Editions Tiphaine
Accueil du siteEXPRESSION D’ ARTISTES LE SCRIBOUILLARD POESIE SONORE//{{JEROME GAMES// PHILIPPE GUENIN// JEHAN VAN LANGHENHOVEN}}
Dernière mise à jour :
lundi 29 janvier 2018
   
Brèves
LA COMEDIE FRANCAISE :édition « Les Petites Formes » Eric Reinhardt
samedi 17 avril

L’ARGENT

Eric Reinhardt

« Leverage de quatre »

Le départ de cette pièce de théâtre, d’Eric Reinhardt, nous plonge dans le milieu boursier, les traders, élite minoritaire, s’offrant défis, risques, chiffres a l’appui, dont l’argent médium virtuel, dépasse les mathématiques pour atterrir en plein dans l’algèbre, «  L’algèbre de Boole des fonctions logiques permet de modéliser des raisonnements logiques, en exprimant un « état » en fonction de conditions. » Eric Reinhardt se servira du langage courant des gens de la bourse sans rien trahir de leur vocabulaire, restituant ainsi leur profil, et leur esprit formaté. L’écrivain n’a pas à épaissir l’importance des événements. Ce « jeu » boursier a commencé vers les années 80, suite à ce nouveau phénomène de société,une série de scandales financiers a suscité et excité les « médias ». Le scénario est le même et de ce qui est en jeu, la transgression du tabou le plus important : L’Argent. Ce leverage met en scène des personnages tirés de la réalité contemporaine, il nous est imposé par quatre « traders » assiégés. Les personnages vont à fur et à mesure du rythme donné par la menaçante foule qui cri à l’extérieur, incarner cette « faune » de l’élite boursière, Ils se préparent à partir, plutôt fuir, la démence crée par la démesure de ces opérations financières licites. Devrons selon, les stratégies propres a leurs natures à risques forcer le PDG a un dernier investissement, réalisant ainsi un dernier coup boursier, Malgré la réaction de ouvriers révoltés qui veulent a coup de hache rentrer dans leur maison. L’absurde s’installe, acclamé, les propositions de plus en plus « risquées » des transactions mirobolantes de ces traders font que la pièce prend une tournure classique, la peur, le danger, peut être la mort, une presque fin d’un monde, même si ce monde là est devenu virtuel, avec ces derniers réclameurs, s’exécutant a pile ou face, devant l’hôte obligé, le PDG, hésitant au début, finira par "chuté" dans le piège. Leverage Buy Out, ou rachat d’une société par une holding Compagny ; soutenu par des paris Killers... comique, pathétique, grotesque. Le récit d’ Eric Reinhardt est aussi le reflet d’une nouvelle face de notre société, et ses systèmes économiques,politiques, trame perverse,dont les traders, prototypes cyborgs,sont les « cerfs » de ces transactions autorisées, licites. Valeurs suprêmes en hausse : Le Pouvoir, la Réussite. L’écrivain nous a montré et décrit dans son roman « Cendrillon » un de meilleur livre de la Rentrée Littéraire 2007 ... Dans un chapitre de son livre, fait une descriptive minutieuse de l’univers des traders,en soulevant toutes les conséquences dut à l’ « effet de levier » " L’auteur décrit dans un récit haletant les laissés-pour-compte de la classe moyenne soumis aux extravagances et exigences de la mondialisation " Yves Simon. Funeste gageure : l’Argent et des risques énormes à subir Ils sont autorisés à utiliser tous les produits disponibles Ils sont autorisés à tous les produits dérivés Ils sont autorisés à tous les profits des capacités de « leverage » Ils sont autorisés aussi a utiliser toutes les capacités de « shorter » Désormais, David, Olivier, Alice, Anne Sophie et Bernard piégés, nos traders, allégrement euphoriques, traques, mais préservés par leurs folie, vont continuer ce jeu pyramidal, jusqu’ au noir absolu...le vide Et d’autres jeux, et enjeux verrons le jour, pour remplacer « Yours’ / ’Mine’ / ’Change’ / ’Your Risk’/ ’How now ?’ / ’Nothing here »

