Editions Tiphaine
Accueil du site
Dernière mise à jour :
vendredi 1er septembre 2017
   
Brèves
"OH LES BEAUX JOURS "de Samuel Becket/Mise en scène de Pierre Helly/avec Bénédicte Coste-Chareyre/du 07au 30 Juillet à 21H, réservation 0488079168/0642690026/ Théatre L’ISLE 80 18 Place des Trois Pilat /Avignon
vendredi 7 juillet
(JPG)

La pièce « Oh les beaux jours » de Beckett, œuvre dépouillée de tout artifice et ornement

théâtral, possède pourtant le rythme, exprimé par le corps, le texte aussi, cadencé par la langue,

le contenu de ce que la voix nous raconte, les mots, leurs poids, leurs lumières... entre le son et

la langue s’érige le pont de la matière vivante, faite de résidus et de lyrisme...

Fonds et tréfonds sont l’axe du théâtre de Beckett, sa mécanique, texte et contenu.

Nous avons assisté à la représentation d’une nouvelle version de la pièce et ce fut l’éclair

lumineux, pressage intemporel, dénonciation de l’asphyxie par la parole. Et la jubilation par les mots...

Le décor installé par Pierre Helly, le metteur en scène, dont le parti pris, parmi la vaste

complexité de l’œuvre, privilégie le son et sens des mots...L’être.

La pièce de théâtre s’érige dans une grande niche de l ‘èglise romaine en haut du village, son

image nous attrape comme une toile d’araignée tissée autour de la comédienne, construction

échafaudée par les mots qu’elle débite, des mots organiques, qui suintent leurs contenus

drolatique, tragiques, ou nostalgiques... langue vivante, intense, le contenu dérisoire ou

grotesque ne fait qu’enrichir sa forme et sa texture.

Bénédicte Coste-Chareyre surgit, lumineuse comme la pointe d’une bougie, au milieu de l’amas,

masse organisée du décor qui l’enveloppe. Chrysalide, elle compte et tient son corps, ses mots

et son haleine, pour le parcours musical de l’œuvre, telle une Giulietta Masina d’autrefois,

candide, déchirante et vraie, s’attarde, s ‘extasie, manipulant son sac qui contient toutes ses

habitudes et le revolver, invisible presque, Willy le mari, l’émouvant Robert Abraham, donne à

son absence-présence une rare densité, ... elle vit, elle rit, malgré « les vieux styles » ...On est là...

Tiphaine

(JPG)
CHIMERES 89 POTENTIALITES CINEMA
mardi 17 janvier
(JPG)

MARDI 24 JANVIER 20H30 LIBRERIE du CINEMA du PANTEON

Coordonné par Marco Candore, Jean-Philippe Cazier, Lucia Sagradini-Neumann, Christiane Vollaire Dans ses analyses sur le cinéma, Gilles Deleuze s’intéresse en particulier à deux types d’image : l’image-mouvement et l’image-temps. Ce numéro parcourt le champ cinématographique pour questionner la politique des images qui l’occupe et le préoccupe : quels sont les potentiels pluriels et les formes diverses de dépassement qui existent dans le(s) cinéma(s) ? Il questionne également l’esthétisation de la politique, là où le cinéma et les images peuvent rencontrer l’aliénation, s’articuler à des formes de domination. Quelles sont les possibles implications subjectives, politiques, inconscientes, culturelles, esthétiques, concep tuelles d’un cinéma qui se crée et s’élabore en dehors des impératifs de l’industrie et du marché, selon une esthétique de la rupture, de la contestation, de l’invention d’autres rapports à la pensée, au monde et à soi ?

