Editions Tiphaine
Accueil du siteEXPRESSION D’ ARTISTES
Dernière mise à jour :
mardi 11 décembre 2018
   
Brèves
LA COMEDIE FRANCAISE :édition « Les Petites Formes » Eric Reinhardt
samedi 17 avril

L’ARGENT

Eric Reinhardt

« Leverage de quatre »

Le départ de cette pièce de théâtre, d’Eric Reinhardt, nous plonge dans le milieu boursier, les traders, élite minoritaire, s’offrant défis, risques, chiffres a l’appui, dont l’argent médium virtuel, dépasse les mathématiques pour atterrir en plein dans l’algèbre, «  L’algèbre de Boole des fonctions logiques permet de modéliser des raisonnements logiques, en exprimant un « état » en fonction de conditions. » Eric Reinhardt se servira du langage courant des gens de la bourse sans rien trahir de leur vocabulaire, restituant ainsi leur profil, et leur esprit formaté. L’écrivain n’a pas à épaissir l’importance des événements. Ce « jeu » boursier a commencé vers les années 80, suite à ce nouveau phénomène de société,une série de scandales financiers a suscité et excité les « médias ». Le scénario est le même et de ce qui est en jeu, la transgression du tabou le plus important : L’Argent. Ce leverage met en scène des personnages tirés de la réalité contemporaine, il nous est imposé par quatre « traders » assiégés. Les personnages vont à fur et à mesure du rythme donné par la menaçante foule qui cri à l’extérieur, incarner cette « faune » de l’élite boursière, Ils se préparent à partir, plutôt fuir, la démence crée par la démesure de ces opérations financières licites. Devrons selon, les stratégies propres a leurs natures à risques forcer le PDG a un dernier investissement, réalisant ainsi un dernier coup boursier, Malgré la réaction de ouvriers révoltés qui veulent a coup de hache rentrer dans leur maison. L’absurde s’installe, acclamé, les propositions de plus en plus « risquées » des transactions mirobolantes de ces traders font que la pièce prend une tournure classique, la peur, le danger, peut être la mort, une presque fin d’un monde, même si ce monde là est devenu virtuel, avec ces derniers réclameurs, s’exécutant a pile ou face, devant l’hôte obligé, le PDG, hésitant au début, finira par "chuté" dans le piège. Leverage Buy Out, ou rachat d’une société par une holding Compagny ; soutenu par des paris Killers... comique, pathétique, grotesque. Le récit d’ Eric Reinhardt est aussi le reflet d’une nouvelle face de notre société, et ses systèmes économiques,politiques, trame perverse,dont les traders, prototypes cyborgs,sont les « cerfs » de ces transactions autorisées, licites. Valeurs suprêmes en hausse : Le Pouvoir, la Réussite. L’écrivain nous a montré et décrit dans son roman « Cendrillon » un de meilleur livre de la Rentrée Littéraire 2007 ... Dans un chapitre de son livre, fait une descriptive minutieuse de l’univers des traders,en soulevant toutes les conséquences dut à l’ « effet de levier » " L’auteur décrit dans un récit haletant les laissés-pour-compte de la classe moyenne soumis aux extravagances et exigences de la mondialisation " Yves Simon. Funeste gageure : l’Argent et des risques énormes à subir Ils sont autorisés à utiliser tous les produits disponibles Ils sont autorisés à tous les produits dérivés Ils sont autorisés à tous les profits des capacités de « leverage » Ils sont autorisés aussi a utiliser toutes les capacités de « shorter » Désormais, David, Olivier, Alice, Anne Sophie et Bernard piégés, nos traders, allégrement euphoriques, traques, mais préservés par leurs folie, vont continuer ce jeu pyramidal, jusqu’ au noir absolu...le vide Et d’autres jeux, et enjeux verrons le jour, pour remplacer « Yours’ / ’Mine’ / ’Change’ / ’Your Risk’/ ’How now ?’ / ’Nothing here »