Tiphaine 18/avril/2010

Nouvelle brève
dimanche 19 avril
Toc Toc Toc Numéro 9 est sorti, à voir le sommaire, l’histoire...
Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique,
lundi 13 novembre
Hors des contextes des dogmes, des normes, qui rêvent de métamorphoses et des pluralités, des mondes, des corps célestes et autres. Giordano Bruno brûlé vif par le concile en 1600, qui revendique la Nature contre l’Esprit pur d’un Novalis métaphysique, qui fera la parodie de l’enseignement des répétitions, contre le discours du père, de la mère, et son pouvoir qui lui vient de la détention de la langue maternelle, entre le discours et l’imitation, pouvoir plus diffus. Sade contre la Famille, contre la reproduction, emprisonné a la Bastille. Et d’ autres penseurs politiques, comme Karl Marx dont le réel, le temps, l’espace seraient « le terrain » d’une des réalités possibles. Nietzsche praticien- philosophe contre les humiliations du travail, sans plaisir. Discours impurs, sublimes et tragiques, destinées solitaires, êtres vecteur des intensités décelées, rapports de serre envers la Nature, serait ce ces êtres qui rentreraient dans les rangées des Artistes-Philosophes. Leonardo da Vinci praticien expérimentateur, créateur de machines, d’accessoires mécaniques, chirurgien spontané des dissections anatomiques, créateur pluriel, qui se complut aux plus hasardeuses recherches, dans sa monstrueuse ambition intellectuelle. Il manipule, scalpe, et se roue, sur le plus grave, le paradigme de l’homme. La Philosophie et L’Art. Le désir de connaissance, la Connaissance par le désir, nouveau concept de l’Absolu. Attitude de l’artiste nouveau. L’Oeuvre est liée à la Vie, et la gestation des œuvres tantôt refluant violemment ou bien conçues laborieusement, sont éjectées par la source primordiale, LA VIE.
Grigory : une énigme
mercredi 23 août

Nous ne pouvons pas ne pas parler du génie mathématicien russe : Grigory Perelman. "Il a donné les clés de la conjecture de Poincaré" C’est bon on a compris, pas de la même planète... Qui est donc cet être, rare, inhabituel, avare de sa personne, qui rechigne, qui refuse des prix aussi fabuleux que « La Cley Mathématics Institue » . Selon certaines nouvelles de la presse, il paraîtrait, de caractère solitaire, promeneur, hors du monde, la (sa) solution à l’énigme Poicarré ... plus de 100 des meilleurs mathématiciens de ce monde se sont mis à recoller les morceaux éparts laissés par un cerveau hors du commun, ils ont voulu retrouver les étapes que le Monsieur n’avait pas voulu écrire, style trop facile, maintenant il va falloir qu’ils trouvent déjà une unité à l’ensemble de l’oeuvre en gestation avancée de ce mathématicien « non professionnel » pour tenter de le comprendre, heureusement Grigory Perelman sera déjà loin, perdu dans ses mathématiques faites de concepts que lui maîtrise absoluement, pour nous c’est lui l’énigme, y’a beaucoup d’inconnues, merci Mister, jongles encore avec la topologie, avec les boules pleines ou creuses, c’est déjà ça de pris pour nous, simples humains.