Nouvelle brève
samedi 26 novembre

Le peintre d’éventail

Roman de Hubert Haddad

Nous avions parlé de « Palestine » Du « Rêve de glace « de Géométrie d’un rêve », dans la Revue TOC TOC TOC au moment de leur sortie, un autre paru en 2013 Editions Zulma « Le peintre d’éventail » je l’avais oublié dans ma bibliothèque il était resté là caché, jeu du hasard ? Moi peintre aussi, je viens de le récupérer , son premier souffle m’a bouleversé, je ferais un jour un texte sur le récit de Hubert Haddad... Voici un résumé de « Le peintre d’événtail »

« C’est au fin fond de la contrée d’Atôra, au nord-est de l’île de Honshu, que Matabei se retire pour échapper à la fureur du monde. C’est au fin fond de la contrée d’Atôra, au nord-est de l’île de Honshu, que Matabei se retire pour échapper à la fureur du monde. Dans cet endroit perdu entre montagnes et Pacifique, se cache la paisible pension de Dame Hison dont Matabei apprend à connaître les habitués, tous personnages singuliers et fantasques. Attenant à l’auberge se déploie un jardin hors du temps. Insensiblement, Matabei s’attache au vieux jardinier et découvre en lui un extraordinaire peintre d’éventail. Il devient le disciple dévoué de maître Osaki. Fabuleux labyrinthe aux perspectives trompeuses, le jardin de maître Osaki est aussi le cadre de déchirements et de passions, bien loin de la voie du Zen, en attendant d’autres bouleversements... Avec le Peintre d’éventail, Hubert Haddad nous offre un roman d’initiation inoubliable, époustouflant de maîtrise et de grâce » ....

(JPG)
GEFFRAY REVIENT a la CHARGE
mardi 15 novembre

De belles nouvelles toutes fraiches de la part de notre, correspondant en Inde, fondateur de notre Revue TOC TOC TOC et ami incontournable, Geffray, nous envoi de sensibles, étranges photographies planétaires du comportement en Bretagne du paysage de cieux avant la visite de la grande Lune...

(JPG)
(JPG)
(JPG)
Sur le Web
Mineo Kuroda
Le site de Mineo Kuroda.
Maison d’édition les Presses du Midi
Le site des éditions des presses du midi.
Brigitte Sillard
Site de Brigitte Sillard
Cabanon Productions
Cabanon Pruduction : présentation des livres de Guy Tournaye.
LETTRES OUVERTES à GERAHRD RICHTER//PLASTICIEN CONTEMPORAIN CHRISTIAN DEBOUT/EXPOSITION de BERNARD BRANDI à MARSEILLE//ANA MARIA RUEDA et OSCAR MUNOZ à ARLES// JOE DOWNING a la Galerie PASCAL LAINE
PORTRAITS ECLATES : Des êtres que nous admirons profondément..., ARRABAL, JOSETTE SAMSON FRANCOIS ,MANTIGNEUX, DOMINIQUE CROS, JEAN FRANCOIS DUFFAU,un grand écrivain MICHEL FARDOULIS LAGRANGE, MICHEL CASSE astrophysicien, GERHARD RICHTER peintre.....MARCEL GILI sculpteur et d’autres plus proches....
DELEUZE-GUATTARI "Mille Plateaux"

Chapitre « La géologie de la Morale »

