Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc TocTocToc 12
Dernière mise à jour :
samedi 4 juillet 2020
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Textes comptemporains
LA FELURE
Philippe Pujas
lundi 22 janvier 2007

LA FELURE

Comment dire les choses ? Il s’était replié sur lui-même. Oui, c’est ça, il s’était replié sur lui-même. Les choses s’étaient faites brutalement. Il était un homme en vue, parmi les plus en vue de sa génération : il était animateur de télé. Pas la peine d’aller plus loin pour comprendre. On ne voyait que lui, sur les écrans, dans les dîners en ville, dans les colloques. Il avait tout fait : lancé une étape du Tour de France, inauguré le salon de l’agriculture, été ambassadeur de l’ONU pour l’enfance malheureuse Il avait aussi fait la "une" de tous les magazines spécialisés dans les confidences sur la vie des vedettes ; il n’y a avait pas plus pipeul que lui. Personne ne pouvait ignorer ses amours tumultueuses, son goût immodéré pour l’alcool de poire et les rhums anciens, sa haine du roman et de la mer. Il avait vécu comme ça des années, avec plaisir, on peut même dire avec bonheur. Et puis un matin, à l’heure de se raser, se regardant dans le miroir de sa salle de bains, il avait aperçu au coin de l’œil comme une fêlure. Non pas une ride, qui ne l’aurait pas inquiété : quand on a une position comme la sienne, on ne prête aucune attention au temps qui passe. Mais bien une fêlure : un sillon léger, creusant à peine la surface de la tempe, qui lui donnait la sensation épouvantable que quelque chose en lui était en train de se casser, qu’il devenait fragile. La journée fut morose. Il semblait ailleurs, il agissait comme un automate, il sentit la fièvre le gagner. Il annula successivement son déjeuner avec un journaliste, puis sa présence, pourtant promise, au lancement du livre d’un ami... Et il rentra chez lui. Il s’ y précipita sur le premier miroir venu, celui qui avait pour fonction ordinaire d’agrandir son vestibule, mais les visiteurs avaient coutume de s’ajuster en arrivant ou avant de partir. En dépit d’une lumière chiche, il vit sans doute possible cette léger sillon qui l’avait troublé le matin. Il se coucha. Au lit, il se mit à réfléchir. Pourquoi, se demanda-t-il. Oui, pourquoi est-ce que cela m’arrive ? Pourquoi le malheur fait-il soudain irruption dans ma vie ? Il retourna cent fois la question dans sa tête, se tourna et se retourna dans son lit, mit des heures à trouver le sommeil mais, vers trois heures et demi du matin, s’effondra et dormit profondément. Quand il se réveilla, il était tard. Il le comprit à voir le soleil remplir abondamment sa chambre par la fenêtre que, la veille, il n’avait pas pris le soin de fermer. Il eut un moment d’abandon au bonheur, un moment purement physique, qui ne dura pas. L’angoisse le reprit avec une force envahissante. Il ne put supporter de rester seul, et appela au secours. Au téléphone, c’est Anne qui répondit la première. Une chance. Anne était une véritable amie, c’est-à-dire qu’elle était capable d’écouter et de comprendre. Elle avait senti dans la voix de Bertrand que quelque chose était cassé. Elle laissa tout ce qu’elle avait en chantier et se précipita chez Bertrand.
-  Tu vois, lui dit-il ? Tu vois cette horrible chose, là, au coin de l’œil ? Anne ne voyait rien.
-  Tu es fatigué, lui dit-elle. Tu as une mine de papier mâché. Tu devrais te reposer quelques jours. Elle resta cependant une bonne partie de la journée avec lui, tentant de le distraire, c’est-à-dire de détourner son attention. Mais il revenait sans cesse à la charge.
-  Si nous partions quelques jours loin du monde ? finit-elle par lui proposer. Il accepta. Loin du monde, c’était, pour elle, la campagne. Une campagne pas très lointaine, mais que les politiques agricoles avaient réussi à vider de presque tous ses habitants. Là, ils louèrent un "gîte rural", à l’abri de tout regard extérieur. Ils trouvèrent un équilibre. Anne courait les chemins à cueillir les fleurs du printemps commençant, Bertrand faisait silence, écoutait aussi le silence alentour, et se mettait à l’écoute de lui-même.