La Luciole

Bienvenue Marius
jeudi 9 février
Aujourd’hui 6.2.06 à 11 heures 40 minutes, une amie Frankie a mis un enfant au monde, sur la planète Terre, bienvenue Marius, son père Damien a dit de lui qu’il était si plissé qu’il ressemblait à un chien chinois, moi j’ai dit plutôt une chenille, plissée. Marius, quand tu auras l’age de raison, je te lirais Gilles Deleuze, pour la question plis, il a dit aussi que la lumière le dérangait, je te lirais la nostalgie de la lumière de Michel Cassé astronome de l’invisible, nous allons beaucoup nous amuser... que sera t’il advenue de l’eau ? de l’air ? du lait ? la planète Terre va mal..... aurons nous trouvé des solutions, serons nous plus conscient et plus respectueux de cette magnifique planète ?
Sur le Web
Fernando Arrabal
overview on Fernando Arrabal’s life and work. Le site officiel du grand Fernando Arrabal, ami et collaborateur pour notre revue Toc Toc Toc.
La Luciole Electrique
Le site de la Luciole un de nos collabarateurs à la revue Toc Toc Toc. C’est pas parce que l’on a rien à dire qu’il faut pas le faire savoir. Tout un programme...
Au nom de tous ceux que j’aime
Le site de Dominique Durok, à consommer sans modération.
Dominique Cros
Site de Dominique Cros, artiste photographe. Un très beau site à découvrir ou à revisiter. Une grande photographe.
Espace Tiphaine Bastille
Site de l’espace Tiphaine (ancien site du Groupe Tiphaine).
POESIE SONORE//{{JEROME GAMES// PHILIPPE GUENIN// JEHAN VAN LANGHENHOVEN}}
lundi 19 juillet 2010
par Administrateur- tiphaine

Ces trois poètes ont laissé, à l’Espace Tiphaine, des traces de leurs talents, et au rythme de l’orage, le présage à venir.... et des enregistrements « sonores ».

Jérôme Games : Pas PLu

et et je lui ai dit et comme ça à à et à et et Ça ça l’a Ça l’a choquée mais quoi ? c’était c’était vrai : t’es bonne du t’es t’es t’es bonne du t’es t’es très très très bonne toi du du t’es recton-colonne toi du don t’as colon-rectum t’est bonne du c’était c’était vrai

mais qu’est-ce que qu’est-ce que j’avais pas pas dit pas là ! ça c’est ça s’est termifermé pour moi qu’c’était donc ça qu’c’était du qu’c’était ça s’est ça s’est décidé sans moi c’coup là ça c’est clair qu’ça s’est r’serré sur moi qu’ça s’est mis à qu’ça, qu ’ça s’est mis à qu’c’était qu’c’était à chier bloqué plus avancer pour moi qu’c’était à couper tout autour de qu’c’était ç’t’à dire bétabloqué plus avancer qui dirait qu’vérouro- lé là-bas ! ni r’culer ni stationner ni qu’c’est complet complète- ¬ment bouché ç’côté-Ià ! déthuméfié qu’ça s’est ça s’est moche d’sortir comme ça qu’c’était pas la peine d’s’facher pour ça qu’c’était qu’ça c’était trop moche elle était

Et et, et j’lui ai dit et dit comme ça et j’a et c’est, et et ça ça l’a j’a ca, et ça ça l’a, mais mais mais quoi mais non mais

PHILIPPE GUENIN : Aleph-Zed

Juan Juan arrête-toi’l mystic épris d’la croix qui gesticule et mouille dans ta lumière noire regarde nos deux tronches qui apparaissent derrière la glace c’est Zed-Aleph c’est Zed-Aleph noués en un seul maintenant arrêteras-tu jamais ça d’pisser du verbe pour couvrir le ruisselet d’la bouche d’égout où s’enfoncent tous nos corps décomposés qui deviennent des cellules de fange baisse encor la gueule rapproche-toi de nous si t’oses voir qu’y a jamais eu en fin de compte d’autre chose ici-bas qu’ de la merde et du gras de cadavre alors que toi tu voulais prendre en loque illuminée ta demeure statique pour te gironner dans la peau d’un dieu de chair blanche souillée de nos excréments d’bougnoules mais on est là là nous deux Zed-Aleph noués en un seul à s’faire encore sauter les plombs du bide et ressusciter cent fois déjà soit en pères macs ou en gosses esclaves qui passent le temps à marchander des bouts de viandes avec des cheveux blonds de préférence et finissent dans la mélasse de chair crue quand tu croyais entendre geindre ton fils mort au fond du ciel ce n’était ici-bas qu’une couille d’ange restée encore collée dans not’gorge qui fit hurler de joie Zed-Aleph regarde-nous bien toi’l mystico rien y f ra changer la face du soleil qu’de foutre bras en croix du morveux de dieu pour nous racheter comment cette petite main de marionnette veineuse put-elle arrêter l’épanchement de l’horizon du noir puant même si tu voulais encor te morfondre et chercher refuge dan’ce foyer d’apocalypse

