBES
    24 mai 2014

  6. KRISTIAN DESALLY a la GALERIE PASCAL LAINE
    24 mai 2014

  7. LETTRE de Sa SAINTETE JEAN PAUL II
    8 juillet 2014

  8. HISTOIRE de Mystiques
    9 juillet 2014

  9. LE SQUARE De MARGUERITTE DURAS par DIDIER BEZACE
    26 août 2014

  10. "L’AMOUR et les FORETS" d’ ERIC REINHARDT chez Gallimard
    11 septembre 2014

  11. Paintingts of Christian Debout and Tiphaine Stepffer tribute has the Chinesse ART of the Landscape and the discovery of the warriors of it terrecuite
    8 juin 2015

  12. « Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard Mise en scène de Krystian Lupa
    22 août 2015

  13. Christian Debout /Parcours d’un plasticien contemporain
    20 décembre 2015

  14. EXTASES FEMININS par/ JEAN NOEL VUARNET
    30 décembre 2015

  15. CARLOS REGAZZONI plasticien multiple à Buenos Aires
    17 janvier 2016

  16. CHRISTIAN DEBOUT complexité de l’oeuvre d’un plasticien contemporain
    31 mai 2016

  17. La compagnie Théâtre en douce a le plaisir de présenter « Oh les beaux jours ! » de Samuel Beckett. Mise en scène de Pierre Helly. Avec : Bénédicte Coste-Chareyre et Robert Abraham.
    7 juin 2016

  18. Forte et émouvante exposition de Michel Steiner « LUMIERE ^ PRESENCE »au Musée de Marcel Gili
    29 juin 2016

  19. A Avignon une création insensée, de GABRIEL GARRAN, lorsqu’il choisit, de Margueritte Duras « L’Homme assis dans le couloir »
    10 juillet 2016

  20. EXPOSITION HOMMAGE à NAM JUNE PAIK au PRIEURE SAINT-PIERRE a la COMMUNE du PONT SAINT-ESPRIT.
    25 août 2016

  21. CIEL INTERIEUR de Jean-Paul Fargier // Autour de Geneviève MORGAN
    14 septembre 2016

  22. JEAN-FRAN9OIS DUFFAU est parti
    10 février 2017

  23. "UNE AFFARE ATOMIQUE" de Vincent Crouzet// Edition Laffont
    28 mars 2017

  24. EXPOSITION de BERNARD BRANDI
    2 juin 2017

  25. "LA VUELTA à la CHAPELLE de MEJEAN à ARLES
    10 août 2017

  26. JOE DOWNING a la GALERIE PASCAL LAINE
    1er septembre 2017

  27. Nouvel article
    7 février 2018

  28. INVISIBLE GALERIE Presente CHRISTIAN DEBOUT "LES ENVELOPPES" Vernissage le Jeudi 31 MAI 2018
    1er mai 2018

  29. LA GALERIE PASCAL LAINE PRESENTE// VIART//HANS HARTUNG//PRASSINOS//DEGOTTEX//ALECHINSKY//VASARELY
    18 août 2018

  30. CHRISTIAN DEBOUT "LES ENVELOPPES" Galerie UN LIEU UNE OEUVRE à Menerbes
    21 septembre 2018

  31. FARDOULIS LAGRANGE de Tiphaine
    25 septembre 2018

  32. LE GRAND PALAIS RÉTROSPECTIVE JOAN MIRO 44 ANS APRÈS
    24 novembre 2018

  33. EXPOSITION MICHEL STEINER « BRUISSEMENT DU SILENCE 
    11 décembre 2018

  34. ART CONTEMPORAIN a la MAISON DORA MAAR à Menerbes présenté pour les 10 ans de La Galerie UN LIEU UNE OEUVRE du 6 au 27 Juin 2019 Vernissage le 6 Juin à 18H
    7 juin 2019

  35. EXPOSITION de MICHEL LOEB a la GALERIE PASCAL LAINE
    24 juillet 2019

  36. MARCEL GILI AU GENEGALS des Oeuvres Inédites exposées dans son Musée
    8 août 2019

  37. DES OEUVRES INEDITES de MARCEL GILI à GENEGALS
    11 août 2019

  38. Michel Cassé
    26 août 2019

  39. "LE MONDE de TIM" par Pierre Grand-Dufay
    31 décembre 2019

  40. "LES AILLEURS" Oeuvres qui s’ouvrent sur la NATURE de TIPHAINE
    8 février 2020