Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc TocTocToc 18
Dernière mise à jour :
mardi 11 décembre 2018
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
LA SOURIS DEGLINGUEE
samedi 8 août 2009
par Administrateur- tiphaine

(JPG)

(JPG)

ALLEZ LES BLOUSONS NOIRS, ALLEZ LES BLOUSONS VERTS, FAITES UN PAS EN AVANT ET JAMAIS EN ARRIÈRE !!!

LA SOURIS DÉGLINGUÉE 30 ans de ROCK’N’ROLL Fait en France !

« Non non je ne regrette rie ,à chacun son destin, et moi si le mien, c’est de faire un bruit d’enfer ,avec quelques copains le temps qu’on est sur terre ou en enfer ! »

Premier article pour moi sur un des plus vieux groupe de Rock Français, mainte fois chroniqué, soit avec l’élan de Fans sans rémission soit descendu par d’autres tentant de serrer La Souris dans des tapettes qui ont claqué dans le vide...

La Souris Déglinguée aujourd’hui c’est : bientôt 30 années d’existence active,15 albums + 1 disque solo du chanteur, 6 musiciens piliers du groupe (mes excuses à ceux non moins remarquables mais qui ne furent que de passage...) 30 ans que Tai Luc, Jean Pierre ( jusqu’en 1994), Rico, Jean Claude (jusqu’en 1994) Muzo(saxo depuis 1983),Cambouis (derrière les fûts depuis 1994) passent le mur du son régulièrement et assènent un Rock’n’Roll soutenu à un public d’irréductibles mais aussi de braves gens bien sous tout rapports. 30 ans qu’ils nous offrent des galettes de vinyle remarquables et qu’il restent pourtant indépendants et libres ! Mais LSD c’est aussi la mauvaise réputation de Brassens, souvent boudés des ondes et du petit écran...... Un vrai groupe de Rock quoi !

(JPG)

LSD pour faire court, naît en 1979 d’une volonté d’un rock énergique partagée par des copains de lycée, Tai Luc parolier, chanteur et guitariste, Jean Pierre guitariste rythmique, auquel viendront s’ajouter Rico bassiste (à la sortie de son service militaire chez les camions rouges) ainsi qu’un 1er batteur recruté par petite annonce. Le résultat est décisif Jean Claude a la frappe percutante et incisive celle qu’il faut au groupe naissant, c’est donc tout naturellement qu’il est engagé après sa performance remarquée sur le morceau bien nommé « Rock’n’roll vengeance ! » Ce titre qui deviendra plus tard le 1er morceau du 1er 33t éponyme du groupe fait partie du répertoire que commence à monter la souris avant de sortir du garage où elle se chauffait déjà avec quelques reprises allant de Johnny Cash au Velvet Underground. Puis l’énergie punk rock prenant le dessus sans jamais oublier le dessous fit d’un coup de ce groupe un genre de brûlot Rock Français explosif inclassable aux influences des plus diverses : Rock‘n’Roll, Rockabilly, Punk, OÏ, Ska, Reggae, Dub, Jazz des premières heures, Swing des caves de St Germain des Prés, voire même Rap dès 1991,comptons encore la Chanson Française (la vraie...) et puis oui j’allais oublier, un peu du Patrimoine Musical Asiatique aussi ! Tout cela se ressent dans leur musique bien évidement, ainsi que dans leur public on ne peut plus bigarré !

« Sur le front à l’avant-garde y’a que tous les meilleurs tous les punks et les rockers les skinheads et les autres ... »

De par un vocabulaire accessible au plus grand nombre, des compositions aux textes explicites (écrits par Tai Luc sauf rares exceptions co- écrites, et reprises peu nombreuses), un Rock plus qu’efficace au rythme soutenu,un charisme sans équivalent, des prestations scéniques explosives qui feront quelques bonnes pages dans les chroniques de Best, Rock n’ Folk ainsi que dans un tas de fanzines de l’époque, la Souris accroche ! Elle diffère pas mal des autres groupes hexagonaux, elle est en avance et colle à la demande « d’autre chose » venue d’un certain public bref, ça détonne ! Elle fera aussi la chronique des faits divers pour cause de sorties de concerts mouvementées comme à l’Elysée Montmartre ou des cars de Polices furent renversés ou encore pour un Opéra Night partiellement détruit après un concert du début 1981 ce qui vaudra à La Souris Déglinguée une certaine difficulté affirmée à continuer ses prestations scéniques dans les salles Parisiennes pour les années 81 / 82.

