Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc TocTocToc 15
Dernière mise à jour :
lundi 20 avril 2020
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Texte Contemporain
Gilbert Diatkine
Le droit de rire
lundi 28 janvier 2008

Le droit de rire


" Qu’on vous voie souvent sourire, mais qu’on ne vous entende jamais rire tant que vous vivrez "
C’est le Comte de Chesterfield qui donne cet étrange conseil à son fils. Milord Chesterfield, un homme d’Etat Britannique de premier plan, a négocié du côté Anglais la paix d’Utrecht, qui a mis fin à la Guerre de Succession d’Espagne en 1713. Comme il n’a pas de fils légitime, il veut faire d’un de ses bâtards son successeur au Parlement. Pour transformer en parfait gentleman ce garçon élevé à la campagne dans un milieu modeste, et qu’il connaît à peine, le père envoie le jeune homme faire son " tour " d’Europe, et lui prodigue à distance ses conseils éducatifs par lettres.
Comment un père peut-il interdire de rire à son fils ? On pense d’abord qu’il s’agit d’une aberration pédagogique de plus, au sein du projet éducatif absurde qui consiste à élever un enfant sans avoir de contact réel avec lui. Comme on pouvait s’y attendre, la tentative échouera misérablement : affligé d’un bégaiement sévère, le jeune homme, élu au Parlement grâce à un vote acheté dans un " bourg pourri ", sera ridiculisé à jamais dès son premier discours. Mais l’interdit de rire n’est pas propre à Lord Chesterfield. Toute l’aristocratie flegmatique de l’Angleterre du XVIIIe siècle prohibe le rire, ainsi que l’écrit le poète Charles Churchill (1761) :


" If, in these hallowed times, when sober,
sad
All gentlemen are melancholly mad,
When ’tis not deemed so great a crime by
half
To violate a vestal as to laugh "

" Si, en ces temps bénis, quand ils sont à jeun, tristes,
Tous ces Messieurs sont fous par mélancolie
Quand il s’en faut bien de moitié qu’on trouve aussi criminel
De violer une vestale que de rire " .


Une telle attitude collective surprend d’autant plus que ce même dix-huitième siècle Anglais qui interdit de rire a aussi inventé l’humour. Comment une société, ou au moins une classe sociale, peut-elle prétendre interdire le rire à certains de ses membres ? Le rire n’est-il pas le propre de l’homme

Le rire n’est pas le propre de tous les hommes :

Quiconque a entendu rire un nourrisson aux éclats, ou vu le rire joyeux d’un jeune enfant quand il retrouve ses parents après une séparation, ne pourrait qu’être convaincu que le rire est une conduite innée, inscrite dans le patrimoine génétique de tous les humains, et absente chez l’animal. Mais cette conviction est trompeuse. Ce que détermine le développement neurologique, et que tous les humains ont en commun, c’est l’apparition du sourire, vers la huitième semaine de la vie. De 2 mois à 3 ans, le sourire est déclenché par des stimuli rythmiques, tactiles, visuels et auditifs, et aussi par des stimuli proprioceptifs rapides, ou par des mouvements rapides de tout adulte. Très vite, le sourire du bébé fait partie de l’interaction avec l’entourage et devient une réponse à la figure de l’adulte s’approchant et remuant de haut en bas. N’importe quel adulte _ pas seulement les parents _ parvient à faire sourire un enfant. Le rire du nourrisson, lui, qui apparaît normalement entre 2 et 6 mois, ne se produit qu’au sein d’une interaction avec la mère, dans un échange de vocables en apparence dénués de sens, avec des variations et des rythmes spécifiques, que les spécialistes appellent " l’accordage affectif ". Dans les pays occidentaux, après l’âge de 6 mois, l’enfant devient capable de rire tout seul, hors de la présence de la mère. Vers l’âge de 8 mois se produit un bouleversement considérable. L’enfant qui souriait à toute personne, familière ou étrangère, ne sourit plus à un inconnu, mais manifeste au contraire une vive angoisse devant un visage qu’il ne connaît pas. A cette époque, la séparation d’avec la mère (ou de la personne qui en tient lieu) devient angoissante, et sa retrouvaille est au contraire une source de joie qui s’exprime par un rire bruyant. Cette joie dans la retrouvaille est le prototype de tous les rires de joie ultérieurs, dans l’état amoureux comme dans toutes les autres occasions de joie, comme les succès aux examens, les victoires politiques et sportives, et les fêtes qui célèbrent le retour d’un événement heureux.
L’absence de rire chez les nourrissons est considérée dans notre culture comme un signe pathologique de dépression précoce. Cependant, dans certaines ethnies d’Afrique de l’Ouest, les nourrissons ne rient pas avant l’âge de quatre ans, parce que leurs mères les portent sur leur dos, et les changent sans les regarder, ce qui ne les empêche pas d’avoir avec eux des échanges charnels et affectifs très intenses.