Peu à peu, son existence passée s’estompait dans un brouillard qu’il trouvait assez plaisant. Quand il regardait son visage dans la glace, la fêlure était toujours là, mais elle lui paraissait moins inquiétante, plus amicale. Il cherchait à la comprendre. Ainsi s’enfonça-t-il en lui. Il refit un long parcours, jusqu’ à son enfance, aux jours de printemps où il courait les sentiers, à ses instituteurs porteurs de morale laïque, à ses premières lectures, à ses émois amoureux d’adolescent. Ses souvenirs faisaient remonter à lui une vibration qu’il avait oubliée, et qui devait bien être comme une manière de se laisser saisir par la vie, et d’y trouver la musique légère du bonheur, quand les choses avaient-elles basculé ? Quand s’était-il fourvoyé, quand avait-il fait les mauvais choix, pris les mauvais chemins ? Ces questions tournaient dans sa tête. Ce qu’il sentait : sa vie était devenue absurde, avait perdu tout sel parce que lui-même s’était étourdi la surface des choses, et qu’à la surface la vanité empêche toute sensation, qui demande attention et lenteur. Depuis quand, se demanda-t-il, ne s’était-il pas arrêté pour respirer une rose. Ainsi fit-il la route vers lui-même, et apprit-il à se reconnaître. Il constatait que, parallèlement, la fêlure semblait se réparer, devenant chaque jour moins visible

Mais le monde ne l’entendait pas de cette oreille. Il était un personnage public. Sa brusque disparition finit par faire naître des rumeurs. Certes, sa chaîne de télé avait bien commencé par dire qu’il avait pris quelques jours de vacances. Mais avec le temps vinrent les questions des journaux pipeul. Qui, selon leur habitude, inventèrent. On le dit aux antipodes, sur une île grecque, cachant de nouvelles amours en Mongolie. Les plus sérieux échafaudèrent des hypothèses, et partirent à sa recherche. Évidemment, ils finirent par le trouver. Banalement. A se souvenir des moments heureux où il battait la campagne, l’envie vint à Bertrand d’accompagner Anne dans ses promenades. D’autant qu’il commençait à avoir des fourmis dans les jambes. Or , la campagne n’est pas toujours déserte, même de nos jours. Un passant le croisa, et le reconnut. Il flaira la bonne affaire, et passa un coup de fil opportun à la rédaction de "Eux", l’un des plus gros tirages de la presse spécialisée. Il n’en fallut pas plus pour qu’un reporter du journal se précipite vers le refuge trahi. Ce fut le début d’une escalade. Épié, photographié, Bertrand ne trouva son salut que dans une nouvelle fuite, après qu’il eut constaté que sa maison était scrutée par une multitude d’yeux photographiques, prêts à capter le moindre de ses gestes si, par malheur, il se mettait un peu à découvert.. Certains, même, avaient l’audace de pointer leurs téléobjectifs vers l’intérieur de la maison, à travers les fenêtres.

Mais, bien sûr, à partir de ce commencement de preuve, sans doute inconsistant, les analyses de son comportement et de ses motivations se multiplièrent. Bertrand lut, laissa dire, laissa faire. Les vagues de la surface ne l’atteignaient plus aux profondeurs intérieures qu’il avait gagnées. Il laissa le monde à son inconsistance, et vécut en paix avec lui-même, attendant qu’avec l’âge viennent les rides de la sérénité. Maintenant, il était à la fois plus léger et plus grave. Philippe Pujas - 2006

Articles de cette rubrique
  1. THE RAMONES & CBGB’s - Peintures Matthieu Moreau
    17 janvier 2007

  2. Ekat
    18 janvier 2007

  3. Les harmoniques du regard
    22 janvier 2007

  4. LA FELURE
    22 janvier 2007

  5. L’ETOILE FILANTE
    23 janvier 2007

  6. Fernando Arrabal
    24 janvier 2007

  7. KAZUO SHIRAGA : le GROUPE GUTAI/
    24 janvier 2007

  8. L’ Illusion de tous les jours (fragments)
    25 janvier 2007

  9. Toc Toc Toc 12
    26 janvier 2007

  10. Editorial
    27 janvier 2007

  11. DOMINIQUE CROS
    26 septembre 2009