... C’est là qu’intervenait le dialogue, ou plutôt la violente polémique avec Cuvier. Pour retenir les derniers auditeurs, Challenger imaginait un dialogue des morts, particulièrement Èpistémologique, sur le mode d’un théâtre de marionnettes. Geoffroy appelait à lui les Monstres, Cuvier disposait en ordre tous les fossiles, Baer brandissait des flacons d’ Embryons, Vialleton s’entourait d’ une ceinture de Tétrapode, Perrier mimait la lutte dramatique de la Bouche et du Cerveau ..• etc. Geoffroy : La preuve de l’isomorphisme, c’est qU’on peut toujours passer par « pliage » d’une forme à une autre, si différentes soient-elles sur la strate organique. Du Vertébré au Céphalopode : rapprochez les deux parties de l’épine du dos de Vertébré, ramenez sa tête vers ses pieds, son bassin ver& sa nuque ... - Cuvier (avec colère) : Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai, vous ne passerez pas d’un Eléphant à une Méduse, j’ai essayé. Il y a des axes, des types, des embranchements irréductibles. Il y a des ressemblances d’organes et des analogies de formes, rien de plus. Vous êtes un faussaire, un métaphysicien. - Vialleton (disciple de Cuvier et de Baer) : t méme si le pliage donnait le bon résultat, qui pourrait le supporter ? Ce n’est pas par hasard que GeOffroy ne considère que des Eléments anatomiques. Aucun muscle ni ligament ni ceinture n’y survivraient Geoffroy : J’ai dit qu’il y avait isomorphisme, mais non pas correspondance. C’est qu’il faut faire intervenir des « degrés de développement ou de perfection . Les matériaux n’atteignent pas partout sur la strate le degré qui leur permettrait de constituer tel ou tel en semble. Les éléments anatomiques peuvent être ici et là arrêtés ou inhibés, par percussion moléculaire, influence du milieu ou pression des voisins, si bi n qu’ils ne composent pas les mémes organes. Les relations ou connexions formelles sont alors déterminées à s’effectuer dans des formes et dispositions tout à fait différentes. C’ pourtant le méme Animal abstrait qui se réalise Sur toute la strate, mais à des degrés divers, sous des modes divers, chaque fois aussi parfait q ’il peut l’être en fonction de l’entourage et du milieu (il ne s’agit pas encore évidemment d’Evolution : ni le pliage ni les degrés n’impliquent descendance ou dérivation, mais, seulement réalisations autonomes d’urt méme abstrait), C’est ici que Geoffroy invoque les Monstres : les monstres humains sont des embryons arrêtes à tel degré de développement, l’homme en eux n’est qu’une gangue pour des formes et des substances non humaines. Oui, l.’Hétéradelphe est un crustacé.- Baér (allié de Cuvier, contemporain de Darwin, mais réticent à son égard autant qu’ennemi de Geoffroy) : Ce n’est pas vrai, vous ne pouvez pas confondre degrés de développement et types de formes. Un même type à plusieurs degrés, un même degré se rencontre dans plusieurs types. Mais jamais avec des degrés vous ne ferez des types. Un embryon de tél type ne peut pas présenter un autre type, il peut tout au plus avoir le même degré qu’un embryon de l’autre type. - Vialleton (disciple de Baér, qui surenchérir à la fois contre Darwin et contre Geoffroy) : Et puis il y a des choses que seul un embryon peut faire ou supporter. Il peut les faire ou les supporter précisément en vertu de son type, et non pas parce qu’il pourrait passer d’un type à un autre suivant ses degrés de développement. Admirez la Tortue, dont le cou exige le glissement d’un certain nombre de protovertèbrés, et le membre antérieur, un glissement de 180° par rapport à celui d’un oiseau. Vous ne pourrez jamais conclure de l’embryogenèse à la phylogenèse ; le pliage ne permet pas de passer d’un type à un autre, ce sont les types au contraire qui témoignent pour l’irréductibilité des formes de plissement ..• (Ainsi Vialleton a deux genres d’arguments conjugués pour la méfie cause, tantôt disant qu’il y a des choses qu’aucun animal ne peut faire en vertu de sa substance, tantôt des choses que seul un embryon peut faire en vertu de sa forme. Ce sont deux arguments forts 7.)

7. Cf. Géoffroy Saint-Hilaire, Principes de philosophie zoologique, où sont cités des extraits de la polémique avec cuvier ; Notions synthétiques, où Geoffroy exposé sa conception moléculaire de la combustion, de l’électrisation et de l’attraction. Baer, Uber Entwickelungsgeschichte der Thiére, et »Biographie de Cuvier » (Annales des sciences naturelles, 1908). Vialleton, Membres et ceintures des vertébrés tétrapodes,

à suivre

Richard Pinhas : Les Larmes de Nietzsche La Musique de Deleuze

Et parce que toute l’écriture est de la cochonnerie et que la honte d’être un homme nous étreint, contraigne et obsède le clapot du néant, les vers sont dans le fruit de la Résolution (révolution). L’homme à l’écharpe rouge a pris congé de nous au bénéfice des éléments premiers et de la belle fusion des protons et des électrons. Rongeasse... Rapin et rongeasse, rongeasse encore...