Ironie du sort, ceci aura pour effet de faire au groupe bien plus de pub que de mal ! La machine est lancée et les concerts se font en province ou le public est au rendez-vous, et comme il en sera toujours par la suite, les fans de Paris ou d’ailleurs feront le voyage en Ford Granada si il le faut, mais ils seront présents sur la piste de danse ...Quoi qu’il arrive ! On notera qu’il en est toujours de même aujourd’hui, le 16 Mai dernier pour leur concert à Marseille à l’Espace St Julien, le public est venu de toute les régions de France proches ou lointaine, le covoiturage et la SNCF ont sûrement eu un sens ce soir là que l’on ne saisit pas toujours même dans leurs meilleurs publicités ... La veille ce n’est pas le public qui s’est déplacé mais le groupe, qui s’est fait ouvrir pas mal de portes verrouillées pour donner un concert à guichet fermé à la Prison des Baumettes, ambiance...Expérience marquante pour le groupe + un souvenir très Folsom Prison Blues !

Pour en revenir au public itinérant puisque encore libre de ses mouvements, disons que La Souris traîne derrière elle non pas de casseroles mais une Raya terme désignant dans ce cas « une bande, un crew » appelée l’Internationale Raya Fan Club, un groupe de copains ou simplement d’adeptes, des plus cools aux plus survoltés plus ou moins dangereux selon l’humeur et surtout l’époque pour être plus exact. En 2008 ce sont des gens prenant encore le temps pour se ranger tout à fait des gamelles, des gens bien loin de tout ça, et aussi comme depuis 30 ans que cela dure, de vrais voyous, mauvais garçons et mauvaises filles de toutes couleurs de drapeaux et de toutes générations confondues ! Certains d’entre eux, proches du groupe ayant soigneusement rongés la vie par tous les bouts reposent maintenant en paix au royaume des anges et des démons. Ils demeurent maintenant au panthéon du cœur et de la mémoire souricière et reviennent faire leur apparition au cour d’un nouveau couplet d’une nouvelle chanson ravageuse ou nostalgique. Une manière de perdurer même après la mort. « Tu es partis sans dire adieu, sans avoir envie d’être vieux, on pouvait lire dans tes yeux.... Jeune pour toujours, c’est encore mieux ! »

« SI J’AVAIS UN UNIFORME OU UNE CAUSE A RALLIER ... » La Souris sulfureuse est assez souvent mal comprise, les textes ne laissant personne à l’écart et ne proclamant jamais radicalement l’appartenance à un mouvement (Punk, OÏ , Alternatif...) bien pensants de gauche ou mal pensants de droite, alter mondialiste ou autres, m’est avis que bien des groupes de la semaine dernière et d’aujourd’hui ont à souffrir de ce jeux là .Donc ok, la Souris dérange et n’est pas politiquement correcte, mais soit elle s’en fout soit plus certainement, reste attachée fièrement à une l’idée plus ouverte de celui qui paye sa place doit rentrer au concert comme tout le monde, crânes rasés ou pas, alcoolisé ou pas, pour ne citer qu’elle : « On a le public que l’on mérite ! » Ceci dit, il est rare qu’on demande au public de n’importe quel autre groupe ou chanteur connu, ce qu’il pense sous ses cheveux et pour qui il vote....Ou alors il faut prendre l’avion pour les USA pour aller écouter Johnny Hallyday et dans ce cas on aura peut être la chance de jurer qu’on ne vient pas mettre trop de désordre et qu’on n’est pas Communiste le tout par écrit !

« T’AS COMPRIS C’QUE J’TAI DIS OU IL FAUT QU’ J’ TE REPETTE ? » La souris fait passer ses idées en des textes intelligents, elle ne ment pas et reste fidèle à elle-même.Elle fait réfléchir souvent et détruis les aprioris, elle favorise la tolérance et pourrait même faire avancer si le besoin venait à se faire sentir... (là c’est quasi une ordo !)