Tiphaine 18/avril/2010

Nouvelle brève
dimanche 19 avril
Toc Toc Toc Numéro 9 est sorti, à voir le sommaire, l’histoire...
Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique,
lundi 13 novembre
Hors des contextes des dogmes, des normes, qui rêvent de métamorphoses et des pluralités, des mondes, des corps célestes et autres. Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique, qui fera la parodie de l’enseignement des répétitions, contre le discours du père, de la mère, et son pouvoir qui lui vient de la détention de la langue maternelle, entre le discours et l’imitation, pouvoir plus diffus. Sade contre la Famille, contre la reproduction, emprisonné a la Bastille. Et d’ autres penseurs politiques, comme Karl Marx dont le réel, le temps, l’espace seraient « le terrain » d’une des réalités possibles. Nietzsche praticien- philosophe contre les humiliations du travail, sans plaisir. Discours impurs, sublimes et tragiques, destinées solitaires, êtres vecteur des intensités décelées, rapports de serre envers la Nature, serait ce ces êtres qui rentreraient dans les rangées des Artistes-Philosophes. Leonardo da Vinci praticien expérimentateur, créateur de machines, d’accessoires mécaniques, chirurgien spontané des dissections anatomiques, créateur pluriel, qui se complut aux plus hasardeuses recherches, dans sa monstrueuse ambition intellectuelle. Il manipule, scalpe, et se roue, sur le plus grave, le paradigme de l’homme. La Philosophie et L’Art. Le désir de connaissance, la Connaissance par le désir, nouveau concept de l’Absolu. Attitude de l’artiste nouveau. L’Oeuvre est liée à la Vie, et la gestation des œuvres tantôt refluant violemment ou bien conçues laborieusement, sont éjectées par la source primordiale, LA VIE.
Grigory : une énigme
mercredi 23 août

Nous ne pouvons pas ne pas parler du génie mathématicien russe : Grigory Perelman. "Il a donné les clés de la conjecture de Poincaré" C’est bon on a compris, pas de la même planète... Qui est donc cet être, rare, inhabituel, avare de sa personne, qui rechigne, qui refuse des prix aussi fabuleux que « La Cley Mathématics Institue » . Selon certaines nouvelles de la presse, il paraîtrait, de caractère solitaire, promeneur, hors du monde, la (sa) solution à l’énigme Poicarré ... plus de 100 des meilleurs mathématiciens de ce monde se sont mis à recoller les morceaux éparts laissés par un cerveau hors du commun, ils ont voulu retrouver les étapes que le Monsieur n’avait pas voulu écrire, style trop facile, maintenant il va falloir qu’ils trouvent déjà une unité à l’ensemble de l’oeuvre en gestation avancée de ce mathématicien « non professionnel » pour tenter de le comprendre, heureusement Grigory Perelman sera déjà loin, perdu dans ses mathématiques faites de concepts que lui maîtrise absoluement, pour nous c’est lui l’énigme, y’a beaucoup d’inconnues, merci Mister, jongles encore avec la topologie, avec les boules pleines ou creuses, c’est déjà ça de pris pour nous, simples humains.

La Luciole

Bienvenue Marius
jeudi 9 février
Aujourd’hui 6.2.06 à 11 heures 40 minutes, une amie Frankie a mis un enfant au monde, sur la planète Terre, bienvenue Marius, son père Damien a dit de lui qu’il était si plissé qu’il ressemblait à un chien chinois, moi j’ai dit plutôt une chenille, plissée. Marius, quand tu auras l’age de raison, je te lirais Gilles Deleuze, pour la question plis, il a dit aussi que la lumière le dérangait, je te lirais la nostalgie de la lumière de Michel Cassé astronome de l’invisible, nous allons beaucoup nous amuser... que sera t’il advenue de l’eau ? de l’air ? du lait ? la planète Terre va mal..... aurons nous trouvé des solutions, serons nous plus conscient et plus respectueux de cette magnifique planète ?
Sur le Web
Fernando Arrabal
overview on Fernando Arrabal’s life and work. Le site officiel du grand Fernando Arrabal, ami et collaborateur pour notre revue Toc Toc Toc.
La Luciole Electrique
Le site de la Luciole un de nos collabarateurs à la revue Toc Toc Toc. C’est pas parce que l’on a rien à dire qu’il faut pas le faire savoir. Tout un programme...
Au nom de tous ceux que j’aime
Le site de Dominique Durok, à consommer sans modération.
Dominique Cros
Site de Dominique Cros, artiste photographe. Un très beau site à découvrir ou à revisiter. Une grande photographe.
Espace Tiphaine Bastille
Site de l’espace Tiphaine (ancien site du Groupe Tiphaine).
LA CULTURE EN DANGER
mardi 11 mai 2010
par Administrateur- tiphaine

La culture en danger - Samedi 19 décembre 2009 - MC 93 Bobigny

Mesdames, Messieurs, C’est avec conscience et gravité que j’ai souhaité vous réunir aujourd’hui, vous les acteurs de la culture de notre département, que vous soyez élus, artistes, responsables d’établissements culturels. Car, Mesdames et Messieurs, le moment qui nous rassemble est un moment important, solennel. Un moment qui transcende presque toutes les lignes de clivages.

