Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc TocTocToc 11
Dernière mise à jour :
lundi 29 janvier 2018
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Rock
Rebelle Punk Rock ... avec cause ?
Michel "Screaming" Espag
dimanche 14 janvier 2007

Rock

Michel "screaming" Espag

(JPG)
Matthieu Moreau
Matthieu Moreau Oberkampf 2006

— En Chine new-look. Pour avoir diffusé sur internet les paroles d’une chanson punk contestataire, Zhang Lin a été accusé de publication d’informations "contraires à la constitution" et "d’atteinte à la sécurité nationale". Il a pris cinq ans de prison. (5 Décembre 2005.)

Rebelles punk-rock...avec cause ?

1976-77. La crête dans le guidon, le punk franchouille a craché sa première salve en l’honneur de Johnny Rotten et des Sex Pistols.
Car le seul alboum de la mauvaise graine des nihilistes UK aura fait des émules ici, avec le concept "détruire le système".
Tiré à quatre épingles à nourrice (entre les dents), les keupons de l’hexagone vont ruer dans le manche, avec Trust, Métal Urbain, Oberkampf, mes teigneux favoris. Finish la musique planante et les folkeux. Voilà la boîte à Pandore qui vomit du "tabula rasa" new-wave, du frapedingue hard-core. Les racines blues sont remises au mauvais goût du jour avec slogans inconscients en prime. Roots, rangers et punk = vaurien. Snif ta colle. Destroy !

"Je crois que les gens doivent savoir que nous sommes antifascistes, anti-violent, anti-racistes et pro-créatifs", The Clash

Malcom Mc Laren et Vivienne Westwood, admirateurs des situationnistes et créateurs de fringues, n’auraient jamais imaginé que leur monstre chéri, inspiré par Richard Hell et son "Blank generation", irait aussi loin. Bravo l’opération marketing. Le punk is dead fin 77 pour eux. Et qu’ils radotent, l’un sur la grande escroquerie du Rock and roll et l’autre sur son admiration pour la queen. Bof, on devrait tuer les vieux à la naissance. Dee-stroyyyy !
Chez nous, speedée par le "Do it yourself " in the U.K. Nos groupes gaulois, la lame de rasoir en sautoir, vont être bordéliques au démarrage avec des paroles ambigües, puis redresser la barre vers un pessimisme combatif basique. Dans la ligne des Clash (un groupe engagé, au moins chez CBS comme Dylan). On défouraille trois accords et... punk not dead.
Nom de gueu, que la mort vous trouve vivant et que la vie ne vous trouve pas mort. Bois ta Kro, Destroy !

Créneau terroriste : Crass, Redskins, Sham 69, Public Image, Stiff Little Fingers, Gang of four, Poête and the Roots, 1984, Cockney Reject, La Souris Déglingué, Orchestre Rouge, The Mekons, The Dead Kennedy’s, Black Flag, Tom Robinson Band,The Three Johns.


(JPG)
Matthieu Moreau
Matthieu Moreau Trust 2006

Génération X spontanée le punk ? Que dalle, donc. Un fabriqué de chez préfabriqué qui servira de déclencheur à un boulevard de contestataires en puissance non prévus au programme. Dee-stroyyyy ! Mais certains avaient déjà dans la peau la révolte. Voyez Bernie Bonvoisin. En 68, il avait douze ans et venait du milieu prolo de la banlieue. Son Nanterre explose et il va rejoindre les enragés de la Fac, il lance avec les étudiants des pavés sur les flics. Destroy ! Il épouse la Cause, politisé il restera. Punk en 77, sa rencontre avec le super guitariste hard-rock Nono donnera Trust, le karambolage Sex Pistols- Led Zeppelin. L’amitié avec Bon Scott chanteur d’AC/D et les morceaux "Prends pas ton flingue" et surtout "Antisocial" feront le reste. Tirs sans sommation pour la France de Giscard. Dee-stroyyyy !

T’as bien raison de bosser huit heures
Ton salaire, c’est le salaire de la sueur
T’as bien raison de bosser huit heures
Ton salaire c’est le salaire de la peur (Bosser huit heures)

Trust, c’est la conscience sociale à l’œuvre avec un concert dans la prison de Fleury Mérogis. Ils baissent le rideau de fer en 92. Mais, bras d’honneur avec le come-back de 96 et le CD "Europe et Haines" puis en 2000 "Ni dieu ni maître". La langue de bois n’est toujours pas de mise pour Bernie, maintenant écrivain, homme de théatre, acteur et cinéaste . Quatre films dont "Les démons de Jésus". La jeunesse en colère des 80 et d’aujourd’hui a retrouver son porte-parole derrière le micro-grenade en Juillet 2006, avec des nouveaux brûlots contre Sarko. Mais où sont donc les nuls qui parlaient de groupe démago. Toujours assis devant leur mangeoire ? Que fait donc la police-milice ? Tire une taf, destroy !

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle. (Antisocial)

Guerilla in the bab : Berurier Noir, Babylon Fighters, Ausweiss, Warum Joé, Les Brigades, Kortatu, Noir Desir, Bill Braggs, Anti-flag, Télévisor, Center, Mano Negra, Molodoï, Les fréres Misères.

"Où étiez-vous le 22 Mars 1968 ?". C’est avec ce slogan écrit sur une bannière que Métal Urbain investit la scène du Gibus en 77. Sapés de fringues peintes et de sangles, les "Hang me down". Ils ont l’habitude de mettre le bordel. Au Golf Drouot, ils hurlent "Subversion destruction panik !" face aux hippies : set bordélique et bagarre générale. The gang is town, Dee-stroyyyy !