Il est à jamais le Devenir-imperceptible, dont l’innocence traverse l’Occident criminel et ruiné. Gilles qui vient et repart, visite mes rêves, mes amours et mon désespoir. Baruch(...). J’incorpore Gilles, mâche son corps et ses postures, translation sa pensée. Gilles habite et initialise ces mondes les plus insensés, devenus enfin compossibles. Comment faire, vite lentement, les apostats sont légions, des troupeaux d’apostats pas comme Julien, l’empereur, seul tenant émouvant du titre : Saint Julien l’Apostat, comme disait le camarade Arbeit... La carte de la ville qui abritait chacune de nos rencontres, chacun de nos amours nos amitiés, est devenue l’hologramme fantomatique de nos pertes et de nos regrets, le cheminement des chers disparus, la géographie d’un monde à jamais englouti...() suite dans la numéro 16

Site Espace Tiphaine
Avant de devenir une maison d’édition nous avons tenu pendant de nombreuses année une galerie, lieu de rencontre et d’expression. Un site retrace ces années. Bonne visite.
La revue Toc Toc Toc

Les Éditions Tiphaine présentent la revue Toc - Toc - Toc.

Cette revue se veut pluri-disciplinaire : Littérature, Science, Arts-Plastiques , Photographie, Poésie, Théâtre, Musique.

Cette revue est réalisée par des ARTISTES-PHILOSOPHES poètes, penseurs, sociologues, philosophes, écrivains, peintres etc...

Notre volonté d’écrire, de créer cette revue, est née d’une colère, d’un malaise, d’une envie de retrouver nos aspirations, nos forces vives, en tant qu’être conscient, en réponse à la course désolante de la planète qui tourne vers son néant et sa possible destruction. Nous voulons par l’écriture, la réflexion, propres à chaqu’un, ouvrir des perspectives et reveiller les capacités de l’imaginaire, de l’effort, et du bonheur.

Directeur de rédaction : Stepffer Tiphaine

Rédacteurs : Germinal Rebull, Philippe Pujas, Michel Espag

Graphisme : Jean Luc Bohin, Thierry Fanchon

Direction artistique : Thierry Geffray

Administration et promotion : Philippe Pujas

Conseillère et correctrice : Janine Chauvet

Amis collaborateurs Jean François Duffau (scuplteur), Rodolphe Stadler (galeriste), Jean Jacques Beylac (écrivain), Karl Bergot (architecte d’intérieur), Martial Jalabert (architecte), Barbara Fournier (revue Polyrama), Michel Cassé (astrophysicien), Denys Condé (conservateur), Hubert Haddad (écrivain), Fernando Arrabal (à ne pas présenter... panique...)

(liste non exhaustive...).

EXPRESSION D’ ARTISTES

MICHEL CASSE

(JPG)

« Nostalgie de la lumière »

Les découvertes les plus importantes résultent souvent très directement d’innovations techniques substantielles. Je ne parle pas des percées purement théoriques, déconnectées de l’expérimentation, tant il est délicat de distinguer leur source d’inspiration. La lunette de Galilée (grossissement 20) lui permit de distinguer clairement quatre minuscules taches de lumière dont il suivit le mouvement jusqu’à ce qu’il fût certain qu’il observait des lunes individuelles orbitant autour de Jupiter. Il vit apparaître les montagnes de notre propre Lune avec suffisamment de netteté pour affirmer qu’elle devait être pétrie de la même susbtance que la Terre, faisant prévaloir contre Aristote, qui régnait en maître sur les esprits depuis l’Antiquité, la matérialité des corps célestes, rayant d’un seul trait de plume la distinction entre mondes supralunaires et sublunaires.

