Editions Tiphaine
Accueil du siteEXPRESSION D’ ARTISTES MICHEL CASSE "MEDITATION SUR LE NEUTRE"
Dernière mise à jour :
lundi 26 août 2019
   
Brèves
LA COMEDIE FRANCAISE :édition « Les Petites Formes » Eric Reinhardt
samedi 17 avril

L’ARGENT

Eric Reinhardt

« Leverage de quatre »

Le départ de cette pièce de théâtre, d’Eric Reinhardt, nous plonge dans le milieu boursier, les traders, élite minoritaire, s’offrant défis, risques, chiffres a l’appui, dont l’argent médium virtuel, dépasse les mathématiques pour atterrir en plein dans l’algèbre, «  L’algèbre de Boole des fonctions logiques permet de modéliser des raisonnements logiques, en exprimant un « état » en fonction de conditions. » Eric Reinhardt se servira du langage courant des gens de la bourse sans rien trahir de leur vocabulaire, restituant ainsi leur profil, et leur esprit formaté. L’écrivain n’a pas à épaissir l’importance des événements. Ce « jeu » boursier a commencé vers les années 80, suite à ce nouveau phénomène de société,une série de scandales financiers a suscité et excité les « médias ». Le scénario est le même et de ce qui est en jeu, la transgression du tabou le plus important : L’Argent. Ce leverage met en scène des personnages tirés de la réalité contemporaine, il nous est imposé par quatre « traders » assiégés. Les personnages vont à fur et à mesure du rythme donné par la menaçante foule qui cri à l’extérieur, incarner cette « faune » de l’élite boursière, Ils se préparent à partir, plutôt fuir, la démence crée par la démesure de ces opérations financières licites. Devrons selon, les stratégies propres a leurs natures à risques forcer le PDG a un dernier investissement, réalisant ainsi un dernier coup boursier, Malgré la réaction de ouvriers révoltés qui veulent a coup de hache rentrer dans leur maison. L’absurde s’installe, acclamé, les propositions de plus en plus « risquées » des transactions mirobolantes de ces traders font que la pièce prend une tournure classique, la peur, le danger, peut être la mort, une presque fin d’un monde, même si ce monde là est devenu virtuel, avec ces derniers réclameurs, s’exécutant a pile ou face, devant l’hôte obligé, le PDG, hésitant au début, finira par "chuté" dans le piège. Leverage Buy Out, ou rachat d’une société par une holding Compagny ; soutenu par des paris Killers... comique, pathétique, grotesque. Le récit d’ Eric Reinhardt est aussi le reflet d’une nouvelle face de notre société, et ses systèmes économiques,politiques, trame perverse,dont les traders, prototypes cyborgs,sont les « cerfs » de ces transactions autorisées, licites. Valeurs suprêmes en hausse : Le Pouvoir, la Réussite. L’écrivain nous a montré et décrit dans son roman « Cendrillon » un de meilleur livre de la Rentrée Littéraire 2007 ... Dans un chapitre de son livre, fait une descriptive minutieuse de l’univers des traders,en soulevant toutes les conséquences dut à l’ « effet de levier » " L’auteur décrit dans un récit haletant les laissés-pour-compte de la classe moyenne soumis aux extravagances et exigences de la mondialisation " Yves Simon. Funeste gageure : l’Argent et des risques énormes à subir Ils sont autorisés à utiliser tous les produits disponibles Ils sont autorisés à tous les produits dérivés Ils sont autorisés à tous les profits des capacités de « leverage » Ils sont autorisés aussi a utiliser toutes les capacités de « shorter » Désormais, David, Olivier, Alice, Anne Sophie et Bernard piégés, nos traders, allégrement euphoriques, traques, mais préservés par leurs folie, vont continuer ce jeu pyramidal, jusqu’ au noir absolu...le vide Et d’autres jeux, et enjeux verrons le jour, pour remplacer « Yours’ / ’Mine’ / ’Change’ / ’Your Risk’/ ’How now ?’ / ’Nothing here »