Ce matin, il n’y a pas de frontières départementales. Bien sûr, la culture en Seine-Saint-Denis est particulièrement menacée. Mais au-delà, c’est l’exception culturelle française dans son ensemble qui pourrait être en voie d’extinction si par malheur nous restions silencieux. En cela, la Seine-Saint-Denis ne doit pas être un bastion mais un point de départ.

Je crois que nous sommes le visage de la culture du 21e siècle et que le vaste mouvement de défense de cette culture doit démarrer ici aujourd’hui, pour contaminer demain tout le pays. Il est sans doute là le véritable débat d’identité nationale.

Ce matin, il n’y a pas de frontières politiques au sein des forces de progrès. Certes, des élections régionales se tiennent dans quelques semaines, avec la tentation de démarquage qui traverse parfois l’esprit des forces politiques qui y concourent... Mais devant les enjeux qui s’imposent à nous (c’est-à-dire la survie pure et simple de la culture dans notre pays), je vous le dis, il n’y a pas de place pour les petits intérêts de chapelles. L’état d’esprit qui doit nous animer aujourd’hui, c’est l’union sacrée.

Mesdames et Messieurs, démarrons de la Seine-Saint-Denis. Celles et ceux qui la connaissent et qui la pratiquent le savent : elle a au moins deux visages. Celui dont se gavent les médias autour des problèmes urbains et sociaux que nous connaissons tous bien, et un autre, que nul ne peut nier, car il est notre force : celui d’un département riche de créations culturelles, de festivals rayonnants, de théâtres nationaux et d’artistes implantés.

La presse vante de façon très régulière les grands événements culturels de la Seine-Saint-Denis : une pleine page dans Libération de la semaine dernière concernant le festival H2O d’Aulnay-Sous-Bois, sans oublier les innombrables papiers concernant la très grande rétrospective Lev Dodine, organisée par la MC 93, ou encore, les spectacles de cirque de Bagnolet, tout cela largement soutenu par le Département. Cette reconnaissance nationale et internationale fait notre fierté et donne espoir dans le sens de l’action publique en faveur de la culture. Le public ne s’y trompe d’ailleurs pas et participe massivement à ces spectacles.

A l’heure où l’État - par le biais du Conseil de la Création artistique - vante "la colline des musées" et veut concentrer l’exemplarité et la référence culturelle exclusivement à l’Ouest de Paris, cette présence culturelle de la Seine-Saint-Denis me rassure. Elle me conforte dans l’idée que la Seine-Saint-Denis n’a pas besoin de formes culturelles "précaires" - si je m’en tiens aux seuls termes du rapport présenté par Marin Karmitz - pour proposer à ses habitants et à ceux de la Région Ile-de-France- une programmation culturelle d’excellence.

Au moment où des grèves importantes se déroulent dans les musées nationaux à cause d’une RGPP brutale qui réduit l’emploi dans ces établissements et menace durablement l’action publique de l’État dans le champ de l’art, notre département peut honorablement revendiquer l’importance des moyens qu’il mobilise en faveur de la culture : plus de 20 millions et demi d’euros en 2009.

Dans la période où le gouvernement organise de curieuses procédures de nomination dans certains équipements culturels nationaux, nous pouvons êtres fiers des choix que nous avons su préserver cette année.

Avec trois des six Centres Dramatiques Nationaux franciliens, avec la MC 93 de Bobigny, avec deux scènes conventionnées à Tremblay et au Blanc-Mesnil, avec des théâtres de ville, une vingtaine de cinémas et une quinzaine de lieux intermédiaires, la Seine-Saint-Denis est une terre d’accueil pour la création, la diffusion et l’action culturelle en faveur des publics. Avec deux écoles nationales de cirque, l’ENACR et l’Académie Fratellini, avec l’Ecole Nationale de cinéma Louis Lumière à Noisy-le-Grand, de nombreuses vocations artistiques peuvent naître sur ce territoire.

Les festivals dont la renommée dépasse les frontières de notre département sont nombreux : Banlieue Bleue, les Rencontres Chorégraphiques Internationales, Africolor, le Festival de Saint-Denis, Côté Court, la Seine-Saint-Denis est un véritable laboratoire où s’invente chaque jour la culture.

