Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc TocTocToc 13
Dernière mise à jour :
lundi 29 janvier 2018
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
TOC 13 "LE TOMBEAU DE SAMSON" par Philippe de la Genardiére
mercredi 8 juillet 2009
par Administrateur- tiphaine
(JPG)
Samson François photographié par Josette Samson François

Un endroit où aller

LE TOMBEAU DE SAMSON « L’aventure, vous allez donc la jouer avec un double, qui n’écrit pas, qui est mort, mais chaque mot tombé sur la page vous sentirez sous vos doigts la compagnie de celui qu’hier encore vous appeliez votre ange gardien et lue vous vous étés mis au défi de ressusciter : c’est votre main gauche enfin. Ce double, celle qui fait écrire et qui va vous féconder, elle extraira toutes les graines d’écriture qui sommeillent en vous et les sèmera sur la page. Samson va devenir une matrice.”

LE TOMBEAU DE SAMSON Car s’il n’a que quarante ans, en 1964, Samson a déjà tout parcouru de son orbite, et à toute vitesse il ‘faudrait changer de trajectoire, et de partitions, se renouveler, “mûrir”, et même “vieillir” comme le vin. Mais il ne veut pas, et s’enferme, s’enferre dans son tourbillon aux accents israéliens de Valse, de Boléro ou de Concerto pour la main gauche. Or une faille s’est glissée dans ce qui semblait être un don pour toujours, le jeu s’est raidi, comme son visage - le pianiste, et bientôt l’homme va se rendre. Comme si la grâce faisait mine d’abandonner celui qu’elle avait élu. Ou comme s’il y avait eu un pacte entre la grâce et la jeunesse, sans qu’il n’en sût rien - lui qui continue à danser, à chanter en feignant d’ignorer que l’enfance a une fin - et que passé quarante ans Samson François eût à en vivre la perte. Non il ne serait pas de ces artistes mûrissant leur art jusqu’à des âges canoniques, la vieillesse est inimaginable pour lui, il sent qu’avec elle il serait condamné. Mais au lieu de trancher, d’en finir avec la poésie, comme Rimbaud, il veut croire en son étoile encore, faire durer l’illusion. Alors il se retire dans sa coquille, pour ne pas “grandir”, il fait comme si la musique allait le servir toujours, quand d’autres, et justement ces vieux maîtres de la tradition, s’évertuent à la servir jusqu’au bout, jusqu’aux âges canoniques. Non ! Samson croit en son éternelle jeunesse, et c’est ce qui fascine l’enfant sorti du Vieux Monde. Le concert de 65 On a seize ans enfin, on est en bande et à mobylette, on fume ses premières cigarettes. C’est au temps des premières “fêtes”, en 1965, et des premiers flirts, au temps des premiers plans tirés sur la comète, avec les filles, avec la vie, en écoutant des musiques dansantes - bandantes ! Elles sont faites pour ça ces musiques, pour “flairer” l’autre, tout en dansant, et toucher son corps, s’y appuyer - tout contre - en attendant d’en forcer les embouchures. Quand l’heure viendra. Dans cette bande qui vit à Versailles alors, où tout est bien-pensant, on a un faible, une passion même pour la musique classique. Ce n’est pas tout à fait incongru encore, pour des adolescents, mais déjà Beat et Rolling Stones sortent leurs premiers disques, quant à l’Amérique elle a depuis longtemps déchargé” sur l’Europe la culture Rock va s’abattre d’un coup sur le Vieux Monde - une vraie déferlante. Qui ne les atteindra pas, ceux de la bande, ils sont bien trop marqués par ce Vieux Monde, d’ailleurs ils ont décidé d’aller entendre un pianiste ce soir - un concert à la faculté de droit, à Paris. Ça leur plaît cette idée, même s’ils ignorent ce qui se cache sous le nom d’Assas, ils n’ont pas les mots, et surtout pas celui-là : le monde de la réaction Qu’importe c’est un “pianiste à réaction” qu’ils vont aller voir tous ensemble, ils connaissent ses disques, certains l’ont déjà vu sur scène : L’ex-petit Bordelais notamment, qui fume ses premières cigarettes. C’est en 1965, en plein gaullisme, à peine trois ans avant l’autre déferlante. Vient le jour, qui est un soir, et ils découvrent bouche bée le grand amphithéâtre d’une faculté, eux qui vont encore au lycée. Ça les impressionne, les excite, on a même installé des spectateurs sur la scène, on dirait une fête, un beau printemps de la jeunesse et comme il y en aura bientôt, ici, en ce vieux pays, on est en osmose et en fraternité, dans une salle pleine à craquer. A n’en pas douter ce musicien a un secret, il peut rassembler des foules, mais de seize, de vingt ans autour de lui, quoique ne jouant ni de la batterie ni de la guitare électrique. La légende n’est donc pas morte, c’est bien un artiste qu’on attend, et ça se sait jusque dans la jeunesse qui prépare 68 - il est aimé, voilà tout ! Puis il vient, celui qui s’appelle Samson François. Il n’est pas même au piano qu’il “danse” déjà, en s’élançant sur la scène. C’est comme un ange qui passe, ils savent bien, on leur a dit que ce Samson-là est un peu funambule - mais c’est la légende -, qu’il est capable du meilleur comme du pire, ils ont entendu, puis oublié, et tandis qu’il s’avance, ce petit homme dansant, il ne leur vient pas à l’idée qu’il est déjà ailleurs, et tout allumé. Peu importe, il s’incline, et prend place sur son tabouret de bête de scène. Puis il attaqué, là-bas sur la scène la Sonate en si mineur de Liszt. Ils ne la connaissent pas, ces adolescents du Vieux Monde, et c’est un choc
-  cette sonate est une fabuleuse épopée ! Fabuleux, aussi, le jeu tendu, tout en électricité et en vélocité de l’interprète, qui retient, puis déroule, reprend et fonce à tombeau ouvert ! Cette sonate sent les commencements de la modernité, la bête de scène le sait, là-bas, qui percute et caresse tout à la fois, caracole ou traîne, selon, file droit dans le mur, puis monte au ciel juste avant la déflagration - les adolescents succombent ! Quand vient l’ultime mesure, ils n’en peuvent plus, les dernières notes ont duré, les silences étaient insoutenables, la fin se devinait, et pourtant on n’y était pas encore, après un dernier bouquet enfin il a bien fallu arriver au port, et sur les dernières notes, avant l’extinction des feux Et c’est l’ovation / Une ovation qui va se renouveler après la seconde partie du concert, consacrée à Chopin, encore plus chaleureuse et tapageuse. Le public en redemande, et ici, dans ce qui n’est pas une salle de concert, on peut manifester bruyamment sa joie, frapper les tables avec les poings, et en cadence, taper des pieds - tandis que le magicien à l’allure de gnome s’en est retourné dans les cou lisses, qu’il revient maintenant sur scène avec la même démarche saccadée, puis s’incline, sourit : on dirait qu’il est dans un autre monde, entre la vie et la mort. La fatigue ? L’envie d’en finir ? Ou quelque chose de plus terrible, comme la peur de perdre la grâce un jour ? Mais ce public de vingt ans est impitoyable, il veut son troisième, son quatrième bis, et il tape de plus en plus fort sur les tables pour l’obtenir, le magicien s’en retourne une fois encore, là-bas dans les coulisses, puis revient - et cette fois se remet au piano.