(JPG)

LSD est la chronique du journalier, plus un gros banc d’école invisible ou l’on peut apprendre bien des choses qui n’étaient pas au programme lorsque qu’on y était, assis sur les vrais à user nos jeans et à graffiter nos sacs de toile. C’est juste que tout le monde à une place sous le ciel de la Souris et puis toujours un peu de reconnaissance pour un public d’épouvantails. Longue vie ! On s’y retrouve forcement tant elle parle de ce que chacun de nous peut ou à pu vivre, mais c’est sur, nous sommes loin des textes empoêtiqués de force ou supra politisés de certains groupes dit phare de la scène Rock Française. Là nous sommes comme des muridés Underground au sens propre du terme, au coeur d’un rock qui passe par la voie souterraine Mais putain, ce que ça fait du bien !

« A 10000 KMS DE TA BANLIEUE NORD, TU VERRAS CA VAUT L’COUP DE FOUTRE LE NEZ DEHORS ! » La Souris est aussi connue pour nous emmener bien souvent au delà des frontières, plutôt plus loin vers l’Est. Si elle s’y est produite et parle aussi dans quelques chansons de la Roumanie, de l’Allemagne ou de la Russie elle se tourne encore plus souvent vers l’Asie ou elle trouve aussi ses racines, Tai Luc étant né d’un père Vietnamien et d’une mère Française son regard semi bridé se tourne fréquemment vers cet autre continent. La Souris en parle dans ses chansons les solos de guitares de Tai Luc sont imprégnés des mille parfums, La Souris jouera dailleur à plusieurs reprises en Asie : A Phnom Penh en 2000 devant 10000 personnes, en Chine en 2003 à Canton devant 40000 personnes et même (oublions l’ordre chronologique c’est important !...) en 1988 au Tibet (toujours pas libre), Tai luc uniquement avec pour l’occasion un groupe de musiciens locaux Tibétains et Chinois, avec prêt de matériel et affichage improvisé de la soirée dans les rues de Lhassa)... Souvenir number one pour TL ! Le reste du groupe ne dénigre en rien d’aller faire un tour par là bas, ils seront d’ailleurs très à l’heure le jour du départ pour la tournée NAM-BODGE TOUR organisée en 2005. Au programme des centaines de kms à bords de side-car un concert à chaque halte et pour but la traversée du Cambodge et duViet Nam (On notera que 90/100 du répertoire proposé sera désapprouvé lors du passage devant le Comité de censure des autorités Vietnamienne...). A la fin, une bien belle tournée qui donnera suite très rapidement à l’enregistrement et à la sortie de leur dernier album en date intitulé « Mékong » forcément !

LE DALAI LAMA DE CEUX QUI N’EN ONT PAS :

Le principal intéressé démentira sans doute une telle appellation, quoi qu’il en soit je trouve de mon côté que ce titre à quelque chose de pas si choquant voire même d’assez juste... Mais ça n’engage que moi ! Si Tai Luc n’est pas le chef incontesté d’un peuple condamné à garder l’espoir... on pourrait néanmoins classer une partie de ses textes d’utilité publique ! Oui, avec le temps connaissant un peu du public de LSD je ne doute en rien que les textes de Tai Luc aient apportés bien plus qu’une simple reconnaissance auditive. Nul doute que de part leur caractère chamanique, ils aient fait évoluer les esprits de chacun dans un sens ou dans un autre. Sans même parler de compassion, je parlerai de tolérance et d’univers élargis. A l’écoute de La Souris, combien d’œillères se sont entrouvertes, combien de coups furent donnés dans les rues de la capitale comme dans celles de province et dans les fausses survoltés du début des années 80’et combien ne se donneront plus aujourd’hui pour cause d’assimilation de texte ! La motivation à la révolte et à l’autodestruction n’est aussi sûrement plus la même,le public s’ il s’intéresse toujours à l’art martial de Bruce Lee, il est aussi de plus en plus réceptif aux textes des albums plus récents dit... plus cool entre grosses guillemets !Une bonne partie de celui-ci à même déjà fait le voyage jusqu’en Asie ,il est aussi à présent aux divers aspects de l’Asie, à l’état de la politique de ces pays, mais aussi aux multiples « véhicules de la pensée » que peut proposer une philosophie venant d’Extrême Orient ,ou seulement le soucis de l’avenir incertain de pas mal de pays vivants sous haute surveillance...S’intéresser à une autre partie de l’humanité tout simplement. Un côté « La Souris des villes et La Souris des hauts plateaux, des montagnes et des rizières.... .