J’ai d’autant plus de facilité à parler de ce paysage culturel unique qu’il n’est pas exclusivement de mon fait : cet héritage fantastique, nous le devons à des hommes visionnaires comme Georges Valbon et Jack Ralite. Sans eux, pas de Zingaro à Aubervilliers, ni de Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à Montreuil. Sans eux et leurs successeurs - et je veux saluer ici Hervé Bramy - pas de Biennale Art Grandeur Nature ni tout ce qui fait la richesse de la culture grâce aux résidences artistiques, aux théâtres de ville, au cinéma de proximité.

Cette histoire est un terreau fertile pour mener et poursuivre une politique culturelle ambitieuse destinée à l’ensemble des habitants de ce département. Depuis un an et demi, le Département s’attache à consolider ce qui existe, ce qui fait la qualité de l’action culturelle en Seine-Saint-Denis et concourt à son plus large accès pour tous.

Parce que nous avons la conviction que la culture porte les moyens de l’épanouissement et de l’émancipation des habitants de ce département, nous lui consacrons chaque année une part importante de notre budget.

Accueillir des artistes en résidences dans les villes et dans les collèges, accompagner les associations et structures culturelles pour favoriser la création et la diffusion artistique, soutenir et parfois initier de grands événements culturels, tel est le sens de notre action politique au service de la culture. Un département urbain traversé depuis des décennies par la crise sociale et urbaine, a besoin de la culture pour vivre.

Un département terre d’accueil ouvert à la diversité a besoin de rendre visible l’expression artistique de cette diversité. Nos actions culturelles sont à l’image de notre territoire. Nous voulons le rendre attractif, nous voulons donner envie de nous rejoindre, nous voulons transformer le regard stigmatisé que l’on porte sur nous. La culture n’est peut-être pas partie prenante des compétences automatiques et obligatoires, pour autant elle est inscrite dans le code génétique de notre département. Elle est intimement liée à ce que nous sommes. Elle est la source de notre identité commune.

Depuis 2008, nous avons voulu aller plus loin et mettre fin à cette impression jamais clairement exprimée mais toujours en filigrane dans les conversations, celle qui consiste à penser que le Département ne financerait la culture que dans les villes déjà largement dotées en équipements et en associations.

Pour mettre fin à cette impression pas forcement légitime d’ailleurs, j’ai souhaité que le Conseil général noue des partenariats avec chaque ville du département par le biais de conventions sur-mesure afin de permettre aux élus locaux de développer des projets qu’ils jugent pertinents pour leur ville et leurs habitants. Ces conventions de coopération, dont beaucoup sont sur le point d’être signées, vont nous permettre de mieux appréhender les spécificités de chaque commune et de mieux les accompagner.

"La culture et l’art au collège", notre nouveau dispositif, exprime l’ambition d’une généralisation de l’éducation artistique au profit des collégiens - 90 artistes dans 115 collèges sur 120 - et constitue un projet d’exigence mobilisant des moyens matériels et humains sans commune mesure.

Confronter les élèves aux artistes et aux œuvres, c’est en quelque sorte un pari sur l’avenir et une opportunité de toucher un nouveau public, le public de demain.

Nous avons encore de nombreux autres projets à mettre en œuvre... Mais pour développer de nouvelles ambitions et continuer de conforter l’existant, et ce sera le second point de mon propos, il nous faut avoir quelques perspectives d’avenir.

Le Département s’est engagé dans la mise en œuvre d’un agenda 21 au cœur duquel le développement artistique et culturel est largement présent. Qui dit Agenda 21, entend développement durable ; qui dit "durable", dit "avenir", forcement. Il m’est pourtant difficile de vous parler de demain.

Si nous avons au Département, maintenu et même augmenté le budget de la culture en 2009, je suis aujourd’hui dans l’incapacité de prendre des engagements pour 2010. Je puis même dire que la situation de 2009 ne saurait être garantie en 2010. Le Département souffre depuis de nombreuses années d’une véritable asphyxie financière.

Les compétences transférées par l’État n’ont jamais été intégralement compensées financièrement, contrairement à ce qui avait été annoncé par le Gouvernement Raffarin en 2004 : Entretenir les routes, verser des allocations aux plus démunis et assurer la gestion des collèges et de certains de leurs personnels, sont entre autres des missions coûteuses quand elles sont effectivement remplies. Il nous est aujourd’hui impossible de les délaisser car elles sont de notre ressort.