L’astrophysique était née, qui proclame l’identité de nature entre tous les objets de la Terre et du Ciel et de ce fait les déclare connaissables. Tycho Brahé, il y a quatre siècles, lançait la mode des observations astronomiques précises. Quelques siècles plus tard, une poignée de pionniers construisent des télescopes sensibles à des rayonnements d’extrême douceur (infrarouge) ou d’extrême violence (X et gamma), sachant l’extrême révélateur, qui de manière similaire ouvriront la perception à un ciel entièrement neuf, peuplé d’étoiles-X et de galaxies infrarouge et gamma. De nos jours, les phénomènes d’envergure cosmique sont fréquemment découverts par des physiciens et ingénieurs originellement formés à d’autres disciplines que l’astronomie classique. Élevé au sérail, au Service d’Astrophysique de Saclay (anciennement Section d’Astrophysique), je peux en attester.

Guerre et Ciel : II n’est pas indifférent que ces découvertes de premier plan aient très souvent fait intervenir des équipements dont la destination initiale était tout autre. L’exemple le plus flagrant est la découverte d’éclairs de rayonnement gamma dans l’espace, appelés « sursauts gamma » ou gamma ray bursts, par le satellite espion américain Vêla, destiné à repérer les explosions nucléaires secrètes. . Autre exemple, et non des moindres : les équipements radar qui furent développés au cours de l’effort de guerre rendirent également possible le développement rapide de la radioastronomie. On pourrait ainsi multiplier les exemples. La percée majeure de l’astronomie infrarouge a de la même manière bénéficié de la recherche militaire. L’innocence rêveuse n’est pas de mise dans les cénacles astrophysiques.

Est-ce le prix à payer pour que l’humanité se sente soudain capable de percer l’épaisseur des nuages qui l’environnait ? Pour surprendre le ciel en flagrant délit de création/destruction, de métamorphose et de gestation ? Nous voyons des soleils en transe, des catégories entières d’objets nouveaux, étranges et capricieux, apparaître/disparaître et nous ne pouvons que ressentir l’instabilité foncière du Cosmos, et par conséquent de nous-mêmes. L’aventure, c’est de vivre sur un tapis volant. « II faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante » (Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra). Là où semblait régner l’ordre et le silence de la mort mécanique d’un Univers d’horloger apparaît l’exubérance vitale.

Levée d’astres dans le ciel de la connaissance : nous ne vivons plus en aveugles parmi les réalités sublimes du ciel. Certains voient des choses dans le ciel. Nous, physi¬ciens astraux, voyons du ciel dans les choses. Nous sommes faits de plusieurs vies d’étoiles comme le musi¬cien est fait de plusieurs vies de musique. L’Univers est masqué comme le moi le plus intime. Mais, quand il se met à parler, toute lumière devient parole. L’étoile prise en otage par un cadavre stellaire qui l’entraîne dans un tango tourbillonnant hurle des rayons X. Le Big Bang vocifère vers nous, mais son cri nous parvient assourdi, adouci, presque éteint... Lumière qui tressaille à trois degrés Kelvin. Et le ciel s’embaume de rouge invisible.

(JPG)

Étoile généralisée, étoile calculée L’œil, sans le secours du télescope, distingue, dans des conditions optimales de visibilité, trois mille étoiles. Mais ce n’est que l’infime avant-garde des armées du ciel. Ce qui vient derrière se compte en milliards de milliards. Il semble donc vain de vouloir décrire les astres un par un. Comment aborder dans ce cas l’idée d’étoile dans sa plus grande généralité ? Que l’on dispose ou non d’une théorie générale de la réalité (et nous en sommes encore loin), il n’en reste pas moins vrai qu’on ne peut parler d’un type particulier d’objet - le Soleil, l’étoile, l’Univers - sans s’être donné, au préalable, un modèle de cet objet. C’est-à-dire une idée simple, une représentation idéalisée de la chose réelle, ou prétendue telle. Ainsi le Soleil peut-il en première analyse être représenté comme une sphère gazeuse et chaude, tel qu’on le pressent, tel qu’on le conçoit.