JEHAN VAN LANGHENHOVEN

L’année du cochon (rêve liminaire) En vous inspirant des C’havann et autres ting ting ting ting ting ting ting ting tating ting ting de Jarry - que par ces temps de mièvrerie, vous ne manquerez pas de considérer comme une des rares portes de secours offerte à la langue -, et en vous conciliant au maximum les faveurs de la civilisation montante, sans pour autant renoncer aux choses douces de la vie, vous rédigerez ici, le plus brièvement possible, un hommage appuyé aux pourceaux iconoclastes du cabaret dada,. ceux pour qui toute tentative de séduction équivaut par avance à un long suicide.

Aussi, las de l’écriture et des femmes, il grogne : Al Alla Allawa Allawa ad’Tru !! et soudain, sur place s’affaisse : un œil pour l’exil, l’autre pour la souveraineté. Passe l’été, et les grands vents de l’amitié qui, alarmés, lui soufflent : Reviens, reviens le porc te va mal, le rose n’est pas fait pour toi... Arrive l’automne, et le dernier quartier des fidèles, ébahis de ce toujours même positionnement qu’insensibles à leurs prières, sur l’horizon, continuent à leur offrir le sphincter et la hure (capables à loisir d’échanger leurs fonctions). S’amorce l’hiver et Al Alla Allawa. Allawa ad’Truf J, avec les premiers frimas, rien, non rien n’a changé : ses yeux demeurent fentes infimes, boutonnières de samouraïs, matrices de mélancolie. Alors seulement se réunit le Conseil.. Celui des cent dix mille fiancées en folie. Et les plus ingénues de crier : Qu’on le dé-tirebouchonne J (et cela le fait rire, oui, rire dessous le masque). Et les plus enragées : Qu’on lui coupe la langue ! (et signe même de la castration majeure, cela le fait trembler, oui trembler dessus le masque). Mais il en est une, une qu’il connaît depuis la nuit des temps, une qui par expérience sait la duplicité évidente de sa très singulière thébaïde, et qui, totalement étrangère au déroulement des débats, sans plus attendre, part à sa rencontre avec en main un couteau, un grand couteau !

Décembre est là : et l’outre bée. A l’intérieur...

Ni sang, ni os, ni entrailles fumantes : que la table d’un cabaret, et son buveur lointain. Adossée à la bougie qui, tremblotante, parcellise son visage radieux, pas plus haute qu’une pipe, hanchée comme elle et proportionnée à souhait, nue, une très jeune fille, sourire aux lèvres, se tient alanguie.

Mais la morale, la morale de cette histoire (car il s’agit bien d’une histoire, n’est-ce pas ?), me direz-vous. Et la femme au couteau, au grand couteau, qu’ a-t-elle alors dit, et surtout fait... Al Alla Allawa ad’Tru !! vous répondrai-je simplement mais silence, silence, voici les cloches de Noël qui commencent à carillonner.

Articles de cette rubrique
  1. POESIE SONORE
    13 juillet 2010

  2. POESIE SONORE//{{JEROME GAMES// PHILIPPE GUENIN// JEHAN VAN LANGHENHOVEN}}
    19 juillet 2010