À ce jour, l’État doit 485,9 Millions d’€ de dette au Département de la Seine-Saint-Denis ! L’autre source d’étouffement est bien plus insidieuse et la culture est la première à en faire les frais. Quand l’État n’augmente pas - ou quasiment pas - son budget consacré à la culture, et essentiellement au spectacle vivant, qui est appelé au secours pour que vive encore la culture dans les territoires ? Réponse : les collectivités territoriales. Et que pouvons-nous faire sinon répondre dès que cela est possible, parce que la réduction d’une saison théâtrale peut avoir des conséquences terribles pour l’équilibre d’un territoire ?

Le président de la République, qui a retrouvé ses habits de campagne, reproche aux collectivités territoriales leurs budgets importants et les hausses de fiscalité jugées trop élevées alors que nous devons pallier les désengagements permanents de l’État, les renoncements du Gouvernement, et les engagements non tenus des ministres ! Le calcul est simple : le budget 2010 se prépare dans des conditions tellement difficiles que tous les secteurs, y compris la culture, seront mis à forte contribution. Mais l’autre menace pour l’avenir du Département, aussi importante que l’étranglement financier, réside dans la réforme des collectivités territoriales engagée par le gouvernement.

Dès janvier 2010, la taxe professionnelle, qui représente, je le rappelle, près de la moitié des ressources fiscales du département, disparaitra. Purement et simplement. Avec elle, la possibilité pour le Conseil Général de mener des politiques volontaristes, d’intervenir dans des domaines certes non obligatoires mais dont l’utilité pour les habitants n’est plus à démontrer, deviennent impossible avant d’être interdits.

Cette réforme est un véritable coup de force contre les collectivités, et les Départements en particulier. C’est 50 années de décentralisation culturelle qui sont directement menacées par cette loi, c’est tout un système public qui est mis en faillite, volontairement. Supprimer ou pas la clause de compétence générale n’est alors même plus le sujet. Que nous ayons le droit ou pas d’intervenir dans tel ou tel champ n’aura à terme plus aucune importance : sans moyens financiers, nous n’irons pas bien loin.

Au train où le gouvernement nous entraîne à marche forcée, je ne vois pas comment nous pourrions dans ces conditions et compte-tenu de cette atteinte portée à notre autonomie politique et financière, poursuivre notre soutien en direction de la culture.

Vous l’aurez compris, il est plus que temps de se mobiliser pour le Département et les collectivités territoriales, mais surtout, surtout pour l’action culturelle qui enrichit ce territoire et qui fait de notre pays cette exception reconnue unanimement. De cette histoire locale, de cette richesse départementale, il nous faut en faire un enjeu national.

C’est tout le modèle des politiques publiques en faveur de la culture qui est mis en cause. RGPP plus réformes des collectivités locales, plus suppressions de la taxe professionnelle, égale Culture en danger !

En 2006, au moment où le gouvernement d’alors engageait ses premiers gels budgétaires à l’encontre de la culture, pour ne pas afficher des baisses violentes et durables, vous vous êtes mobilisés à l’échelon départemental en lançant un appel "Agir ensemble pour la culture en Seine-Saint-Denis".

Je souhaite que cette année, la Seine-Saint-Denis, dont le rayonnement culturel national n’est plus à démontrer, soit à la tête du mouvement à créer pour sauver la culture de son enracinement public, de son ancrage local, de son rayonnement international et obtenir du Gouvernement : Le renoncement à la réforme des compétences des collectivités, telle qu’elle est actuellement envisagée ; Le remboursement des dettes contractées auprès des collectivités suite aux transferts de compétences de 2004 ; La suppression de la suppression de taxe professionnelle.

Aujourd’hui, je lance un appel national en faveur de "la culture en danger" appel que je vous invite à signer et à diffuser très largement. D’autres initiatives apparaissent, je pense à l’excellent communiqué du Syndéac. Les organisations professionnelles et les collectivités territoriales doivent se rassembler, s’unir, et se mobiliser pour un objectif commun : sauver la culture de la menace qui pèse directement sur elle.

Le Département, cette année encore, va tout faire pour limiter les effets désastreux de cette situation, et tenter de sauver encore la culture de la menace qui pèse sur elle. Mais sans une mobilisation d’importance pour obtenir un recul net et clair du Gouvernement, c’est la dernière année que cela sera possible. Vous l’avez toutes et tous compris, la menace est forte. C’est l’équilibre de nos territoires qui est en jeu. C’est le retour de l’injustice territoriale et culturelle qui est devant nous. Je vous remercie de votre attention.