Ces jeunes enfants qui ne rient pas ne sont nullement déprimés, et s’ils survivent à la séparation du sevrage, ils découvrent la joie de rire dans la relation avec les autres enfants de leur classe d’âge .
Voici donc une deuxième culture qui interdit le rire à certains de ses membres. Contrairement aux aristocrates Anglais du XVIIIe siècle, qui ne semblent pas avoir justifié leur conviction que le rire était malséant, les mères Africaines ont donné à F. Héritier-Augé, qui rapporte ces faits, deux explications complémentaires sur la prohibition du rire chez leurs bébés. L’une est que si les bébés riaient, cela pourrait attirer les mauvais esprits sur eux (1). L’autre est que les jeunes enfants sont la réincarnation d’ancêtres vénérables, et qu’il serait inconvenant de rire pour des personnes aussi respectables (2 ). Si la première de ces deux explications est propre à la culture Africaine, la seconde ramène au problème des aristocrates Anglais, sans le résoudre : pourquoi rire est-il indigne d’une personne respectable  ?
L’aphorisme " Le rire est le propre de l’homme " n’est donc pas constamment vérifié. Au haut Moyen-Age, la tradition chrétienne voyait en Aristote, qui l’a énoncé, une source de vérité aussi sûre que les Evangiles eux-mêmes. Par conséquent, le rire était vivement encouragé, tout au moins en dehors des couvents. Car dans les couvents, les lois monastiques traitent le rire comme " la pire chose qui puisse sortir d’une bouche humaine (3 ) ". Voici donc une troisième culture qui a interdit de rire. La raison invoquée de cet interdit est que la lecture la plus attentive des évangiles ne surprend jamais Jésus en train de rire (4). Selon Saint Basile (357-358) " le Seigneur a condamné ceux qui rient dans cette vie. Il est donc évident qu’il n’y a jamais pour le Chrétien de circonstances où il puisse rire " (5 ).
Bien que le contexte historique soit totalement différent dans chacune de ces trois cultures, on retrouve encore l’idée qu’une personne respectable ne saurait se laisser aller à rire. Pourquoi ? Ici, notre enquête doit remonter plus loin dans le temps. En Hébreu et en Grec, il existe deux verbes distincts pour distinguer le rire de joie de la retrouvaille avec un objet attendu que l’on croyait perdu, et le rire malin, où l’on se moque d’autrui ( 6). Dans la Genèse, quand Sara apprend que malgré son grand âge, elle va être enceinte, elle éclate de rire, et Yahvé se demande si elle rit du plaisir d’attendre un enfant, ou si elle se moque de lui. Le nom même d’Isaac vient du verbe Hébreu qui désigne spécifiquement le rire de joie. Cette distinction entre le rire de joie et le rire malin s’est prolongée durablement en Occident. Baudelaire cite un mot de Bossuet, extrait des Maximes et réflexions sur la comédie :

" Le sage ne rit qu’en tremblant " (8). Dans le Traité des passions de l’âme, Descartes (9 ) distingue le " ris " de l’admiration, pur de tout mauvais sentiment, du rire mauvais ou le sang du cœur se mélange avec celui de la rate. Baudelaire, oppose le " Comique absolu ", qui a quelque chose de " satanique(10 ) ", au rire des enfants, qui est innocent. Et pourtant, ajoute Baudelaire, " la joie est une ". Baudelaire est sur la piste de la solution psychanalytique au problème de l’interdit de rire.

L’apport de la psychanalyse :