Tu braques le président explose sa gueule
rouge rouge rouge et noir
poupée dégonflée ( Panik)

Les babas en avalent leur shilom et voient en eux des fachos. Il faut dire que la croix gammée et le A de anarchie, mis sur le même plan en UK par provoc- bêtise, c’est nul. Pourtant, Metal U avec "Paris maquis" en appelle, lui, à la "révolution résistance". Les anciens De Sade deviennent le miroir de la société de consommation en crise de nerfs depuis 75. Le cirque punk est hors-contrôle. Passe le joint, destroy !

Retourner ma veste et baisser mon froc
Mon bulletin dans l’urine, ma voix au plus offrant ni à gauche, ni à droite encore moins au milieu, je ne suis pas électeur, je ne jouerai jamais le jeu
Gauche droite gauche droite
En avant les moutons gauche droite gauche droite
Election, piège à cons (50/50)



(JPG)
Matthieu Moreau
Matthieu Moreau Métal U 2006


Métal Urbain cultive donc un côtê dadaïste avec des textes outranciers. Confusion chez les non-initiés et provoc pour secouer l’apathie générale. La totale dee-stroyyyy !
Devenu des émigrés chez la perfide Albion, ils enregistrent chez Rough Trade. Mais écoeuré par le punk chic (Anarchie au Palace) le chanteur disparaît, pas de (Clode) Panik . Destroy !
Le gang split, c’est dur et no futur. Eric Débris devient alors le chef de la meute avec Metal Boys, style cold wave et Doctor Mix & the Remix , reprises cramées de classiques rock and roll ou sixtees. En 2003, tournées en France et aux States. Depuis, les docs au plancher, on attend les nouvelles déflagrations promises. Des brûlots produits par Jello Biafra. Envoyez la dose. Dee-stroyyyy !


Fouteurs de Zone : No one is innocent , Rage against the machine, La Phase, Les Sales Majesté, International Noise Conspiracy, Brigada Flores Magon, Asian Dub Foundation, Rancid, La Fraction, Propaghandhi, Cria Cuervos, Tagada Jones, Generation Perdia.

On en a fait tout un foin de la Marseillaise-reggae de Gainsbourg. Une revisite cool si l’on écoute la version corrigée sévère par les nihilistes d’Oberkampf. No respect, le coq gaulois est étranglé à la fin du hit patriotique. Craignos. Destroy !

Pas dans la dentelle les Oberkampf, déjà leur nom, deutsch, marque de bière ? Non, la station de métro, connue comme lieu de rencontre coup de latte entre keupons et skins faf. Pitbull and love pour Oberkampf et son terrorisme binaire 1981. Dee-stroyyyy !

Habitué à travailler-à dormir-à rêver-à attendre la fin de la semaine pour pouvoir s’éclater. Mais on veut pas vieillir-on veut plus essayer-on veut plus s’endormir-on veut vivre aujourd’hui-on veut vivre au présent (Au présent)

La version vacharde de "Poupée de cire" ou le "Requiem pour un con" de Gainsbar valent leur pesant de snif de colle. "Couleurs sur Paris", lui, est presque optimiste. C’est l’hymne du mouvement graffiti. Mais le désespéré domine, avec un humour (noir) involontaire. Joé Hell, Pat Kebra etc... inscrivaient "et pour les autres, qu’ils aillent se faire foutre", sur les pochettes de leurs disques. Destroy ! Le délicat "Plein les couilles" est leur galette la plus aboutie. Elle comporte un texte imprimé d’Einstein : "Si quelqu’un peut avec plaisir marcher en rang derrière une musique, je le méprise, ce n’est que par erreur qu’il a reçu un cerveau puisque la moëlle épinière lui suffirait tout à fait..." Fermer le ban, vl’a la guerilla urbaine punkachien. Rude boys and dee-stroyyyy !

Tu crois refuser un système-tu n’es qu’un autre consommateur-tu te branles seulement un rêve avec cette force si fragile-prends ton pied-pas de poudre-non pas de poudre- une autre énergie-ton âme est une épave, elle correspond à la mienne...(Pas de poudre)

Joé largue tout en 88, et fonde Catch 22, du dub attaque- FN avec "L’affront National". Mais, retour tir groupé en 2001 avec un live au Bataclan et "Animal Factory. L’ Oberkampf balance son collier clouté dans l’assiette sale du libéralisme. Respire l’Ether, destroy !
Les"Cris sans thèmes" rallumeront-ils les incendies ? Allez, cours plus vite camarade mohican, pour un retour vers le No futur. Monte le son ! Insurrection ! Dee-stroyyyy !


Michel "screaming" Espag - 2006

Articles de cette rubrique
  1. Rebelle Punk Rock ... avec cause ?
    14 janvier 2007

  2. Phillipe Pujas
    15 janvier 2007

  3. Fernando Arrabal
    17 janvier 2007

  4. Barbara Fournier
    17 janvier 2007

  5. Le tribunal des dupes
    18 janvier 2007

  6. François Schnepp
    19 janvier 2007

  7. Christophe Beaucourt
    29 janvier 2007

  8. Editorial
    30 janvier 2007

  9. Editorial Toc Toc Toc 11
    31 janvier 2007

  10. ANDREE CHADID "LA CITE FERTILE"
    9 février 2011