Tiphaine 18/avril/2010

Nouvelle brève
dimanche 19 avril
Toc Toc Toc Numéro 9 est sorti, à voir le sommaire, l’histoire...
Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique,
lundi 13 novembre
Hors des contextes des dogmes, des normes, qui rêvent de métamorphoses et des pluralités, des mondes, des corps célestes et autres. Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique, qui fera la parodie de l’enseignement des répétitions, contre le discours du père, de la mère, et son pouvoir qui lui vient de la détention de la langue maternelle, entre le discours et l’imitation, pouvoir plus diffus. Sade contre la Famille, contre la reproduction, emprisonné a la Bastille. Et d’ autres penseurs politiques, comme Karl Marx dont le réel, le temps, l’espace seraient « le terrain » d’une des réalités possibles. Nietzsche praticien- philosophe contre les humiliations du travail, sans plaisir. Discours impurs, sublimes et tragiques, destinées solitaires, êtres vecteur des intensités décelées, rapports de serre envers la Nature, serait ce ces êtres qui rentreraient dans les rangées des Artistes-Philosophes. Leonardo da Vinci praticien expérimentateur, créateur de machines, d’accessoires mécaniques, chirurgien spontané des dissections anatomiques, créateur pluriel, qui se complut aux plus hasardeuses recherches, dans sa monstrueuse ambition intellectuelle. Il manipule, scalpe, et se roue, sur le plus grave, le paradigme de l’homme. La Philosophie et L’Art. Le désir de connaissance, la Connaissance par le désir, nouveau concept de l’Absolu. Attitude de l’artiste nouveau. L’Oeuvre est liée à la Vie, et la gestation des œuvres tantôt refluant violemment ou bien conçues laborieusement, sont éjectées par la source primordiale, LA VIE.
Grigory : une énigme
mercredi 23 août

Nous ne pouvons pas ne pas parler du génie mathématicien russe : Grigory Perelman. "Il a donné les clés de la conjecture de Poincaré" C’est bon on a compris, pas de la même planète... Qui est donc cet être, rare, inhabituel, avare de sa personne, qui rechigne, qui refuse des prix aussi fabuleux que « La Cley Mathématics Institue » . Selon certaines nouvelles de la presse, il paraîtrait, de caractère solitaire, promeneur, hors du monde, la (sa) solution à l’énigme Poicarré ... plus de 100 des meilleurs mathématiciens de ce monde se sont mis à recoller les morceaux éparts laissés par un cerveau hors du commun, ils ont voulu retrouver les étapes que le Monsieur n’avait pas voulu écrire, style trop facile, maintenant il va falloir qu’ils trouvent déjà une unité à l’ensemble de l’oeuvre en gestation avancée de ce mathématicien « non professionnel » pour tenter de le comprendre, heureusement Grigory Perelman sera déjà loin, perdu dans ses mathématiques faites de concepts que lui maîtrise absoluement, pour nous c’est lui l’énigme, y’a beaucoup d’inconnues, merci Mister, jongles encore avec la topologie, avec les boules pleines ou creuses, c’est déjà ça de pris pour nous, simples humains.

La Luciole

Bienvenue Marius
jeudi 9 février
Aujourd’hui 6.2.06 à 11 heures 40 minutes, une amie Frankie a mis un enfant au monde, sur la planète Terre, bienvenue Marius, son père Damien a dit de lui qu’il était si plissé qu’il ressemblait à un chien chinois, moi j’ai dit plutôt une chenille, plissée. Marius, quand tu auras l’age de raison, je te lirais Gilles Deleuze, pour la question plis, il a dit aussi que la lumière le dérangait, je te lirais la nostalgie de la lumière de Michel Cassé astronome de l’invisible, nous allons beaucoup nous amuser... que sera t’il advenue de l’eau ? de l’air ? du lait ? la planète Terre va mal..... aurons nous trouvé des solutions, serons nous plus conscient et plus respectueux de cette magnifique planète ?
Sur le Web
Fernando Arrabal
overview on Fernando Arrabal’s life and work. Le site officiel du grand Fernando Arrabal, ami et collaborateur pour notre revue Toc Toc Toc.
La Luciole Electrique
Le site de la Luciole un de nos collabarateurs à la revue Toc Toc Toc. C’est pas parce que l’on a rien à dire qu’il faut pas le faire savoir. Tout un programme...
Au nom de tous ceux que j’aime
Le site de Dominique Durok, à consommer sans modération.
Dominique Cros
Site de Dominique Cros, artiste photographe. Un très beau site à découvrir ou à revisiter. Une grande photographe.
Espace Tiphaine Bastille
Site de l’espace Tiphaine (ancien site du Groupe Tiphaine).
NOSTALGIE DE LA LUMIERE : MICHEL CASSE
vendredi 1er février 2013
par Administrateur- tiphaine