Une autre partie du public qui préférera toujours les premiers albums et qui continuera son périple de muridé sur la voie « du pogo du milieux » ne sera pourtant jamais en reste, la Souris aura 30 ans d’existence l’année prochaine et elle continue à donner tout ce qu’elle a en concert. Les morceaux s’enchaînent Cambouis frappe, Muzo s’époumone, Rico bastonne à la basse, Tai Luc chante et met la pression il assène les riffs percussifs et les mélodies forcées à la disto qui même avec ça continuent à venir de très loin. Puis voila que tout à coup déboule un Reaggae tout en douceur et fort de sentiments, le pogo laisse alors la place à une danse plus chaloupée, les filles sourient, les poches arrières de leurs jeans aussi ....mais Stop ! Déjà la basse est repartie sur les chapeaux de roue Cambouis envoit la batterie façon Pearl Harbor, arrivent la guitare puis le sax ...c’est SALUT LES COPAINS ! Tout le monde est bien présent et les paroles sont clamées en chœur et par choeur de la scène jusqu’au fond de derrière ... Ce n’est pas « La chorale des poumons d’acier »...mais quand même parfois ça y ressemble ! « Salut les copains ! Vas y, vas y lève ton poing ! Montre leurs qu’t’es avec eux !Salut les copains ! Salut la nation ! Salut les vauriens ! Salut les copains...Salut ! »

(JPG)
luc solo

JUKEBOX / Tai Luc en solo.

Matthieu Moreau acrylique 2008

Parallèlement à ses activités régulières au sein de La Souris Déglinguée, Tai Luc sort en 2007 un album solo JUKEBOX constitué de 16 titres dont seulement une composition. Sur ce disque fait entièrement seul y compris les percussions faites avec des moyens rudimentaires : frappes sur le dos d’une guitare, chute de trousseau de clefs, petite cymbale vietnamienne, sac de bille... Le tout savamment enregistré (avec l’aide d’un complice musicien et ingénieur du son) et couplé à la voix et aux guitares acoustiques et électriques donne un bel aperçu des inspirations très éclectiques qui habitent TL : Hank Williams pour deux Country / Gospel très persuasifs, John Smith Jr pour un moment à passer en face d’un pistolet tenu de mains de femme en colère ! Lou Reed revisité sur 5 morceaux ...magique ! Al Dexter pour un instrumental guitaristique, un morceau Traditionnel Birman, Johnny Horton « Take me Like I am », mais aussi, René Louis Laforgue « Julie LA Rousse », Charles Aznavour instumental, Jean Batiste Clément pour un très beau Temps des Cerises et enfin Pierre Mac Orland pour un peu de temps assassin à passer avec « La fille de Londres ». Tu voulais (Grand Père) composition isolée très personnelle, achève de donner ce côté intimiste à l’album. Cet album à la fois bien swinguant et cool à la fois est distribué par Clandestines, partie du contingent féminin rouge très proche de La Souris Déglinguée et qui semble de taille à prendre en main un peu de l’avenir de nos prochaines galettes Souricières.

En attendant.....Souhaitons leur longue route et bonne chance !!!

LA SOURIS DEGLINGUEE PROCHAINS CONCERTS :

• 27 Septembre à Paris au Gibus avec pour l’occasion Jean Claude 1er batteur LSD • 17 Octobre à Nancy dans le cadre du festival Nancy Jazz Pulsations • 25 Octobre à L’Elysée à Paris Montmartre au profit de la cause Tibétaine

Sites ou pointer son museau : www.la-souris-deglinguee.com et www.clandestines79.fr

DISCOGRAPHIE LYSERGIQUE : ( Exhaustive ou moins dans ses grandes lignes.)

(JPG)

www.clandestines79.fr et chez des disquaires parallèles.

Par Matthieu Moreau

LA SOURIS DEGLINGUEE dans le texte :

LES JEUNES CONS LSD 1981 Parce que les jeunes cons n’ont rien dans l’crâne Et qu’les jeunes cons ont tout dans le cœur Il faudrait pas qu’tu crois qu’tes supérieur à eux Car toi tu es tout seul et eux ils sont nombreux Les jeunes cons sont amoureux Ils ken les filles comme eux Ils ont le cœur qui bat toujours encore plus fort Toujours encore plus vite, plus vite que la mort C’est vrai qu’ils meurent jeunes et cons Toujours dans les accidents Mais j’crois pas que c’est de leur faute S’ils servent de chair à canon Les jeunes cons sont aussi Les jeunes cons, vos enfants Ils ont dans leur sang l’alcool de leurs parents Alors soyez cléments !