Par la suite, ce modèle se formalise, s’éparpille en « phénomènes élémentaires » pour se réunifier en un faisceau d’équations. Mais un modèle digne de ce nom ne se contente pas d’expliquer ou de codifier. Ses ambitions vont plus loin. Le modèle forcé, extrapolé, poussé, jusqu’à sa tension de rupture, exprime ses « pensées cachées ». Celles-ci sont parfois très surprenantes. A quel niveau la théorie devient-elle créatrice ? L’émergence dans le monde des idées des modèles géométriques d’espace-temps, des trous noirs qui en sont la conséquence, des étoiles à neutrons - astres quantiques par excellence - est à mettre au compte de ces commotions théoriques découplées de l’observation.... Mais revenons à notre étoile, ou plutôt à notre idée d’étoile. Comment les astronomes peuvent-ils savoir de quoi les étoiles sont faites ? La lumière se disperse à travers le prisme, se résout en fines raies comme le nuage en pluie (Figure 22). Il pleut des couleurs. La découverte merveilleuse de la spectroscopie allait permettre d’établir la correspondance entre raie spectrale - renforcement ou affaiblissement de l’intensité lumineuse sur une plage très étroite de longueur d’onde - et l’identité chimique des éléments émetteurs ou absorbants, ainsi que leurs proportions relatives. Conséquence révolutionnaire : l’analyse spectrale permet d’examiner la composition chimique des gaz lumineux (émetteurs) ou sombres (absorbants). La méthode spectroscopique a été progressivement étendue à toutes les lumières, visibles ou invisibles. Que l’on tente d’observer les rayons X, gamma, ou les particules errantes du rayonnement cosmique, libres et rapides comme la lumière, la stratégie instrumentale est la même.

Il convient, en premier lieu, de spécifier l’énergie, la résolution spatiale, la résolution temporelle et la sensibilité de la mesure puis, la mesure faite, de l’interpréter selon une grille codifiée de lecture. Il est évident que ce mode d’analyse s’applique au Soleil et aux étoiles, ou plus précisément à leur atmosphère. Dès lors, il est permis d’accéder à la constitution chimique de Phoebus aux crins dorés, des étoiles ses sœurs et des nébuleuses, leurs mères, et d’établir des comparaisons fructueuses entre différents objets astronomiques, afin de découdre la cape du ciel et de la recoudre rationnellement. L’analyse spectrale montre à l’évidence que les éléments présents dans les étoiles et les nébuleuses les plus lointaines sont uniquement ceux que nous connaissons sur la Terre. Constater l’unité de la matière dans l’Univers est une chose, l’expliquer en est une autre. C’est à cette dernière tâche que l’astrophysicien consacre sa raison.

MICHEL HADDAD

par HUBERT HADDAD

C’est le langage qui est schizophrène. qui crée le paradoxe là où il ose signifier du "réel’_ Michel H.

Du haut de la pyramide du Temps, un instant, un unique instant de foudre blanche vous contemple. L’art est la découverte d’une identité toujours vive où les siècles se rassemblent et se brisent dans l’épreuve de leur pérennité. L’ultime secret des temps humains échappe à l’histoire et aux hommes qui pour s’en consoler bâtissent des empires, inventent des raisons, prolongent indéfiniment le vieux rêve de maîtrise entre deux festins sanglants, deux sommeils agités et deux sacres d’idoles ; et les générations disparaissent comme les vagues sur la grève éclairée par toutes les pierres aiguës du ciel.

MICHEL CASSE

LEVEE D’ASTRES DANS LE CIEL DE LA CONNAISSANCE

Je veux, par la démonstration, vous convaincre du pouvoir extrême des concepteurs d’équations, des forgerons de formules, ceci à des fins purement démocratiques, car, si en raison de l’abêtissement collectif, l’analphabétisme équationnel s’étend, le pouvoir sera confiné dans les seules mains de ceux qui savent lire et s’exprimer dans le langage de la nature et non de l’artifice, à savoir la physique écrite en symboles mathématiques.