MICHEL CASSE

(JPG)

« Nostalgie de la lumière »

Les découvertes les plus importantes résultent souvent très directement d’innovations techniques substantielles. Je ne parle pas des percées purement théoriques, déconnectées de l’expérimentation, tant il est délicat de distinguer leur source d’inspiration. La lunette de Galilée (grossissement 20) lui permit de distinguer clairement quatre minuscules taches de lumière dont il suivit le mouvement jusqu’à ce qu’il fût certain qu’il observait des lunes individuelles orbitant autour de Jupiter. Il vit apparaître les montagnes de notre propre Lune avec suffisamment de netteté pour affirmer qu’elle devait être pétrie de la même susbtance que la Terre, faisant prévaloir contre Aristote, qui régnait en maître sur les esprits depuis l’Antiquité, la matérialité des corps célestes, rayant d’un seul trait de plume la distinction entre mondes supralunaires et sublunaires.

L’astrophysique était née, qui proclame l’identité de nature entre tous les objets de la Terre et du Ciel et de ce fait les déclare connaissables. Tycho Brahé, il y a quatre siècles, lançait la mode des observations astronomiques précises. Quelques siècles plus tard, une poignée de pionniers construisent des télescopes sensibles à des rayonnements d’extrême douceur (infrarouge) ou d’extrême violence (X et gamma), sachant l’extrême révélateur, qui de manière similaire ouvriront la perception à un ciel entièrement neuf, peuplé d’étoiles-X et de galaxies infrarouge et gamma. De nos jours, les phénomènes d’envergure cosmique sont fréquemment découverts par des physiciens et ingénieurs originellement formés à d’autres disciplines que l’astronomie classique. Élevé au sérail, au Service d’Astrophysique de Saclay (anciennement Section d’Astrophysique), je peux en attester.

Guerre et Ciel : II n’est pas indifférent que ces découvertes de premier plan aient très souvent fait intervenir des équipements dont la destination initiale était tout autre. L’exemple le plus flagrant est la découverte d’éclairs de rayonnement gamma dans l’espace, appelés « sursauts gamma » ou gamma ray bursts, par le satellite espion américain Vêla, destiné à repérer les explosions nucléaires secrètes. . Autre exemple, et non des moindres : les équipements radar qui furent développés au cours de l’effort de guerre rendirent également possible le développement rapide de la radioastronomie. On pourrait ainsi multiplier les exemples. La percée majeure de l’astronomie infrarouge a de la même manière bénéficié de la recherche militaire. L’innocence rêveuse n’est pas de mise dans les cénacles astrophysiques.

Est-ce le prix à payer pour que l’humanité se sente soudain capable de percer l’épaisseur des nuages qui l’environnait ? Pour surprendre le ciel en flagrant délit de création/destruction, de métamorphose et de gestation ? Nous voyons des soleils en transe, des catégories entières d’objets nouveaux, étranges et capricieux, apparaître/disparaître et nous ne pouvons que ressentir l’instabilité foncière du Cosmos, et par conséquent de nous-mêmes. L’aventure, c’est de vivre sur un tapis volant. « II faut encore porter le chaos en soi pour donner naissance à une étoile dansante » (Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra). Là où semblait régner l’ordre et le silence de la mort mécanique d’un Univers d’horloger apparaît l’exubérance vitale.

Levée d’astres dans le ciel de la connaissance : nous ne vivons plus en aveugles parmi les réalités sublimes du ciel. Certains voient des choses dans le ciel. Nous, physi¬ciens astraux, voyons du ciel dans les choses. Nous sommes faits de plusieurs vies d’étoiles comme le musi¬cien est fait de plusieurs vies de musique. L’Univers est masqué comme le moi le plus intime. Mais, quand il se met à parler, toute lumière devient parole. L’étoile prise en otage par un cadavre stellaire qui l’entraîne dans un tango tourbillonnant hurle des rayons X. Le Big Bang vocifère vers nous, mais son cri nous parvient assourdi, adouci, presque éteint... Lumière qui tressaille à trois degrés Kelvin. Et le ciel s’embaume de rouge invisible.