JEUNESSE DE FRANCE LSD 1988 Jeunesse de France, toute armée d’espérance Jeunesse de France, t’auras peut être ta chance Jeunesse de France, même si perdue d’avance Jeunesse de France, tu prendras ta revanche Jeunesse de France de partout et d’ailleurs Jeunesse de France, la pire et la meilleure Irresponsable ! Incontrôlable ! Jeunesse de France, toute la beauté du diable Jeunesse de France la plus belle désirable Assis au fond du bus sur la banquette orange Le reste du monde te paraît bien étrange Jeunesse de France.... Pas la leur ! Mais la tienne !

UNE FILLE DANS LA RUE LSD 1982 Y’a une fille dans la rue, Elle fume une cigarette Je lui demande si elle est seule Elle me répond ta gueule ! C’est pas bon pour moi ce soir J’ai pas la cotte avec, Mais peut être que demain... J’la tiendrais par la main Car les jours passent Et ne se ressemble pas Aujourd’hui c’est mieux qu’hier C’est pas encore la guerre Alors j’veux qu’ça continue Et qu’on nous foute la paix !

WE LOOSE TO WIN LSD 1997 We loose to win,we loose to win ! Nous perdons pour gagner ! Raw soun sia phua chaichana ! Nous perdons pour gagner !!!

RANGOON, LHASSA LSD 1991 A 10000 Kms de ta banlieue nord, Y’a pas de lézard mon gars, tu vas changer de décor ! A 10 000 Kms de ta banlieue nord Tu verras ça vaut l’coup de foutre le nez dehors ! OK enfile tes Docs avec des bouts en fer Mais pour là où on va ça sera pas nécessaire... A Rangoon sous la pluie, quand les rues sont rivières Ils ont tous les pieds nus, spécial high-kick qui tue ! À Lhassa au soleil sur le territoire des dieux Ils ont tous des Ray-Ban pour s’protèger les yeux Comme ça ils sont modernes en restant mystérieux Personne ne pourra dire qu’ils sont moyenâgeux ! Ils ne savent pas encore que leur jour viendra Car ils sont fiers et fort, les jeunes guerriers Khamba ! A Rangoon à Lhassa c’est la zone des tempêtes T’as compris c’que j’tai dit ou il faut que j’te répète ? A Rangoon à Lhassa c’est la zone des tempêtes Et quand la foule elle bouge, attention ça pète ! A Rangoon à Lhassa c’est la zone des tempêtes Et quand la foule elle bouge, rien ne l’arrête ! Autant qu’je m’en souvienne, ils dansent la java Avec à la ceinture des couteaux grands comme ça ! A l’âge ou en Europe les enfants font la ronde Y’en a sur l’toit du monde qui font tourner leurs frondes ! Ils ne savent pas encore que leur jour viendra Car ils sont fiers et fort, les jeunes guerriers Khamba ! Là-haut sur la montagne j’ai vu trois demoiselles Et de l’une d’entre elles toujours je me rappelle ! Car elle a un tatooage sur son avant bras Et je l’ai reconnu c’est le cœur de Bouddha ! Elles ne savent pas encore que leur jour viendra Car elles sont les plus belles de tout l’Himalaya !

EN INDOCHINE LSD 1986 Tu penses toujours à l’Indochine Même si tu es né en France Car le Mékong coule dans ton sang Mêlé avec l’occident Tu penses toujours à l’Indochine Comme un paradis perdu Tu penses toujours à l’Indochine Comme une femme que t’as pas connu Fidèle, fidèle, fidèle, fidèle A tes rêves et tes serments Fidèle, fidèle, fidèle, fidèle Comment pourrait il en être autrement ? Tu penses toujours à l’Indochine A ses dragons et à ses tigres Tu penses toujours à l’Indochine A ses hommes libres dans la jungle Tu penses toujours à l’Indochine Car tu aimes ses tambours de bronze Tu penses toujours à l’Indochine Au cœur de Bouddha et à ses bonzes Fidèle, fidèle, fidèle, fidèle A tes rêves et tes serments Fidèle, fidèle, fidèle, fidèle Comment pourrait il en être autrement ?

En attendant.....Souhaitons leur longue route et bonne chance !!!

.

.