Le chatouillement peut aussi bien conduire au rire qu’à l’orgasme. Le plaisir du rire est très proche du plaisir sexuel, si bien que dans son essai sur La sexualité infantile, Freud écrit qu’il voit dans le sourire du nourrisson repu " le modèle et l’expression de la satisfaction sexuelle qu’il connaîtra plus tard (11) ". Dans le Mot d’esprit et son rapport avec l’inconscient, il ajoute : " Ce sens primitif du rassasiement joyeux a peut-être procuré au sourire, qui, comme on le sait, demeure le phénomène fondamental du rire, le rapport ultérieur avec les processus de décharge joyeuse (12) ". Il ajoute : " S’il nous était permis de généraliser, nous serions fort tentés de rapporter le caractère spécifique du comique que nous recherchons au réveil de l’infantile, et de concevoir le comique comme la récupération du " rire infantile perdu (13 ) ". Le rire de joie du jeune enfant qui retrouve sa mère peut être décrit comme une manifestation de satisfaction sexuelle génitale masculine dont seul le but a été refoulé. Le jeune enfant qui a été très angoissé au moment du départ de sa mère, et qui exprime bruyamment sa joie en la retrouvant, se précipite sur elle avec toute la force des pulsions qui se sont déchaînées sur elles en son absence. Quelque soit son sexe, il se rue dans ses bras sur un mode " masculin " pour retrouver sa place dans son sein. Mais la sexualité génitale infantile est fondamentalement bisexuelle : en même temps qu’il " pénètre " sa mère en se précipitant dans ses bras, il ouvre grands les yeux, la bouche et les bras pour se pénétrer d’elle sur un mode " féminin ". L’éclat de rire qui le secoue est avant tout une manifestation sexuelle génitale " féminine ".
Il faut être assez à l’aise avec sa féminité, à quelque genre qu’on appartienne, pour se laisser aller à rire en public. C’est à mon avis la véritable raison pour laquelle certaines cultures considèrent le rire comme contraire à la dignité de leurs figures paternelles idéalisées.
Mais la sexualité infantile n’est pas soumise au primat de la sexualité génitale. Les pulsions prégénitales anales, urétrales, et orales, toutes empreintes d’un fort sadisme, trouvent aussi à se satisfaire dans le rire. Si nous regardions de sang froid n’importe quel film de Charlot, nous devrions être angoissés ou coupables d’éprouver du plaisir à voir un malheureux précipité dans le vide, dévoré par des cannibales, humilié par celles qu’il aime, ou soumis homosexuellement à des hommes violents. Le grand art du comique est de tromper notre conscience morale en nous présentant un spectacle sexuel sadique de telle manière que nous ne nous en rendions pas compte. Ce sont toutes ces pulsions sexuelles primitives qui sont mises en mouvement par la disparition de la mère (ou de celle qui en tient lieu) et qui sont dirigées contre la représentation de la mère absente. Quand la mère revient, le rire qui l’accueille refoule toutes ces représentations angoissantes, mais il les contient dans l’inconscient, justifiant l’intuition de Baudelaire que " la joie est une " et que le rire de joie a partie liée avec le rire " satanique ". La mère qui revient sera à tout jamais différente de celle qui est partie : les représentations angoissantes refoulées sont prêtes à faire retour, et elles le font sous une forme plaisante _ encore faut-il qu’on nous accorde le droit de rire.

 

1 Baudelaire Ch. (1855) De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques. In Ecrits sur l’art, Le livre de Poche, Paris, 1999, 605p.

2 Descartes R. (1649) Les passions de l’âme. Le livre de poche, Paris, 1990, 219p. , Art.125 et Art.126, pp.118-9.
3 Baudelaire, p.287, p.289, p.302.
4 Freud S. (1905) Trois essais sur la théorie de la sexualité. Tr. fr. B. Reverchon-Jouve, Gallimard, Paris, 1923, pp.74-75.
5 Freud S. (1905) : Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient. Tr.fr. Marie Bonaparte et Dr M. Nathan, NRF, Paris, 1930. Coll. Idées, 1969, 376p, p.221, n.3.
6 Freud, 1905, p.348
7 Baudelaire, p.287, p.289, p.302.
8 Freud S. (1905) Trois essais sur la théorie de la sexualité. Tr. fr. B. Reverchon-Jouve, Gallimard, Paris, 1923, pp.74-75.
9 Freud S. (1905) : Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient. Tr.fr. Marie Bonaparte et Dr M. Nathan, NRF, Paris, 1930. Coll. Idées, 1969, 376p, p.221, n.3.
10Freud, 1905, p.348

Articles de cette rubrique
  1. Rock’n Roll king size
    28 janvier 2008

  2. En quète de fragments
    28 janvier 2008

  3. Geneviève Jandelle Gili
    28 janvier 2008

  4. Gilbert Diatkine
    28 janvier 2008

  5. Un acte du procès de Houellebecq
    28 janvier 2008

  6. Les appartements jumeaux (suite)
    29 janvier 2008

  7. On dit qu’on rit
    29 janvier 2008

  8. Peut on éclater de rire sans en mettre partout
    30 janvier 2008

  9. Editorial
    30 janvier 2008

  10. Sommaire Toc Toc Toc 15
    30 janvier 2008

  11. EQUIPO CRONICA
    4 février 2008