Chopin, treizième Nocturne. Une œuvre qu’il a refaçonnée à son jeu, dont il a fait sa chose. Une drôle de chose, suspendue entre ciel et terre, qui désaxe, déboussole, vous fait perdre le fil. Un fil tendu à l’extrême pourtant, toute la salle “pèse”, et de toute sa jeunesse, de toute son ardeur sur la scène, un petit homme y accomplit des miracles, lui qui tanguait il y a deux heures à peine en s’élançant dans l’arène les tient maintenant, tous, et comme ferait un sorcier. C’est une question de chant bien sûr, de “houle”, mais aussi d’horloge intérieure, une manière de dire et de renvoyer les vibrations du monde à partir d’un texte - un art qui ne doit plus rien à la technique, et pas même du piano. Un art â lui en tout cas, qui là-bas sur la scène, et sous les yeux ébahis d’une jeunesse avide, démonte à plaisir le malheureux Nocturne de Chopin. Car c’est ainsi avec le fluide, on décompose, on déconstruit tout pour faire apparaître l’immensité et la variété des territoires, ciels, mers, tous les contrastes, tous les mondes, jusqu’au vertige, jusqu’au mal de mer. Un art du sortilège. (...)

Images jointes à cet article :
  • Titre : SAMSON-FRANCOIS
  • Taille : 633 par 637
  • Poids : 199.8 ko
  • Format : JPG
Articles de cette rubrique
  1. Mes disques ne sont pas à vendre. Non mais !
    12 septembre 2007

  2. Dans les poubelles du Dr Faust
    14 septembre 2007

  3. Dossier : Le bien et le mal
    15 septembre 2007

  4. Editorial Toc Toc Toc 13
    16 septembre 2007

  5. Sommaire
    17 septembre 2007

  6. TOC 13 "LE TOMBEAU DE SAMSON" par Philippe de la Genardiére
    8 juillet 2009

  7. Oraison par Fernando ARRABAL
    31 août 2009

  8. JOE BOUSQUET
    7 octobre 2009