ARTISTES CONTEMPORAINS
Dans cette rubrique vous trouverez des artistes dont nous apprécions grandement le travail. Peintres, Sculpteurs, Plasticiens, Photographes, Plasticiens ... Tous on en commun un engagement artistique certain, l’art est leur vie.
Carnet de voyage
Notre correspondant parcours l’Asie depuis 2008. L’Inde, le Népal, le Sri Lanka. Premières destinations, d’autres vont suivre. De ses chroniques sur la Luciole nous en choisissions certaines que nous avons aimées. Carnet de voyage a suivre ...
AGENDA

Des créateurs, des metteurs en scène, réalisateurs,dramaturges des institutions du théâtre, des gens qui sont là pour aider les petites compagnies qui démarrent, décorateurs,concepteurs et des constructeurs de ces décors...., A VOUS les événements à annoncer, Envoyez nous vos communiqués de presse, cartons, flyers, nous nous ferons un plaisir de les mettre en ligne.

Quelques noms : ECOLE de VALPARAISO , texte sur TOC TOC TOC 4,un combat singulier... Notes d’été sur les cours de GILLES DELEUZE sur le cinema".../ GILLES CLÉMENT, architecte paysagiste, grand défenseur de la NATURE.son manifeste, rubrique : AGENDA ./..RICHARD PINHAS."Les larmes de Nietzsche" Deleuze et la Musique" sur la N°16...encore de la musique avec un extrait "A VOIX BASSE" DE JOELLE LEANDRE, ... DAVID GERY,mise en scéne de L’Orestie où Agamemnon, Les Choéphores et Les Euménides, C’est là qui est née LA DEMOCRATIE texte de GERY... JEAN HAAS la scénographie, et MILLE PLATEAUX l’atelier de construction de décors...au Théâtre de la Commune... TOC TOC 16 Homo Economicus PHILIPPE MACQUET à lire surtout après " Le syndrome du Titanic"décevant,nul.......MICHEL HADDAD par HUBERT HADDAD rubrique "Expressions d’artiste", et aussi dans TOC TOC TOC N° 5...CLAUDE REGIS "Oda maritima", en ligne son poème en "espagnol" dans la rubrique "Expression d’Artiste" bouscule, agite, la mer comme symbole d’un parcourt imaginaire de Fernando Pessoa. Nous vous découvrirons une grande photographe DOMINIQUE CROS, elle était déjà présente sur la TOC TOC TOC 12 et sur notre RUBRIQUE "PORTRAITS CHOISIT, des ébauches,"Working in progress.....à paraitre MICHEL CASSE, à lire sur "toc toc toc" N° 10 "NOSTALGIE de la LUMIÈRE" Compte rendu sur :Festival du JAZZ à Corbeil-Essonnes/ GUY MARCHAND,LLUVIA film argentin, PAULA HERNANDEZ, ACTUALIT2ES de la GALERIE MAMAN à Buenos Aires..Autre film argentin "PLAN B" de MARCO BERGER.. super, ..lire BRÈVES... .Nous sommes en train d’élaborer, La RUBRIQUE THÉÂTRE, nous allons analyser les dernières œuvres de CLAUDE REGY/ROMEO CASTELLUCCI/THOMAS OSTEIMEIR/MATTHIAS LANGHOFF/CHRISTOPH MARTHALER et de DAVID GERY...En ligne un fragment du Manifeste de RICHARD PINHAS "De Nietzsche à la Techno : Manifeste pour les machines-pensées,à venir... De son livre "Les larmes de Nietzsche... Deleuze et la Musique" des Édition Flammarion.

