Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc Toc Toc Toc 6
Dernière mise à jour :
lundi 20 avril 2020
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Correspondance intime
Lettre à mon ami
Tidji
mardi 7 février 2006
(JPG)

Bon, tu vois, comme d’un fait exprès tu me donnes encore des soucis, j’avais en tête de mettre ta lettre en regard de ma lettre, mais bien sûr impossible de mettre la main dessus, trois jours de recherches, rien. Elle est là quelque part, coincée entre deux livres ou autre part mais je fais une croix, elle restera à moi, je ne la publierai pas et c’est tant mieux, elle ne restera qu’à moi. Alors à mon tour de t’offrir quelque chose, juste cette photo d’un mur pas si anodin que ça puisqu’il est juste en face ma fenêtre et que je sais que tu l’as vu maintes fois. Tu sais j’ai plein de choses chez moi, des choses remplaçables, presque toutes, mes livres, mes disques, mes vidéos, mes écrits qui ne valent en fait pas grand-chose, mes photos que je suis juste content d’avoir faites, les traces de mes voyages, j’aurais vraiment voulu partir avec toi en Inde ou au Népal, mais ta lettre elle, si un huissier venait chez moi il ne me la prendrait pas, ce n’est qu’un bout de papier mais c’est la seule chose vraie qui me reste de toi. Je n’ai pas peur de la vie mais lorsqu’elle ne sera plus je veux garder à jamais une image vivante de toi, je veux faire à ce pacte avec la mort, te garder comme une présence qui ne s’éteindra jamais.
Bisous
Tidji

Lundi 13 juin 2005

Je me souviens comme si c’était hier du jour où j’ai reçu ta lettre, j’étais heureux d’avoir de tes nouvelles, c’était la première fois que tu m’écrivais, je pensais souvent à toi, je te savais en Espagne à la Villa Velazquez pour ton service militaire, je me demandais comment tu réussissais à le supporter , je me demandais ce que tu faisais, si tu travaillais sur notre projet de link machine, je t’en savais capable. Je ne t’avais pas revu depuis plus d’un an, tu étais parti faire un tour du monde puis hop service militaire. En lisant ta lettre je ne t’avais pas reconnu, toi qui était si pétillant, si lucide, si intelligent je ne te reconnaissais pas. J’ai eu comme un malaise, je n’avais personne avec qui en parler, je savais que quelque chose n’allait pas, mais quoi je ne le savais pas. J’y ai tant pensé, je n’arrivais pas à comprendre ce que je ressentais. J’ai voulu te répondre sur le champ, mais je ne savais pas quoi te dire, mes pensées n’étaient pas claires, alors j’ai remis au lendemain et puis une semaine plus tard j’ai appris ton suicide. Il y a eu un blanc dans ma tête, quelque chose s’est cassé à jamais. Tu vois ta lettre elle traîne toujours sur une de mes étagères, je tombe sur elle une fois par an environ et chaque fois je pense à toi. Je me demande pourquoi tu n’as pas juste écrit Viens, j’aurais pris le premier train, mais non et maintenant je traîne cette blessure à jamais. Je suis triste parce que je sais que c’est injuste, que tu n’avais pas encore le droit au suicide, tu n’avais pas tout donné, non. Ca je sais que tu le savais mais tu n’étais pas encore assez armé à cette époque là. Crois-moi tu as changé ma vie. Je n’ai pas repris le travail que l’on avait commencé et je ne le pourrais sans doute jamais, tu es trop présent, puis c’était un travail à deux, puis j’ai tourné la page. J’ai passé d’autres épreuves incroyablement douloureuses, j’ai eu envie de baisser les bras plus d’une fois mais bizarrement tu vois, toutes ces épreuves m’ont donné envie de vivre pleinement ma vie, d’accepter les hauts et les bas, le beau et l’horrible. J’ai lu Deleuze, tu sais que lui aussi s’est suicidé mais il a attendu quand même d’avoir 70 ans, et puis il avait décidé de ne plus écrire, juste finir son livre sur Kant et considérer qu’il en avait assez fait. Mais lui il avait 70 ans toi tu en avais 24, c’est différent tu sais. Bien sûr je sais que je ne peux t’en vouloir de t’être suicidé, je commence à l’accepter, pourtant que je t’en ai voulu.
J’ai tout essayé, t’oublier, pas possible, en parler, oui c’est vrai que ça aide, j’ai même manqué aller voir un psy tu te rends compte, rien n’a marché, alors j’ai décidé que pour moi tu n’étais pas mort, tu faisais quelque part partie de moi puisque je ne peux t’oublier. C’est aussi toi qui as fait ce que je suis devenu et comme je ne sais absolument pas ce que c’est j’avance comme je le peux. Tu vois cette petite lettre que je t’écris me fait du bien, peut être que je t’écrirai plus souvent, attends toi à avoir du courrier, dommage que je n’ai pas ton adresse.

Bisous.

 

Articles de cette rubrique
  1. Sommaire de Toc Toc Toc N° 6 : version papier.
    2 février 2006

  2. Toc Toc Toc 6
    7 février 2006

  3. Correspondance entre Benjamin Constant et sa cousine
    7 février 2006

  4. Lettre à mon ami
    7 février 2006

  5. R’N’R’ ET CATS
    8 février 2006

  6. Phurba, Phurpa, Phurbu, Phurbus.
    8 février 2006