Editions Tiphaine
Accueil du siteLa revue Toc Toc Toc Toc Toc Toc 7
Dernière mise à jour :
lundi 29 janvier 2018
   
Brèves
Toc Toc Toc 15 version électronique est en ligne...
dimanche 3 février
L’édition électronique de la revue Toc Toc Toc 15 est en ligne, son thème est le rire. Bonne lecture.
Toc Toc Toc 16 est paru
vendredi 25 janvier
Le numero 16 de la revue Toc Toc Toc vient de sortir. Lire la suite.
Toc Toc Toc 15 : Le Rire ... pas si simple ....
lundi 5 novembre
Nous voila en plein dans le numéro 15 de notre revue toc toc toc. Pour le dossier du rire une classifications par ordre chronologique, s’imposé, mais quand nous sommes tombes sur la phrase de NIETZSCHE « citation...je ferait une classif des philosophes par le rire...... Donc avec cette référence en tete nous nous sommes lancés dans le RIRE.Parmi les auteurs qui ont donné mauvaise réputation au rire, et ceux qui sont centré leurs recherche philosophique autour du RIRE... et a partir de là : presque simple, sinon que les penseurs choisit sont parfois en contradiction avec leurs idées déjà très complexes, et chacun voulant être le premier a avoir découvert le contenu du rire, presque tous sous influence des anciens philosophes comme Aristote, doctrines et concepts, se chevauchent, lui-même influencé par Cicéron...il a trois livres : de l’Oratore, de L’ELOQUENCE et la Rhétorique, il existent aussi des citations, des proverbes, des lettres « apocryphes », (Hypocrates à Démocrite selon les uns , des bouts des traités, des pièces de théâtre , Aristophane génial défenseurs de la libre pensée... Un chaos, innombrable dans lequel nous nous sommes débattus, entre Démocrite, philosophe dont le rire était avant l’heure presque thérapeutique, les traités des médecins assez nombreux, Joubert, etc.. Nous qui nous sommes pas ni philosophes, ni des penseurs, et avec pour tout bagage l’enthousiasme et la curiosité, pour le Thème sacré du RIRE, arborant un discours « plus qu’impure », selon Vuarnet.. bref, des « irresponsables » Notre seul secours a été en premier lieu Descartes ,lui scientifique et savant, faisant table rase de tout, analyse, et nous fait sentir et ressentir avec son mécanicisme le sensible dans le rire : l’admiration. Dans « Les passions de l’âme » Hobbes prendra, empreintant aux anciens et a Descartes (qu’il traduira),admiration, haine, mépris, et « gloire soudaine » empreint a Quintilien, se voulant l’unique détenteur de touts les sentiments contenu dans le RIRE, Baudelaire et son RIRE satanique, le critique sévèrement,et soutien que : ses idées sont les idées de Quintilien et de Cicéron. Et puis il y a Bergson les uns aiment les autres le traitent de « barbant méticuleux ». Enfin Rabelais dans son Gargantua...nous fait rire le divin philistin, visionneur,messager pédagogique. Le fil de Nietzsche nous conduit vers les deux versants de cette expression appelé RIRE , les rhétoriques, convaincus de leurs propre sérieux et influencés par Aristote, « le rire est le propre de l’homme », mais quel est le contenu du RIRE, ? jugement sur les faiblesses humaines, mépris, orgueil, vanité ?. Non Il y a d’autres noms qui forcerons et clarifierons le RIRE ...comme plaisir, désir, bonheur...l’autre vie, la vie légère de Spinoza, a Voltaire, Deleuze, Ionesco, Arrabal, Perec, Queneau, etc.
Toc Toc Toc 15 est paru
jeudi 25 octobre
Toc Toc Toc 15 est paru, son thème est le rire. Le sommaire est en ligne.
Toc Toc Toc 15 en cours...
mercredi 10 octobre
Le numéro 15 de la revue Toc Toc Toc va paraitre, son thème Le Rire, un thème difficile mais au combien passionnant. Sortie prévue le 15 Octobre.
Théatre
Jean Fabre (vu et pas corrigé)par Tiphaine Stepffer
Je suis sang
vendredi 3 février 2006
par Tiphaine

JE SUIS SANG

Récréation de la pièce de Jan Fabre

A la Cour D’Honneur du Palais des Papes à Avignon

Sur la scène, un grand corps étiré, corps-moléculaire et scénographique est animé, mené, par un clown, un bouffon.

Nous pensons à Jean-Noël VUARNET et à son artiste-philosophe, tragique, contorsionniste, personnage singulier, mi-homme, enfant fou possédé par des métamorphoses successives. Il va être présent tout le long de la pièce en maître de cérémonie. En simultané, une femme énigmatique déroule à la cadence du texte son fil d’Ariane, pour remettre en ordre le chaos soulevé par notre bouffon, la trame du spectacle, est soutenue par des danseurs, interprètes, et des musiciens, en bande comme des peintres urbains, laissant leurs traces de matières vivantes, des symboles graphités, le corps maculé de la scène restera souillé par ses traces.

Décortiquées en amont, des danseuses - comédiennes font des signes spatiaux, habillant tantôt un maillot, tantôt une robe de mariée.

Le sang apparaît déjà, signifiant, puis la nudité comme délivrance ultime.

L’HISTOIRE donc depuis le Moyen Age, « ceci est mon sang, ceci est mon corps ». Cérémonie panoramique, menée avec brio et énergie par Jan Fabre, raconte dans une mise en espace tourbillonnante cette cavalcade, primitive révolte, des corps dans un langage d’agonie.

Les accessoires, les volumes, les masses, planches, et murailles en fer glacial, vont se colorier de rouge, comme les robes, comme les murs, comme les corps, l’histoire du sang dans la COUR d’HONNEUR à AVIGNON.

Les scènes se développent, dans la chimie, expérimentations. Les mille artifices crées par Jan Fabre nous plongent, nous immergent.

La cruauté s’affirme, le grand plasticien gère cette meute et sa chorographie, vers une mise en scène qui est la danse définitive et plurielle de la mort de l’humanité. Serait-ce l’art ? notre dernier rempart ?