Les ROIS de FRANCE de Tiphaine /Texte de Hubert Haddad

((Les Rois de France de Tiphaine Texte de Hubert Haddad))

François I Stepffer-Tiphaine 1998

L’art est un miroir d’absolu qui ne reflète, par bribes et par ruptures vitales, que le fond des temps infigurable. A travers les failles de l’actuel, les angles morts de la représentation et autres déplacements de la réalité, l’Histoire pourrait s’abymer dans l’histoire de la peinture comme une manière de modèle arbitraire et envahissant, en concurrence avec les états naturels. Le songe de l’artiste pareillement traverse les mythes et les remodèle ; des rêveurs efficaces bousculent en fin de compte les lisières du réel au nez et à la barbe des interprètes du quotidien. Hauts faits, désastres, foules variables et précipitations de la technologie impressionnent la toile par le biais saugrenu d’une subjectivité et selon une causalité d’un autre type. L’art interdit ainsi, par enjeu intrinsèque, toute fixité doctrinale. On ne sait rien du monde qu’une passion qui lui ressemble à travers maints replis singuliers. Mais un Jean Fouquet nous en apprend davantage sur Charles VII que la chronique du temps, c’est avant tout par l’effet de présence pictural : son roi de peinture inspiré de la statuaire gothique et du réalisme analytique des physiognomonies flamands, inaugure un art du portrait pensé dans son unité esthétique par une façon quasi abstraite d’envisager la composition.

Articles les plus récents
vendredi 1er septembre 2017
par Administrateur- tiphaine
JOE DOWNING a la GALERIE PASCAL LAINE
Joe Downing est l’un des plus authentiques représentants de l’abstraction « libre » d’après-guerre. A travers un fourmillement de formes, devenues de plus en plus lumineuses avec le temps, il développe une poétique très personnelle de l’espace, du rythme et de la couleur. L’artiste nous communique son « émerveillement » par des toiles, des agrafages, mais aussi des peintures sur cuir clouté, sur châssis de fenêtres récupérés ou sur de vieilles portes de grange. A (...)

lire la suite de l'article
vendredi 2 juin 2017
par Administrateur- tiphaine
EXPOSITION de BERNARD BRANDI
Présenté par la Galerie INVISIBLE
Le plasticien Bernard Brandi
Nous offre ses « Sculptures à L’étude »
Maîtres : Alain Isnard & Vanina Veiry Sollari
3 Place Felix Baret 13006 Marseille
Contact : 06 18 17 27 82
Du 1 Juin au 1 Septembre 201
Hier soir évènement magique, des apparitions de pelles en métamorphoses,
des chaises surréalistes, des personnages et des objets articulées,
chargés d’un double langage, pop en ébullition, cavalcada enchanteresse,
jardins-serres animés par un cortège de poissons, oiseaux,
tandem (...)

lire la suite de l'article
mardi 28 mars 2017
par Administrateur- tiphaine
"UNE AFFARE ATOMIQUE" de Vincent Crouzet// Edition Laffont
« UNE AFFAIRE ATOMIQUE » 
Met en scène un coup de maître exceptionnel, un des plus étonnants scandales d’Etat : Areva et l’affaire UraMin.
Vincent Crouzet, intelligent auteur de cette saga mémorable, nous raconte des faits mettant en cause des personnalités publiques des « très hautes sphères ». Cette fiction-vraie (le livre est jumelé avec Radioactif) décrit les actes commis par un « clan », produit compulsif, création virtuelle d’un nouveau phénomène réel de notre société, perfide et sophistiquée alchimie, dont (...)

lire la suite de l'article
jeudi 2 mars 2017
par Administrateur- tiphaine
LES PORTES de L’INFINI Lettre ouverte à GERHARD RITCHER
LES PORTES de L’INFINI
Me voici attelée à un nouveau chantier, un nouveau sentier vers l’infini. Ce travail m’ oblige à une accumulation sans fin : la matière naît de tous les repentis. Je sais ce que je veux. Je rêve d’une matière étrange, sans forme, mais dont la présence et la réalité doivent être, à un moment donné, la « gangue » de mon organisation, de mon exaspération, des angoisses de ma secrète vision, d’un ailleurs souverain qui s’ouvrira enfin sur ma dernière porte.
Ainsi chaque jour dans mon sombre atelier, je (...)

lire la suite de l'article