(JPG)

Étoile généralisée, étoile calculée L’œil, sans le secours du télescope, distingue, dans des conditions optimales de visibilité, trois mille étoiles. Mais ce n’est que l’infime avant-garde des armées du ciel. Ce qui vient derrière se compte en milliards de milliards. Il semble donc vain de vouloir décrire les astres un par un. Comment aborder dans ce cas l’idée d’étoile dans sa plus grande généralité ? Que l’on dispose ou non d’une théorie générale de la réalité (et nous en sommes encore loin), il n’en reste pas moins vrai qu’on ne peut parler d’un type particulier d’objet - le Soleil, l’étoile, l’Univers - sans s’être donné, au préalable, un modèle de cet objet. C’est-à-dire une idée simple, une représentation idéalisée de la chose réelle, ou prétendue telle. Ainsi le Soleil peut-il en première analyse être représenté comme une sphère gazeuse et chaude, tel qu’on le pressent, tel qu’on le conçoit.

Par la suite, ce modèle se formalise, s’éparpille en « phénomènes élémentaires » pour se réunifier en un faisceau d’équations. Mais un modèle digne de ce nom ne se contente pas d’expliquer ou de codifier. Ses ambitions vont plus loin. Le modèle forcé, extrapolé, poussé, jusqu’à sa tension de rupture, exprime ses « pensées cachées ». Celles-ci sont parfois très surprenantes. A quel niveau la théorie devient-elle créatrice ? L’émergence dans le monde des idées des modèles géométriques d’espace-temps, des trous noirs qui en sont la conséquence, des étoiles à neutrons - astres quantiques par excellence - est à mettre au compte de ces commotions théoriques découplées de l’observation.... Mais revenons à notre étoile, ou plutôt à notre idée d’étoile. Comment les astronomes peuvent-ils savoir de quoi les étoiles sont faites ? La lumière se disperse à travers le prisme, se résout en fines raies comme le nuage en pluie (Figure 22). Il pleut des couleurs. La découverte merveilleuse de la spectroscopie allait permettre d’établir la correspondance entre raie spectrale - renforcement ou affaiblissement de l’intensité lumineuse sur une plage très étroite de longueur d’onde - et l’identité chimique des éléments émetteurs ou absorbants, ainsi que leurs proportions relatives. Conséquence révolutionnaire : l’analyse spectrale permet d’examiner la composition chimique des gaz lumineux (émetteurs) ou sombres (absorbants). La méthode spectroscopique a été progressivement étendue à toutes les lumières, visibles ou invisibles. Que l’on tente d’observer les rayons X, gamma, ou les particules errantes du rayonnement cosmique, libres et rapides comme la lumière, la stratégie instrumentale est la même.

Il convient, en premier lieu, de spécifier l’énergie, la résolution spatiale, la résolution temporelle et la sensibilité de la mesure puis, la mesure faite, de l’interpréter selon une grille codifiée de lecture. Il est évident que ce mode d’analyse s’applique au Soleil et aux étoiles, ou plus précisément à leur atmosphère. Dès lors, il est permis d’accéder à la constitution chimique de Phoebus aux crins dorés, des étoiles ses sœurs et des nébuleuses, leurs mères, et d’établir des comparaisons fructueuses entre différents objets astronomiques, afin de découdre la cape du ciel et de la recoudre rationnellement. L’analyse spectrale montre à l’évidence que les éléments présents dans les étoiles et les nébuleuses les plus lointaines sont uniquement ceux que nous connaissons sur la Terre. Constater l’unité de la matière dans l’Univers est une chose, l’expliquer en est une autre. C’est à cette dernière tâche que l’astrophysicien consacre sa raison.

Articles de cette rubrique
  1. MICHEL CASSE "MEDITATION SUR LE NEUTRE
    14 février 2011

  2. NOSTALGIE DE LA LUMIERE : MICHEL CASSE
    1er février 2013